Accueil Régate  Coupe de l’America

La 36ème Coupe de l’America a démontré que la victoire se joue désormais au-dessus de 50 nœuds.

Cette très haute vitesse à la voile pose des problèmes nouveaux en matière d’aérodynamisme comme on le voit aussi sur les trimarans Ultime.

Pour faire progresser leur AC75 en vue de la 37ème édition de l’America, Emirates Team New Zealand – avec l’Australien Glenn Ashby aux commandes – s’attaque au record absolu de vitesse à la voile sur la terre ferme détenu par Greenbird de Richard Jenkins.

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Le prao conçu par l’équipe d’architectes – dont les Français Guillaume Verdier, Romaric Neyhousser et Benjamin Muyl – est assez proche de Greenbird. Il est stabilisé par des ballasts. | EMIRATES TEAM NEW ZEALAND

Olivier CHAPUIS. Publié le 25/02/2022 à 13h55

Depuis le 26 mars 2009, le record absolu de vitesse à la voile sur la terre ferme – 126,1 mile/heure ou 202,9 km/h ! -, appartient à Greenbird de l’Anglais Richard Jenkins qui l’avait établi sur le lac asséché d’Ivanpah en Californie.

Son incroyable prao avait notamment inspiré l’empennage de l’aile des Saildrone que j’évoque régulièrement sur notre site (voir tous les liens ici).

Pour mémoire, le record absolu de vitesse à la voile sur l’eau est de 65,45 nœuds, soit 121,21 km/h, et il appartient à Vestas Sailrocket 2 de l’Australien Paul Larsen depuis 2012.

Glenn Ashby aux commandes

Après trois victoires dans les éditions 2010, 2017 et 2021 de la Coupe de l’America avec Emirates Team New Zealand et tout en préparant la prochaine au sein de l’équipage mené par Peter Burling, l’Australien Glenn Ashby (44 ans) – médaillé d’argent en Tornado aux Jeux olympiques de Pékin (2008) et 17 fois champion du monde, essentiellement en Classe A -, a proposé à Grant Dalton que Team New Zealand s’attaque à ce record absolu dont il rêve depuis longtemps.

Si un minimum de poids est nécessaire sur la terre ferme, les enseignements à tirer pour l’aérodynamisme, la structure et les résistances des matériaux du futur AC75 n’en sont pas moins intéressants. | HAMISH HOOPER /EMIRATES TEAM NEW ZEALAND

Lui-même passionné par ce défi, Dalton a dit banco sur des fonds distincts de ceux dévolus à la Coupe de l’America et il a mis sur le dossier dix architectes et ingénieurs de l’équipe.

Parmi ceux-ci, on compte les Français Guillaume Verdier, Romaric Neyhousser et Benjamin Muyl.

Après avoir planché sur Greenbird, ils ont mesuré combien ce projet avait été remarquable.

Il a donc fallu travailler les moindres détails afin d’avoir une chance de battre le record.

Le prao Spirit of Aotearoa, dont la construction s’achèvera fin mars à Auckland, semble à cet égard très proche du defender.

Comme dans la Coupe de l’America pour la nouvelle génération des AC75, les développements portent sur l’aérodynamisme, les systèmes de pilotage et de commande de l’aile, et sur l’ergonomie.

Ce détour par la terre ferme n’est pas un hasard comme n’est pas fortuit l’entrée dans la Coupe de partenaires issus de la Formule 1

Ce détour par la très haute vitesse sur la terre ferme n’est pas un hasard comme n’est pas fortuit l’entrée dans la Coupe de partenaires issus de la Formule 1, Mercedes avec Britannia Ineos du Britannique Ben Ainslie ou Red Bull avec Alinghi Red Bull du Suisse Ernesto Bertarelli et de l’Autrichien Hans Peter Steinacher.

Les problèmes d’aérodynamique, de calculs de structure et de résistance des matériaux sont en effet assez similaires et les enseignements à en tirer seront précieux pour la Coupe de l’America.

Une image contenant intérieur, mur, plafond, meubles

Description générée automatiquement

À plus de 200 km/h sur la terre ferme, la résistance des matériaux pose des problèmes dont la solution sera précieuse pour développer la très haute vitesse sur l’eau. | HAMISH HOOPER / EMIRATES TEAM NEW ZEALAND

Reste une inconnue majeure pour les hommes d’Emirates Team New Zealand.

Sur le lac salé desséché du Sud-Ouest de l’Australie où aura lieu la tentative en juillet-août 2022, les foils seront évidemment remplacés par des pneus.

Tout le problème sera de conserver la meilleure adhérence avec la plus faible résistance possible.

Pour battre Greenbird, il leur faudra mettre la gomme.

O.C.

Une image contenant texte, personne

Description générée automatiquement

L’ergonomie du poste de pilotage, de son volant et de ses palonniers, sera essentielle pour permettre à Glenn Ashby de maîtriser l’engin sur plus de 8 kilomètres de lac salé asséché. | HAMISH HOOPER /EMIRATES TEAM NEW ZEALAND

P.S. Mon blog Route fond continue sur cette page Olivier Chapuis .

Celle-ci héberge non seulement les nouveaux articles mais aussi tous ceux publiés sur Route fond depuis le premier, mis en ligne le 1er décembre 2008.

COUPE DE L’AMERICA RECORD TEAM NEW ZEALAND GUILLAUME VERDIER