Accueil Course au large  Normandy Channel Race

Les 24 voiliers encore en course sur la CIC Normandy Channel Race n’iront pas au Fastnet.

Car ce mardi soir, une dépression secondaire à la trajectoire « aléatoire et potentiellement dangereuse » pourrait entraîner une mer mauvaise, avec des vagues de l’ordre de 6 mètres au Sud de l’Irlande.

Le parcours est modifié en pleine course, direction Portsall.

Pendant ce temps, Corentin Douguet et Yoann Richomme ont pris les commandes de la flotte des Class40.

Une image contenant extérieur, eau, sport aquatique, sport

Description générée automatiquement

À bord de Queguiner-Innoveo, décidément très en vue, Corentin Douguet et Yoann Richomme ont pris les commandes. Mais les huit premiers tiennent en 3 petits milles, rien n’est joué, parcours modifié ou pas ! | JEAN-MARIE LIOT – CIC NORMANDY CHANNEL RACE

Bruno MÉNARD.Publié le 17/05/2022 à 09h18

Ils ne vont plus au Fastnet, le célèbre « rock » au Sud-Ouest de l’Irlande !

Les 24 duos de skippers engagés sur la CIC Normandy Channel Race (six abandons sur diverses avaries en moins de 48 heures de course) ont été informés hier soir par la direction de course que le parcours de l’épreuve était modifié, en raison d’une situation météo potentiellement dangereuse.

Le parcours modifié en pleine course

En cause, ce n’est pas tant la grosse dépression qui approche de l’Irlande, mais une dépression secondaire qui, elle, arrive du Sud (voir l’image ci-dessus et son texte en rouge).

Une dépression à la trajectoire aléatoire et potentiellement dangereuse

Analysée par le météorologue David Lanier et le directeur de course Christophe Gaumont, c’est cette dépression secondaire qui a entraîné la décision – toujours délicate – de modifier le parcours de l’épreuve en pleine course.

Ils expliquent : « La large zone dépressionnaire située dans le Sud-Ouest de l’Irlande génère une dépression secondaire, à la trajectoire aléatoire et potentiellement dangereuse. »

De plus, au phare du Fastnet ce mardi soir, on prévoit potentiellement « des vagues de 6 mètres, une hauteur qui peut devenir brièvement dangereuse ».

La décision a donc été prise de ne plus envoyer les skippers virer le phare du Fastnet, mais de traverser de nouveau la Manche directement vers la Grande Basse de Portsall, après avoir viré Tuskar Rock, à l’Est de l’Irlande, ce qui est fait pour les bateaux de tête.

La dépression creuse à 972 hp sur l’Irlande est accompagnée d’une deuxième (en bas de la carte) qui pourrait donner du très mauvais temps.

Les skippers ont été informés hier soir de ce changement de parcours et filent vers Portsall, Douguet et Richomme en tête. | DR NORMANDY CHANNEL RACE

Côté compétition, il y a du mouvement et du nouveau.

La liste des retraits s’est allongée, avec notamment l’abandon de Jean Galfione et Vincent Riou (Serenis Consulting) qui jettent l’éponge, comme cinq autres bateaux soit donc un total de six abandons sur trente Class40 au départ.

Corentin Douguet et Yoann Richomme prennent les commandes

Mais aussi et surtout il y a la prise de pouvoir de Corentin Douguet et Yoann Richomme, à bord de Quéguiner Innoveo.

Revenant très fort hier sur les étonnants leaders depuis dimanche, à savoir Matthieu Perraut et Kevin Bloch sur Inter Invest, ce sont eux, Douguet et Richomme, qui ont viré les premiers Tuskar Rock à l’Est de l’Irlande, avec environ deux milles d’avance.

Et si Douguet et Richomme ce mardi à 8h30 ne sont crédités « que » de la place de deuxièmes en termes de distance au but, c’est un leurre : ils sont bel et bien devant, un peu décalés dans l’Ouest (voir la cartographie ci-dessous), ce qui explique cette bizarrerie relativement habituelle dans les courses au large, quand le calcul géométrique ne reflète pas vraiment la réalité sur l’eau.

Peu importe, la bagarre est belle et tout peut encore changer, évidemment.

Une image contenant carte

Description générée automatiquement

Si le bateau bleu est crédité à 8h30 de la première place au pointage, c’est trompeur.

