Accueil Météo  Tempêtes

Ewan Lebourdais et Erwan Poirier ont filmé vendredi la tempête Eunice qui a balayé les côtes de Bretagne Nord avant d’aller s’abattre sur la Manche et la mer du Nord.

« La mer était devenue folle et les lumières magiques, c’était géant ! », explique à Voiles et Voiliers Ewan Lebourdais qui nous a confié samedi matin ce film somptueux.

Partis du Conquet, les deux artistes ont tourné leurs séquences sur plusieurs sites finistériens jusqu’à Porspoder pour réaliser ce montage vidéo époustouflant.

Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

Ewan Lebourdais : « Vendredi, le phare du Four était blanchi par les déferlantes. Entièrement, de temps en temps. Incroyable ! ». | EWAN LEBOURDAIS

Nicolas FICHOT. Modifié le 20/02/2022 à 19h03

« Au total, nous avons passé plus de huit heures sur les cailloux vendredi pour suivre le passage de la tempête Eunice entre Le Conquet et Porspoder, se souvient Ewan Lebourdais.

Et tous les sites sur lesquels nous nous sommes arrêtés pour photographier ou filmer offraient des spectacles géants.

C’est pour ça que cela nous fait plaisir si vous montrez nos images à vos lecteurs. Franchement, ça vaut le coup ! ».

LA VIDÉO DE LA TEMPÊTE EUNICE EN BRETAGNE NORD CI-DESSOUS :

Tempête Eunice – YouTube

Crédit vidéo : Erwan POIRIER

« Moi-même, je travaillais avec un 800 mm sur mon Nikon et Erwan travaillait avec sa caméra Sony Pro.

Le matin, il y avait beaucoup de vent, souvent plus de 50 nœuds, et pas encore trop de vagues mais dans la journée, ça s’est plutôt inversé.

Le soir, le vent était redescendu à 30 nœuds mais la hauteur des vagues, impossible de la calculer.

Le phare du Four était blanchi par les déferlantes. Entièrement, de temps en temps. Incroyable ! ».

Ici, pour voir les autres travaux d’Ewan Lebourdais

Ici pour voir les autres travaux d’Erwan Poirier

Nous filmions sans trop y croire, sans rien dire, un peu sonnés par les éléments et hébétés par un tel spectacle

« Et de temps en temps, dans cette furie d’écume blanche et de bleu profond de la mer sur les pierres sombres des cailloux ou des phares venaient éclater le soleil avec des rayons puissants qui faisaient exploser les luminosités.

Nous filmions sans trop y croire, sans rien dire, un peu sonnés par les éléments et hébétés par un tel spectacle.

C’était difficile d’y croire, j’espère que notre travail pourra permettre à vos lecteurs de réaliser à leur tour une telle beauté » conclut Ewan Lebourdais.

Hasard de l’histoire ? Ewan Lebourdais a été admis il y a cinq mois dans le rang des Peintres officiels de la marine.

Merci à eux deux.

TEMPÊTES CINÉMA