Accueil Bateau  foiler

Le job d’équipier à bord d’un F50 est un métier à risques, les courses d’entraînement d’Aarhus (Danemark) l’ont encore prouvé jeudi à la veille du 4e round danois du SailGP 2021 qui se déroulera ce vendredi et samedi.

Sur la photo ci-dessous, c’est un équipier du team USA qui effectue une cascade tandis que son catamaran menace de chavirer.

Plus spectaculaire encore : sur la vidéo ci-dessous, c’est un de ses collèges du team anglais, Max Whitlock, qui effectue un vol plané ahurissant.

Une image contenant ciel, extérieur, transport, lumière

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

En cas de risque de chavirage ou de virement de bord un peu musclé, malheur aux équipiers de F50 qui n’ont pas eu le temps de s’accrocher. | F50 LEAGUE / SAILGP

Voiles et Voiliers. Publié le 20/08/2021 à 09h17

La poussée d’Archimède, de haut en bas, et la force centrifuge, de l’intérieur vers l’extérieur d’un mouvement de rotation, sont les deux forces qui font poser des risques sur le physique d’un équipier de F50 constamment appelé à passer d’une coque à l’autre d’un catamaran lancé pleine balle à des vitesses supérieures à 53 nœuds, puisque c’est désormais le record à battre établi mercredi par Ben Ainslie et ses hommes du team anglais du SailGP.

Sachant que ces deux coques sont distantes de 8,80 mètres (moins la largeur des coques), cela signifie tout simplement, par exemple, que tout équipier peut se trouver éjecter à 8 mètres au-dessus de l’eau en cas d’une menace même de chavirage et avec seule perspective la chute, comme la pomme de Newton.

Malheur à celui qui n’a pas eu le temps de s’accrocher dans sa nacelle !

Lois de la physique obligent, les forces centrifuges sont elles aussi impressionnantes lorsqu’un bateau, lancé à pleine vitesse, vire de bord soudainement.

Les équipiers placés dans la coque extérieure au virement subissent alors des forces calculées en unités de G dignes d’un avion de chasse au décollage.

Et malheur à celui, comme c’est le cas dans la vidéo ci-dessous, qui n’a pas encore eu le temps de s’accrocher dans sa nacelle au moment de ce virement.

Il se bute alors contre un véritable mur virtuel avant d’être éjecté en vol plané vers son point de départ.

LA VIDÉO DU VOL PLANÉ DE L’ÉQUIPIER ANGLAIS CI-DESSOUS :

www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01164585/src/qqvmuzq/zone/1/showtitle/1/

Crédit vidéo : F50 League / SailGP

FOILER BEN AINSLIE SPORT