Accueil Sport Voile Ocean Race

Alors qu’ils naviguent encore à près de 2000 milles de Cape Town, les Imoca voient se profiler devant eux, une énorme dorsale qui leur barre la route.

Un dernier obstacle qui pourrait remettre tout le monde sur la même ligne et qui dont ma traversée à deux jours de l’arrivée, prévue le 12, sera cruciale.

05 February 2023, Onboard 11th Hour Racing Team during Leg 2, Day 12. Charlie Enright in the driving seat with the mainsheet in hand while Jack Bouttell and Justine Mettraux grind.

05 February 2023, Onboard 11th Hour Racing Team during Leg 2, Day 12. Charlie Enright in the driving seat with the mainsheet in hand while Jack Bouttell and Justine Mettraux grind. | AMORY ROSS / 11TH HOUR RACING / THE OCEAN RACE

Ouest-France J.G. Publié le 07/02/2023 à 14h37

Abonnez-vous

The Ocean Race. Tout pourrait être chamboulé la veille de l’arrivée (ouest-france.fr)

Newsletter Voile

Bas du formulaire

Cette deuxième étape de The Ocean Race entre le Cap-Vert et l’Afrique du Sud est longue, épuisante mais aussi passionnante.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que les cinq Imoca ne sont pas en avance sur l’ETA initiale.

La lente traversée du pot-au-noir, puis le grand tour imposé par le contournement de l’anticyclone de Sainte-Hélène leur a fait perdre près de trois jours, sur les premiers routages.

DIRECT. Positions et classement en temps réel

Depuis deux jours, les leaders font désormais cap à l’Est sur le dos d’une dépression.

Les vitesses enregistrées sont bien souvent au-delà des 22/23 nœuds.

Mais ce rythme endiablé devrait se calmer d’ici 48 h quand la dépression sera passée.

« La dernière partie de cette étape ne sera pas facile, déclare le Malouin, positionné à peu près à équidistance entre Buenos Aires et Cape Town.

La nuit dernière, nous avons eu un front froid et nous allons en avoir un autre ce soir.

Ce front – basse pression – nous amènera à la limite sud du parcours, à la limite des glaces, où nous ne pouvons pas aller plus au sud. »

Ensuite, lorsque nous serons le long de la limite des glaces, nous attendrons une troisième dépression qui nous amènera vers le Nord-Est, vers Cape Town, ajoute-t-il. »

Mais, mais, mais… ce n’est pas fini car, avant d’arriver à Cape Town, une bulle sans vent se formera.

Cela signifie que la veille de l’arrivée, toute la flotte pourrait se rassembler pour vous offrir une superbe arrivée, enfin pas pour nous !

Nous n’aimons pas vraiment cela mais l’arrivée pourrait être serrée avec tous les bateaux réunis sous Table Mountain. »

Chance de retour pour Guyot Environnement

Christian Dumard, consultant météo de la course, indique que la dorsale avant l’arrivée pourrait donner à l’équipage de Guyot Environnement-Team Europe une chance de se rattraper.

L’équipe skippée sur cette étape par l’Allemand Robert Stanjek, est actuellement cinquième, à 245 milles de la tête de flotte.

Le vent va d’abord revenir par l’ouest, ce qui est une bonne chose pour Guyot environnement-Team Europe. Aussi, ils devraient pouvoir recoller aux premiers bateaux​,

VIDEO. Le résumé de la journée

RACE REPORT – Leg 2 – 07/02 | The Ocean Race – YouTube

Ocean Race Kévin Escoffier Lorient Saint-Malo Sport Voile Actualité en continu Imoca