Accueil Course au large  Transat Jacques Vabre

Maxi Edmond de Rothschild a franchi en vainqueur la ligne d’arrivée de la Transat Jacques Vabre ce mardi 23 novembre à 15h17.

Le trimaran ultim mené par Franck Cammas et Charles Caudrelier a couvert les 7 500 milles du parcours en 16 jours 1 heure et 49 minutes à la vitesse moyenne de 20,51 nœuds, mais il a réellement parcouru 9 262 milles à 24 nœuds.

Le trimaran de l’écurie Gitana est bien le plus rapide du monde. Sa domination a été nette. Cela ne veut pas dire qu’elle a été facile.

Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

Franck Cammas et Charles Caudrelier sont bien les skippers du multicoque océanique le plus rapide du monde : le Maxi Edmond de Rothschild. | JEAN-MARIE LIOT – ALEA – TJV

Loïc MADELINE, à Fort de France. Modifié le 23/11/2021 à 22h52

Le grand multicoque bleu et blanc a franchi la ligne d’arrivée de la Transat Jacques Vabre ce mardi 23 novembre à 15h17 heure française, après 16 jours d’une course intense et difficile.

Seize jours pour une transat, cela paraît très long pour des bateaux qui se contentent de griffer la surface de l’eau à des allures folles.

Oui mais cette année le vent n’a pas été souvent de la partie et le parcours réservé aux Ultim était particulièrement long puisque les trimarans géants ont dû descendre jusqu’à 20° Sud avant d’entreprendre un long bord plein Nord de 1 200 milles puis de faire cap sur la Martinique.

Les favoris ont gagné

Une descente et une remontée de l’Atlantique en sus de la traversée en quelque sorte !

Maxi Edmond de Rothschild est le favori de l’épreuve, c’est le bateau certainement le plus au point de la flotte et il est mené par un tandem de champions incontestable.

Mais dans le petit temps des premières 48 heures, il est réduit comme ses collègues à batailler sous le regard des Ocean Fifty et peine à s’extraire du golfe de Gascogne.

À l’issue d’une route un poil plus à l’Ouest que ses camarades, il retrouve Sodebo et Actual au large du cap Finisterre.

La descente en accéléré va commencer à grands coups d’empannages.

Les chevaux sont lâchés. Avec des vitesses entre 27 et 30 nœuds, les trimarans géants descendent à pas de géant vers Madère. Cammas et Caudrelier sont déjà en tête, et commencent à creuser les écarts à la latitude de Gibraltar.

De 15 milles, l’avance passe à 30 puis 50 milles. Sodebo doit bientôt laisser sa place de premier chasseur à SVR-Lazartigue et comme le vent mollit les bateaux se regroupent.

Une image contenant extérieur, transport, navire de navigation, jour

Description générée automatiquement

Franck Cammas et Charles Caudrelier sur la ligne d’arrivée de la Transat Jacques Vabre. | JEAN-LOUIS CARLI / ALEA

À la hauteur des Canaries, laissés à plus de 100 milles dans l’Est, le chasseur numéro un s’appelle Banque Populaire mais l’écart est passé à une centaine de milles. C’est beaucoup et peu à la fois, seulement trois ou quatre heures d’avance quand ces monstres sont lancés.

VOIR AUSSI :

VIDÉO. Transat Jacques Vabre. Décalé : Que mange-t-on à bord du Maxi Edmond de Rothschild ?
VIDÉOS. Transat Jacques Vabre. L’arrivée victorieuse du trimaran Primonial à Fort de France

Une image contenant extérieur, ciel, montagne, eau

Description générée automatiquement

Maxi Edmond de Rotschild lancé à 30 noeuds avant de penetrer dans la baie de Fort de France. | JEAN-MARIE LIOT /ALEA

Au large du Cap Vert l’avance est toujours d’une centaine de milles et Gabart a repris à Le Cléach la position du chasseur. Cammas et Caudrelier allongent la foulée mais regardent surtout devant eux, la prochaine difficulté sur la route s’appelle le pot au noir.

