Accueil Sécurité en mer  chavirage

Trois marins catapultés à la mer ! En pleine régate, l’équipage du 18 pieds australien LAZARUS Capital Partners chavire de façon très spectaculaire.

Pour Voiles et Voiliers, le skipper Marcus Ashley Jones explique ce qui s’est passé pendant cette figure de style, « où le bateau est passé de 24 nœuds à zéro en deux secondes ».

Un équipier s’est démis l’épaule dans ce vol plané. Pas grave : il se l’est replacée lui-même, dans l’eau !

Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

De 24 nœuds de vitesse à zéro en une seconde et hop, tout le monde à l’eau ! | SAILMEDIA TV

Christophe FAVREAU. Modifié le 24/02/2022 à 16h34

À voir débouler la flotte des 18 pieds dans la belle brise de Nord-Est qui balayait dimanche la baie de Sydney, on en oubliait presque l’équilibre fragile qui définit ce style de navigation « à l’australienne », toujours très engagée, qui aime à jouer avec la limite quelles que soient les conditions.

Sur ces bateaux surtoilés, qui ont longtemps été la référence des sport boats avant que leurs performances ne soient dépassées par les foilers, la puissance est telle que ces skiffs peinent à garder le contact avec la surface.

« C’était un bord final très serré sous spinnaker. Il était très difficile à tenir mais nous avons décidé de le garder jusqu’au bout, conformément à l’esprit de la classe qui est de naviguer très engagé. »

Les runs débridés au portant offrent alors un magnifique spectacle, très aérien.

Impressionnant de voir ces trois équipiers accrochés à l’horizontal au bout de leurs ailes de carbones, suspendus à leurs trapèzes, concentrés à l’extrême pour éviter à tout prix d’enfourner.

Car c’est bien le risque principal qui menace ces bateaux si particuliers.

Si l’arrière du skiff est très large pour encourager la vitesse et la glisse, l’avant est plutôt fin et offre peu de résistance à l’immersion en cas de grosse pression.

Rien à voir avec un scow…

LA VIDÉO DU CHAVIRAGE(CRÉDIT SAILMEDIA TV ) :

Lazarus Capital Partners 18ft Skiff goes down the mine – YouTube

C’est ce qu’ont constaté à leurs dépens Jeronimo Harrison, Cam Gundy et Marcus Ashley Jones.

Ce dernier était à la barre du 18 pieds LAZARUS Capital Partners qui s’est offert ce dimanche une belle cabriole à quelques mètres seulement de la ligne d’arrivée.

« C’était un bord final très serré sous spinnaker. Il était très difficile à tenir mais nous avons décidé de le garder jusqu’au bout, conformément à l’esprit de la classe qui est de naviguer très engagé.»

Une image contenant extérieur, eau, ciel, embarcation

Description générée automatiquement

À quelques dizaines de mètres de l’arrivée, l’équipage du 18 pieds LAZARUS Capital Partners est tombé dans un trou formé par le sillage d’un gros bateau alors qu’il était deuxième. Un fait de course qui n’a pas gêné outre mesure ces Australiens qui assument parfaitement leur style de navigation très engagé. | CHRISTOPHE FAVREAU

Marcus Ashley Jones poursuit : Mais un trou s’est formé juste devant notre étrave, sûrement provoqué par la vague de sillage d’un gros bateau –

Les régates de 18 pieds se déroulent au milieu de l’important trafic de la baie de Sydney, NDR -.

Nous n’avons rien pu faire. Nous sommes passés de 24 nœuds à zéro en deux secondes ! C’était un bon crash ! », s’amuse dans un style très australien Marcus, resté accroché quelques instants au câble qui relie l’avant du bout-dehors aux échelles de carbone.

La violence du choc a déboîté l’épaule de Cam, l’équipier d’avant en charge du spinnaker.

Pas grave : il l’a replacée lui-même, dans l’eau, quelques secondes après sa chute !

À l’australienne on vous dit…

CHAVIRAGE AUSTRALIENS SYDNEY