TÉLÉVISION et moins de 3 ans: Le CSA met en garde Free et avertit SFR et Orange                   

publiée le 17/09/2012 par P. Bernanose

CSA

Alors qu’une délibération de juillet 2008 protège les enfants de moins de 3 ans des effets de la télévision, et que c’est le rôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) d’assurer la protection du très jeune public à l’encontre des programmes susceptibles de freiner son développement, ce bilan 2011/2012 du respect par les distributeurs de la délibération visant à protéger les enfants de moins de 3 ans des effets de la télévision aboutit à une mise en garde de Free et à une intervention auprès de SFR et d’Orange.

Il a été suggéré, par plusieurs études, qu’être exposé ou regarder la télévision à un très jeune âge, soit moins de 3 ans, entraîne des retards de développement tels que la passivité, les retards de langage, l’agitation, les troubles du sommeil et de la concentration ainsi que la dépendance aux écrans et favorise la sédentarité puis l’obésité plus tard dans la vie. Rappelons une étude publiée dans les Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine qui montrait que la télévision, simplement allumée, provoque chez les petits enfants de moins de 2 ans, un déficit de leur capacité d’écoute et d’expression.

Avant 3 ans, l’échange et la stimulation avec des personnes, indispensables au bon développement des enfants ne sauraient être remplacés par la télévision. Le concept de programme de télévision adapté à l’enfant de moins de 3 ans n’est donc pas jugé légitime et souhaitable. Le ministère de la santé a lui-même déconseillé la consommation de la télévision jusqu’à l’âge d’au moins 3 ans. Selon la délibération de juillet 2008, il est donc du CSA de prendre les dispositions nécessaires à la protection de la santé et du développement des jeunes enfants, en particulier les enfants de moins de 3 ans, plus vulnérables aux effets néfastes de la télévision.

Orange, SFR et Free doivent rectifier le tir : Le bilan 2011/2012 du CSA du respect par les distributeurs de cette délibération montre que si Bouygues et Numéricable se sont conformés à la délibération, ce n’est pas le cas d’Orange, SFR et Free pour lesquels plusieurs manquements ont été relevés, notamment ceux relatifs à l’information des abonnés. Le message de prévention de Free, par ailleurs s’avère non-conforme. La présentation de la chaîne Baby TV sur le site internet de SFR est de nature promotionnelle et manque d’un message d’avertissement obligatoire sur son site. Orange devra pour sa part, augmenter le rythme de diffusion du message d’avertissement. 

Source : CSA Délibération du 22 juillet 2008 et Bilan 2011/2012 du respect par les distributeurs de la délibération visant à protéger les enfants de moins de 3 ans des effets de la télévision

Accéder aux dernières actualités sur Santé et télévision, temps d’écran, sédentarité

Lire aussi : TELEVISION : Exposition à 2 ans, régression à l’adolescence

DEVELOPPEMENT DE L’ENFANT : PAS DE TELEVISION avant 2 ANS

  Santé de l’Enfant     Petite Enfance

===============================================================================================

TÉLÉVISION: 6 ans, 2 heures d’écran par jour et déjà un risque cardiaque
publiée le 21/04/2011 par P. Bernanose

Arteriosclerosis, Thrombosis and Vascular Biology

Chaque heure de télévision quotidienne est associée à une augmentation de 10 mmHg de pression artérielle systolique. Cette conclusion concerne des enfants de 6 ans qui, rivés à l’écran, ont les artères rétiniennes rétrécies, laissant présager un risque de maladie cardiaque, d’hypertension artérielle et de diabète plus tard dans la vie. Cette étude de chercheurs de l’Université de Sydney constate ce rétrécissement du diamètre des vaisseaux rétiniens, un marqueur de maladie cardiovasculaire, chez les enfants qui passaient 2 heures ou plus chaque jour devant leur écran. Une étude publiée dans Arteriosclerosis, Thrombosis and Vascular Biology, une revue de l’American Heart Association.

Cette étude est la première à montrer un mode de vie sédentaire dans l’enfance est liée à un rétrécissement des vaisseaux dans la rétine. L’étude portait sur environ 1.500 enfants âgés de 6 à 7 ans de 34 écoles primaires à Sydney. Ceux qui pratiquent régulièrement des activités physiques de plein air ont présenté un profil microvasculaire normal en comparaison des enfants ayant les plus faibles niveaux d’activité physique.

Le Dr Bamini Gopinath, auteur principal et chercheur à l’Université de Sydney suggère qu’un mode de vie malsain peut influer sur la microcirculation tôt dans la vie et augmenter le risque de maladie cardiaque et la pression artérielle plus tard dans la vie. Car l’activité physique améliore la circulation sanguine et a un effet positif sur les parois des vaisseaux sanguins.

Le diamètre des vaisseaux rétiniens est un marqueur de maladie cardiovasculaire et d’hypertension artérielle chez les adultes. En moyenne, les enfants passaient 1,9 heures par jour devant l’écran et 36 minutes consacrées à une activité physique organisée. Les enfants à plus haut niveau d’activité physique, soit plus d’une heure, avaient des artères rétiniennes plus “larges” que les enfants qui pratiquaient moins d’une demi-heure par jour d’activité physique.

«Le remplacement d’une heure par jour d’écran par une heure d’activité physique pourrait être efficace dans l’atténuation des effets de la sédentarité sur la microvascularisation rétinienne chez les enfants. Les enfants devraient avoir l’obligation de faire 2 heures de sport par semaine au minimum conclut l’aiteur de l’étude.

Source: The University of Sydney “Kids’ screen time a predictor of future health problems”, Arteriosclerosis, Thrombosis and Vascular Biology: Journal of the American Heart Association

Accéder à l’Espace Santé de l’Enfant, Cardio