Dans cette fameuse « zone de convergence intertropicale » les deux marins savent qu’ils ont plus à perdre qu’à gagner.

Ils vont très vite et réussissent à faire passer leur avance à 300 milles avant de tomber dans les premiers dévents du pot.

Logiquement les écarts péniblement gagnés fondent à nouveau. Et dans le rétroviseur, c’est SVR-Lazartigue qui revient à moins de 100 milles.

Une seule petite frayeur, la veille de l’arrivée

Mais premier à entrer dans le pot au noir, Maxi Edmond de Rothschild est aussi le premier à en sortir.

Et creuse à nouveau l’écart : il a 300 milles d’avance sur Banque Populaire quand il vire Trinidad le point le plus Sud de la course.

On imagine la frustration de ses adversaires qui voient l’élastique se tendre à nouveau.

Mais ces derniers ne sont pas des manchots non plus et comptent sur des alizés timides et une deuxième traversée du pot au noir pour revenir.

Mais les options de route se réduisent comme peau de chagrin et la multiplication des empannages le long de la côte nord du Brésil consomme beaucoup d’énergie.

Une image contenant ciel, extérieur, nuages, nature

Description générée automatiquement

Une image splendide : l’approche de la Martinique par le trimaran géant. | JEAN-LOUIS CARLI – ALEA – TJV

À la veille de l’arrivée, le team Gitana se fait une petite frayeur en tombant dans une molle alors que leurs adversaires continuent de débouler pleine balle.

L’écart fond de 300 milles en seulement 24 heures ! L’alerte est chaude mais l’arrivée est trop proche et Maxi Edmond de Rothschild qui s’est recalé devant ses poursuivants pour ne prendre aucun risque confirme sa domination.

C’est bien le meilleur bateau et le meilleur équipage qui l’emporte. Franck Cammas et Charles Caudrelier ont fait une véritable démonstration de force et peuvent maintenant se tourner vers un autre défi : le Trophée Jules Verne.

TRANSAT JACQUES VABRE ULTIM FRANCK CAMMAS CHARLES CAUDRELIER

EDMOND DE ROTHSCHILD GITANA TEAM 17

==================================================================================

Accueil Course au large  Transat Jacques Vabre

VIDÉO. Transat Jacques Vabre. L’arrivée du Banque Populaire d’Armel Le Cléac’h, 3e à Fort de France

Les jolies images, l’émotion et quelques mots de l’arrivée en Martinique d’Armel Le Cléac’h et Kevin Escoffier, troisièmes à bord du trimaran Ultim Banque Populaire XI.

En prime : une belle photo de respect entre adversaires.

Une image contenant personne, bleu

Description générée automatiquementUne image contenant texte, clipart Description générée automatiquement

Observez bien le regard de François Gabart, le sourire d’Armel Le Cléac’h : beaucoup de bonheur et de respect mutuel dans cette belle image. Et si vous cherchez après Kevin Escoffier dans le fond de l’image on aperçoit Charles Caudrelier. | JEAN-MARIE LIOT – ALEA – TJV

Voiles et Voiliers Publié le 24/11/2021 à 12h26

Banque Populaire XI a fait mieux que terminer la course (à l’instar de SVR-Lazartigue, c’était l’objectif pour la première grande compétition de ce bateau neuf) en prenant la nuit dernière la troisième place de la Transat Jacques Vabre en Ultim.

Un podium largement mérité et de belles images d’arrivée avec Armel Le Cléac’h et Kevin Escoffier, à voir et revoir ici.

LA VIDÉO ICI

https://www.youtube.com/watch?v=l93ZV1OoGa4&t=29s&ab_channel=VoileBanquePop

(Crédit Vidéo Team Banque Populaire)

TRANSAT JACQUES VABRE BANQUE POPULAIRE ARMEL LE CLÉAC’H KÉVIN ESCOFFIER

ULTIM MARTINIQUE