SOCIÉTÉ  Par Louise Claereboudt le 25-11-2019

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/290x200/public/visuels_actus/secretmedical.jpg?itok=RbyCihBR egora.fr

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a présenté, lundi 25 novembre, les mesures prises à l’issue du Grenelle des violences conjugales, lancé le 3 septembre.

Alors que des dizaines de milliers de personnes défilaient dans les rues samedi 23 novembre pour dire stop aux violences faites aux femmes, le Premier ministre, Edouard Philippe, a clos le Grenelle des violences conjugales en présentant une cinquantaine de mesures pour lutter contre ce fléau.

Outre la mise en place d’un bracelet anti-rapprochement, l’ouverture de places d’hébergement d’urgence supplémentaires, ou la déchéance de l’autorité parentale pour le père agresseur en cas d’homicide conjugal, Edouard Philippe a dévoilé plusieurs mesures qui touchent directement les professionnels de santé.

Les recommandations de la HAS pour repérer et aider les femmes victimes de violences

Face aux inquiétudes du corps médical qui craignait de briser le lien de confiance établi avec les patientes, Edouard Philippe n’a pas souhaité une levée totale du secret médical. Celui-ci pourra toutefois être contourné “dans des cas très stricts et encadrés : les cas d’urgence absolue où il existe un risque sérieux de renouvellement de violences”.

À ce sujet, le Premier a annoncé que la concertation avec les médecins sera poursuivie pour aboutir à un dispositif “protecteur des victimes et sécurisant pour les professionnels”.

Le dépôt de plainte à l’hôpital, possible dans des cas exceptionnels jusqu’alors, sera également généralisé. Rappelons que, selon l’Observatoire national des violences faites aux femmes, moins d’une femme sur cinq se disant victime de violences conjugales porte plainte.

Le Dr Catherine Bonnet et le Dr Jean-Louis Chabernaud demandent une obligation claire pour les médecins de signaler les violences sexuelles commises sur les mineurs, sans risque de poursuitesViolences sexuelles sur les enfants : “Le Gouvernement doit instaurer une obligation de signalement du médecin”

Violée par un confrère : « c’est presque ce que j'ai subi de pire dans ma vie »Violée par un confrère : « c’est presque ce que j’ai subi de pire dans ma vie »

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/90x66/public/visuels_actus/femme_violence_battue.jpg?itok=TPfn1PKfLes recommandations de la HAS pour repérer et aider les femmes victimes de violences

Une soixantaine de médecins signent une tribune pour "repérer et prévenir les violences conjugales"Une soixantaine de médecins signent une tribune pour “repérer et prévenir les violences conjugales”

Violences conjugales : les médecins vent debout contre la levée secret médical Violences conjugales : les médecins vent debout contre la levée secret médical