Accueil Sport de glisse et voile légère  windsurf

Après deux saisons plombées par un virus qui a entraîné l’annulation de presque toutes les compétitions du circuit mondial, 150 coureurs internationaux vont enfin pouvoir s’affronter dans les trois disciplines majeures du windsurf : slalom, vague et freestyle.

À partir de ce vendredi 12 novembre, et jusqu’au 21, cette finale désignera les champions de la saison 2021.

Une première en France comme l’explique à Voiles et Voiliers Delphine Bijvoet Bremond, coordinatrice de l’événement.

Une image contenant extérieur, bateau, surf, jour

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

Récent vainqueur du Défi Wind Superstars, Antoine Albeau, le windsurfeur le plus titré de l’histoire avec 25 titres mondiaux, fait partie des favoris de cette grande finale. Mais la concurrence sera rude ! | PWAWORLDTOUR.COM

Christophe FAVREAU. Publié le 12/11/2021 à 10h41

Voiles et Voiliers : La finale annuelle du PWA (Pro World Tour) va se dérouler en France pour la première fois de l’histoire de ce circuit des professionnels du windsurf. Comment est-ce arrivé ?

Delphine Bijvoet Bremond : Il est vrai que jusqu’ici cette finale se déroulait traditionnellement à Sylt [île allemande située en mer du Nord, à la hauteur de la frontière avec le Danemark, ndlr] mais la résurgence de la Covid dans cette zone a dissuadé les organisateurs.

Ils ont jeté l’éponge fin juillet. Du coup, la Fédération internationale (PWA) a cherché à trouver une autre destination, beaucoup de compétitions ayant déjà été annulées ces deux dernières années.

Elle a regardé la mappemonde en cherchant où organiser au pied levé cette épreuve pour clôturer la saison 2021.

Il fallait trouver un endroit capable de recevoir les trois disciplines, à savoir le slalom, les vagues et le freestyle, avec une situation sanitaire non défavorable.

Une image contenant personne, fenêtre

Description générée automatiquement

Pour Delphine Bijvoet Bremond, organiser la finale PWA de la saison 2 021 était une opportunité à ne pas manquer, même contenu du court délai de préparation. | DELPHINE BIJVOET BREMOND

À cela il fallait ajouter sur place une structure capable d’organiser cet événement en un temps très court et également de le financer.

C’est comme cela que j’ai été contactée et que nous avons choisi ensemble Marignane, où l’étang de Berre permet la pratique du slalom et du freestyle, et où l’on trouve aussi, à une quarantaine de kilomètres, le spot de vagues de Carro, un site reconnu capable de recevoir également le freestyle.

Toutes les disciplines étaient donc couvertes. La métropole nous a suivis, la mairie aussi, la Région, le Département…

Bref, c’est comme ça que ça s’est fait, après un premier email reçu le 11 août !

Voiles et Voiliers : C’est donc la première fois que la France accueille une finale de la coupe du monde de windsurf ?

Delphine Bijvoet Bremond : Tout à fait. C’est ce qui m’a motivée. C’était une occasion unique.

Une finale des trois disciplines organisée en France, cela n’a jamais existé, alors que notre pays a un potentiel énorme en matière de windsurf, notamment dans la discipline slalom qui est largement dominée par les Français.

En vague nous avons notamment Thomas Traversa, un local de l’étape qui évolue depuis une dizaine d’années au plus haut niveau mondial.

Il a notamment été champion du monde de la discipline en 2014. Bref, notre pays produit beaucoup de champions de windsurf.

Les organisateurs ambitionnent de faire un bilan carbone détaillé – vols, consommation d’essence, d’électricité, etc. – de l’ensemble de la compétition pour le compenser dix fois (!) grâce à la plantation de mangroves en Thaïlande. | DR

Il y avait beaucoup de cohérence à organiser cette compétition.

D’abord cela permet de soutenir le sport de haut niveau, afin que les athlètes puissent s’exprimer.

Ensuite c’est un moyen de beaucoup communiquer sur le windsurf, et de générer de nouveaux adeptes en faisant rêver les gens autour de belles images de navigation dans les vagues et de manœuvres radicales comme peut en voir en freestyle.

Ces disciplines sont spectaculaires. Et puis cela met un coup de projecteur sur l’étang de Berre qui est un terrain de jeu fabuleux.

Une image contenant extérieur, ciel, bateau

Description générée automatiquement

Discipline très spectaculaire, le freestyle sera organisé sur l’étang de Berre ou sur le spot de Carro, en fonction des conditions météorologiques. | PWAWORLDTOUR.COM

Voiles et Voiliers : Ces trois disciplines vont donc réunir beaucoup de monde…

Delphine Bijvoet Bremond : Effectivement. Environ 150 participants, en provenance du monde entier.

Il y a vraiment du beau monde avec Antoine Albeau (récent vainqueur du Defi Wind SuperStars et plus grand médaillé de la discipline avec 25 titres mondiaux), Thomas Traversa, l’actuel champion du monde de slalom Pierre Mortefond, sa sœur Marion qui pourrait bien devenir championne du monde elle aussi.

Il y aura également Delphine Cousin, la tenante du titre en slalom… Plus tous les étrangers. Bref, cet événement s’annonce comme une grande fête de la discipline.

Le site internet pour suivre l’épreuve

WINDSURF ANTOINE ALBEAU