Medscape Logo mercredi 28 août 2019

ACTUALITÉS & OPINIONS FORMATION MÉDICALE CONTINUE

Actualités & Opinions > Actualités Medscape

Dr Jean-Claude Lemaire – 26 août 2019

Oulu, Finlande/Miami, Floride — Infarctus silencieux ne veut pas dire sans danger. Une étude de cohorte finlandaise de type cas-témoin sur une période de 20 ans montre que plus de 40% des personnes décédées de mort subite cardiaque avaient fait précédemment un infarctus du myocarde non détecté. L’existence de cet infarctus silencieux était définie par la constatation macroscopique et microscopique à l’autopsie d’une cicatrice myocardique chez des sujets sans atteinte coronaire diagnostiquée avant leur mort subite cardiaque. Ces travaux ont été mis en ligne sur le site du JAMA Cardiology [1].

Près de 6000 autopsies analysées

L’équipe de l’Université d’Oulu en Finlande du Nord a analysé les résultats d’autopsie, les caractéristiques cliniques et les signes électrocardiographiques (ECG) de 5 869 sujets consécutifs (78,8% d’hommes; âge moyen: 64,9 ans) participant à l’étude FinGesture (Finnish Genetic Study of Arrhythmic Events, ClinicalTrials.gov NCT02075866) et qui étaient tous décédés de mort subite cardiaque vérifiée par autopsie entre 1998 et 2017.

Atteinte coronaire très prévalente et très souvent méconnue

Les investigateurs ont découvert que la maladie coronarienne était la cause de la mort subite cardiaque chez 74,8% des individus (n=4392) et que cette atteinte coronaire n’était pas connue dans 71,2% des cas (n=3122).

Un infarctus du myocarde silencieux a été détecté chez 42,4% des 3122 personnes ayant fait une mort subite cardiaque sans antécédents cliniques connus de coronaropathie.

« Nous avons été très surpris de la forte proportion de sujets ayant une cicatrice d’infarctus du myocarde à l’autopsie, alors qu’aucun diagnostic de maladie coronarienne n’avait été porté avant leur décès. En fait, la nature silencieuse de leur infarctus a fait qu’ils n’ont pas consulté, consultation qui aurait pu conduire au diagnostic de coronaropathie » a avancé le Dr Juhani Junttila (département de cardiologie, University of Miami Miller School of Medicine), auteur senior de l’article.

Infarctus silencieux : plusieurs signes distinctifs

Plusieurs différences significatives (p<0,001) ont été mises en évidence entre les cas (sujets avec infarctus silencieux) et les témoins (sujets sans infarctus silencieux), les premiers étant plutôt plus âgés (66,9 versus 65,5 ans), plus souvent de sexe masculin (83,4 versus 75,5%), porteurs d’un cœur plus souvent hypertrophié (483 versus 438 g) et leur mort subite cardiaque était plus souvent survenue lors d”activités physiques (18,2 versus 12,4%) ou en extérieur (20,0 versus 14,9%).

Un ECG pratiqué récemment avant la mort subite cardiaque était disponible pour 438 personnes. Parmi les 187 sujets avec infarctus silencieux et ECG disponible, les deux tiers (66,8%, n=125) avaient un tracé ECG anormal versus chez 139 des 251 (55,4%) sujets sans infarctus silencieux (p=0,02).

Les principales anomalies relevées chez les sujets avec infarctus silencieux étaient des fragmentations du complexe QRS, l’existence d’une onde Q, une inversion de l’onde T et un QRS ≥ 110 millisecondes

Apprendre à reconnaître et à prévenir les infarctus silencieux

Les investigateurs mentionnent qu’un « pourcentage important de personnes ayant fait une mort subite d’origine cardiaque en relation avec une atteinte coronarienne avaient déjà présenté un infarctus sans que le diagnostic de maladie coronarienne ait été porté » et indiquent que « certaines de ces personnes auraient pu être identifiées via un ECG ».

Cela est probablement vrai, mais ne signifie malheureusement pas pour autant qu’un dépistage ECG généralisé des infarctus silencieux pourrait produire un bénéfice clinique puisque bon nombre d’événements se produisent chez des sujets sans anomalies ECG préexistantes. « Il nous faudra apprendre à reconnaître et à prévenir les infarctus silencieux si l’on veut essayer de prévenir les morts subites cardiaques » concluent les investigateurs.

Liens

Références

Actualités Medscape © 2019

Citer cet article: Une mort subite est souvent précédée par un infarctus silencieux – Medscape – 26 août 2019.