Car c’est bien le voilier gris et rouge de Douguet et Richomme (à gauche en bas de cette image) qui mène la flotte. | CIC NORMANDY CHANNEL RACE

Reste que c’est tout sauf une surprise de retrouver Corentin Douguet et Yoann Richomme à ce niveau. Ces skippers expérimentés qui ont fait leurs armes sur la Solitaire du Figaro sont de redoutables marins, de grands stratèges et de fins analystes météo. Tous deux œuvrent d’ailleurs régulièrement dans des cellules de routage, pour d’autres grandes courses ou d’autres grands skippers… Voire l’un pour l’autre parfois ! L’histoire ne dit pas encore évidemment s’ils ont raison de forcer un peu dans l’Ouest ce matin, étant donné le changement de parcours. Nous verrons bien.

VOIR AUSSI :

Corentin Douguet : « Pour l’instant Yoann Richomme est supportable »

En revanche, l’histoire dit qu’il y a une très belle brochette de gros bras à l’avant de cette Normandy Channel Race. Car outre ces deux duos, qui retrouve-t-on aux belles places ? Des ténors. Des as de la course au large en général et du Class40 en particulier comme Ian Lipinski et Ambrogio Beccaria (Crédit Mutuel, 3e), comme Antoine Carpentier et Nicolas Jossier (Redman), ou encore Aurélien Ducroz et Gérald Véniard (Crosscall). En outre Axel Tréhin et Frédéric Denis (Project Rescue Ocean) ne sont pas très loin non plus : 4 milles.

VOIR AUSSI :

Suivez la cartographie en direct

Les 8 premiers tiennent en 3 milles… et ont parfois frôlé les 30 nœuds de vitesse

Les huit premiers tiennent en seulement trois milles et parmi les skippers dans le match on note aussi la présence de Xavier Macaire et Achille Nebout (Groupe SNEF) ou encore d’Emmanuel Le Roch et Alexis Loison (Edenred). Autant écrire qu’à plus de 400 milles de l’arrivée rien n’est fait. Une chose est sûre : la course est passionnante.

À l’heure où nous bouclons ces lignes tombe la news de l’organisation de la course, qui raconte des vitesses folles dans la remontée vers Tuskar Rock. Voici ces quelques lignes qui, elles aussi, en disent long sur la bagarre qui fait rage :

Comme attendu, l’ascension de la mer Celtique a été rapide au portant pour la flotte de la 13e édition de la CIC Normandy Channel Race. Les Class40 ont affiché des vitesses ahurissantes frôlant les 30 nœuds… Ce matin dix équipages ont déjà enroulé la marque de parcours de Tuskar Rock. À l’arrivée des marins à la pointe Sud-Est irlandaise les conditions étaient musclées avec un flux de secteur sud de 25 nœuds avec des rafales pouvant atteindre les 30-35 nœuds. Ce sont donc Corentin Douguet et Yoann Richomme à bord de Quéguiner-Innoveo qui ont salué l’emblématique phare irlandais en premier à 4h47 (heure française) cette nuit. Ils précèdent Inter Invest de 33 minutes (5h20) et Redman de 44 minutes (5h31), bord à bord avec Crédit Mutuel (5h36).

Nous sommes dans 25 nœuds de vent au près avec une mer démontée, c’est bien violent

Les leaders ont donc déjà entamé la descente de la mer Celtique. Suite à la modification de parcours annoncée hier par la direction de course, les skippers entament un long bord de près de 230 milles cap sur la nouvelle marque de parcours de Grande Basse de Portsall en entrée de Manche. Les marins doivent composer avec un vent toujours de secteur Sud / Sud-Ouest dans des conditions musclées. « Nous avons tourné le phare de Tuskar Rock il y a une heure environ, et là c’est moins drôle. Nous sommes dans 25 nœuds de vent au près avec une mer démontée, c’est bien violent… » décrit Aurélien Ducroz depuis le bord de son Class40 Crosscall. Le skipper chamoniard, tout comme ses camarades, est sous l’influence d’un front occlus. Les prévisions annoncent un vent mollissant dans la matinée avec quelques rafales sous grains toniques, de quoi garder en alerte les duos à bord de leurs montures.

Normandy Channel Race  Class40  Corentin Douguet   Yoann Richomme   Quéguiner   Course au large

Ian Lipinski   Xavier Macaire   Aurélien Ducroz   Gérald Véniard