SANTÉ PUBLIQUE   Par F. Na le 04-02-2019

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/290x200/public/visuels_actus/vaccinok_29.jpg?itok=wFOS0pTJ egora.fr

Les vaccins contre les papillomavirus humains est indispensable, martèle l’Organisation mondiale de la santé à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer. L’OMS dénonce les rumeurs d’une prétendue nocivité de ce vaccin.

“Des rumeurs infondées entravent l’augmentation de la vaccination, qui est pourtant cruciale dans la prévention du cancer du col de l’utérus“, s’est alarmée dans un communiqué Elisabete Weiderpass, directrice du Centre international de recherche sur le cancer, qui dépend de l’OMS. La vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) est “sûre et indispensable pour éliminer le cancer du col de l’utérus“, ont assuré les autorités sanitaires ce lundi, à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer.

Quelque 570 000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus ont été diagnostiqués dans le monde en 2018, selon les chiffres du Centre international de recherche sur le cancer. Par ailleurs, 310 000 femmes en meurent chaque année. “C’est le quatrième cancer le plus fréquent chez la femme”, a souligné le Circ. Cet organisme estime que si la prévention ne monte pas en puissance, le cancer du col de l’utérus pourrait provoquer 460 000 morts par an d’ici 2040.

Au premier rang des mesures de prévention préconisées figure la vaccination contre les HPV. Deux d’entre eux, HPV 16 et 18, provoquent 70% des cancers et des lésions précancéreuses du col de l’utérus, selon l’OMS, qui recommande de vacciner les filles âgées de 9 à 14 ans.

Une vingtaine de pays dans le monde recommande que les garçons soient aussi vaccinés, en plus des filles, pour réduire la circulation des virus. Outre le cancer de l’utérus, les papillomavirus humains peuvent également être à l’origine du cancer de l’anus et de cancers ORL, à la suite de rapports sexuels bucco-génitaux.

[Avec AFP]

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/90x66/public/visuels_actus/vaccin3_6.jpg?itok=l6Hq29fs Buzyn est favorable à la vaccination anti-HPV pour les garçons

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/90x66/public/visuels_actus/fake_2.jpeg?itok=DGZqHDxv Vaccin anti-HPV : les gynécologues dénoncent des “fake news”

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/90x66/public/visuels_actus/cancerduseinnn_3.jpg?itok=3pOPzXME Rembourser le test HPV de 35 euros est “indispensable” dans la prévention du cancer du col

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/90x66/public/visuels_actus/vaccinaussi_8.jpg?itok=SDzFKUs5 Quelques infos que vous ne connaissez peut-être pas sur les infections à HPV

================================================================

Vaccin anti-HPV : l’OMS balaie les rumeurs de nocivité

Mélanie Maziere | 04.02.2019

PapillomavirusLe Quotidien du Pharmacien

PhanieZoom

CRÉERNE ALERTE

À l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer ce lundi, les autorités sanitaires ont dénoncé les rumeurs sur la prétendue nocivité du vaccin contre les papillomavirus humains (HPV). Il s’agit au contraire d’une vaccination « sûre et indispensable pour éliminer le cancer du col de l’utérus ».

Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC)* de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « des rumeurs infondées entravent l’augmentation de la vaccination qui est pourtant cruciale dans la prévention du cancer du col de l’utérus ». Livrant ses dernières données, la directrice du CIRC, Elisabete Weiderpass, s’alarme des 570 000 nouveaux cas diagnostiqués l’an dernier et des 310 000 femmes qui en meurent chaque année. « C’est le 4e cancer le plus fréquent chez la femme », souligne-t-elle, martelant que la vaccination anti-HPV est efficace, « sûre et indispensable ».

Car si la prévention ne s’améliore pas, le nombre de décès annuel risque d’atteindre les 460 000 d’ici à 2040. L’OMS rappelle que les deux virus HPV16 et HPV 18 provoquent à eux seuls 70 % des cancers et des lésions cancéreuses du col de l’utérus et recommande de vacciner filles et garçons de 9 à 14 ans. Or, dans un contexte de méfiance généralisée envers la vaccination, les antivax accusent les vaccins anti-HPV d’être responsables de maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques, ce qui n’est corroboré par aucune étude.

La France, où la vaccination est conseillée pour les filles entre 11 et 14 ans, réfléchit à la possibilité d’étendre cette recommandation aux garçons, comme c’est le cas dans une vingtaine de pays dans le monde. La ministre de la Santé Agnès Buzyn, ancienne présidente de l’Institut national du cancer (INCa), s’y est déclarée personnellement favorable puisque « les pays qui vaccinent aussi les garçons ont vu une baisse drastique de la circulation des virus, au bénéfice des filles et des garçons ».

Mais, a-t-elle rappelé, plus que ses convictions personnelles, c’est l’avis très attendu de la Haute Autorité de santé (HAS) qui donnera l’orientation française sur le sujet.

*Institut de recherche multidisciplinaire sur le cancer fondé par l’OMS en 1965.

Avec l’AFP.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr