Accueil Course au large  Transat Jacques Vabre

La signature des architectes de chez VPLP sera présente sur 16 des 81 bateaux engagés sur la prochaine Transat Jacques Vabre.

Le cabinet d’architecture navale désormais dirigé par Simon Watin aura ainsi dessiné au moins un bateau dans chacune des quatre catégories.

Soient 3 Ultim, 8 Imoca, 4 Ocean Fifty et 1 Class40.

« Nous ne cherchons pas à truster la course au large mais c’est vrai que nous aimons balayer large dans nos projets », explique Simon Watin à Voiles et Voiliers.

Une image contenant ciel, extérieur, eau, bateau

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

Comme pour les précédentes éditions mais en plus grand nombre cette fois, les 81 bateaux, dont 15 signés VPLP, de cette Jacques Vabre 2021 seront amarrés dans le bassin Paul Vatine du Havre en attendant le 7 novembre et le grand départ. | JEAN-LOUIS CARLI / ALEA TJV17

Nicolas FICHOT. Publié le 24/10/2021 à 07h15

« C’est vrai que nous serons probablement le cabinet d’architectes le plus présent parmi les concurrents de cette Transat Jacques Vabre.

C’est un fait et nous n’allons pas le renier par fausse modestie » admet tranquillement Simon Watin qui a pris la présidence du groupe de salariés repreneurs de VPLP.

Nous serons présents dans les quatre classes au départ de cette course et c’est tant mieux

« Mais nous ne cherchons pas à truster l’univers de la course au large, ajoute-t-il.

Ce n’est pas dans l’esprit de notre cabinet et nous ne réfléchissons pas comme cela.

Mais c’est vrai que nous avons une capacité qui nous permet de répondre à beaucoup de demandes et à prendre en main tout type de projet.

Le résultat fait que nous serons présents dans les quatre classes au départ de cette course et c’est tant mieux ».

Une image contenant personne, homme, intérieur

Description générée automatiquement

Simon Watin, nouveau président de VPLP Design. | DR. COLL. SIMON WATIN

La signature VPLP, que ce soit en collaboration ou pas avec Guillaume Verdier, sera en effet présente sur 3 des 5 Ultim engagés : Actual Ultim 3, Banque Populaire XI, SVR Lazartigue, mais aussi pour 8 des 23 Imoca qui prendront le départ de la course le 7 novembre prochain : (Charal et, en collaboration avec Guillaume Verdier, Prysmian Group, 11th Hour Racing Team-Alaka’i, Fortinet-Best Western, Initiatives Cœur, MACSF, Maître CoQ IV et Nexans-Art & Fenêtres.

Du côté des Ocean Fifty, les ex-Multi 50, VPLP signera 4 des 7 engagés : le tenant du titre, Groupe GCA-1001 Sourires, mais aussi Solidaires en Peloton-Arsep, Leyton et le dernier-né, Koesio).

Et VPLP aura même un représentant parmi les 46 Class40 inscrits avec Emile Henry – Happyvore.

Il n’y a jamais deux projets similaires

Alors déboule la question journalistique un peu bête, voire très bête : un préféré, parmi ces 15 enfants de chez VPLP.

« Bien sûr que non ! rétorque aussitôt Simon Watin.

Il n’y a jamais deux projets similaires et chaque projet est la réponse à une approche en équipe avec nos architectes, nos ingénieurs et le team du bateau.

Ce sont des histoires forcément différentes et nous les aimons toutes ».

Une image contenant embarcation, navire de navigation, bleu, radeau

Description générée automatiquement

Le 7 novembre prochain, François Gabart sera à la barre de son SVR-Lazartigue, le dernier-né des 16

VPLP inscrits sur la Transat Jacques Vabre 2021. | THIERRY MARTINEZ

Simon Watin et ses associés préfèrent parler de ces projets que son team n’a pas encore eus à traiter dans le domaine de la voile de compétition notamment : 

« Il y a la Classe Mini, par exemple. Dessiner un Mini, c’est un peu l’Arlésienne, chez nous.

On vient de temps en temps nous voir pour cela mais jusque-là, rien n’a débouché.

En fait, ce sont des projets plutôt taillés pour un architecte solo alors que nous avons l’habitude de travailler en équipe.

Mais je ne dis pas non plus que ce sont des projets minimalistes.

Certains ont travaillé sur des projets en – compte d’auteur-, je dirais, et on ne ferait sans doute pas aussi bien qu’eux ».

Ici, tous nos articles sur la Transat Jacques Vabre

Nous travaillons sur d’autres projets et nous ne demandons qu’à aller plus loin encore

Et Simon Watin d’évoquer aussi un autre domaine qui semble lui tenir à cœur : l’intelligence artificielle appliquée à la conduite des voiliers de course :

« C’est un peu à la marge de notre métier mais ça l’est de moins en moins, en fait.

Alors nous travaillons là-dessus. Au-delà de la conception, l’assistance au réglage et la prédiction du réglage optimal permanent sont un champ d’avenir.

Avec Hugo Boss, par exemple, nous sommes allés plus loin que d’habitude.

Avec Antoine (Lauriot-Prévost – N.D.L.R.) nous avons tenté un coup en naviguant beaucoup sur le bateau pour définir les besoins plus en amont.

Nous travaillons sur d’autres projets et nous ne demandons qu’à aller plus loin encore ».

TRANSAT JACQUES VABRE ARCHITECTURE NAVALE VERDIER-VPLP IMOCA COLLECTIF ULTIM

CLASS40 MULTI 50