Une image contenant personne, homme, intérieur, fermer

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement Publié le 05/01/2022

Au Royaume-Uni, le tabac et le cannabis sont consommés sur une grande échelle, soit indépendamment l’un de l’autre, soit en association.

Une enquête nationale réalisée en ligne en février-mars 2020 permet de se faire idée de la prévalence de ces addictions et de leurs conséquences mentales avec la précision autorisée par ce type d’approche.

Cette étude strictement transversale n’a inclus que des adultes (âge ≥ 18 ans) soit 12 809 personnes.

Ont été détaillés :

(1) le statut tabagique [fumeur (quotidien ou occasionnel) ou non-fumeur (jamais ou ancien fumeur)] ;

(2) statut vis-à-vis du cannabis (jamais ou au quotidien) ; (3) voies d’administration du cannabis ;

(4) notion de troubles mentaux même légers rapportés par les participants eux-mêmes à type de dépression, d’anxiété ou autres justifiant une prise en charge.

Beaucoup plus de consommateurs de cannabis parmi les fumeurs de tabac

Au cours de l’année qui a précédé l’enquête, la prévalence pondérée de la consommation épisodique ou régulière de cannabis au sein de l’échantillon dans son ensemble a été estimée à 7,1 %.

Chez les fumeurs, le chiffre correspondant a été estimé à 21,9 %, ce qui conduit à un odds ratio ajusté (ORa) de 10,07 (intervalle de confiance à 95 % = 8,4-12,0) versus les non-fumeurs.

Le tabagisme chronique ferait donc le lit de l’usage du cannabis, mais de plus, il pousserait à sa consommation quotidienne : ainsi, la prévalence de cette dernière a été estimée à 0,7 % sans le tabac versus 8,7 % chez les fumeurs, soit un ORa de 24,6 (IC 95 % = 18,0-33,6).

La consommation concomitante de tabac et de cannabis a été observée chez 80,8 % des fumeurs actifs, versus 46,2 % des anciens fumeurs.

Et davantage de troubles mentaux

Cette double addiction a été associée à une prévalence particulièrement élevée de troubles mentaux divers nécessitant une prise en charge spécifique, soit 54,2% versus 45,8 % des utilisateurs du cannabis des 33,2 % des fumeurs et 22,7 % des sujets témoins définis par l’absence de ces addictions (p ≤ 0,05 dans toutes les comparaisons).

Cette enquête transversale réalisée en ligne donne une idée de la diffusion du cannabis au Royaume-Uni.

Dans l’année qui l’a précédée, un adulte sur sept avoue avoir consommé cette substance psychoactive au moins une fois.

Les fumeurs sont environ quatre fois plus touchés que les non-fumeurs.

Le mariage tabac et cannabis apparaît très fréquent, le tabagisme étant apparemment un facteur favorisant.

Cette double addiction semble s’accompagner de troubles mentaux divers, le lien de causalité directe restant cependant à établir, ce que ne permet pas l’approche strictement transversale du problème.

D’autant qu’une relation de causalité inverse ne serait être écartée dans tous les cas !

Dr Giovanni Alzato

RÉFÉRENCE : Chandni Hindocha Cannabis use and co-use in tobacco smokers and non-smokers: prevalence and associations with mental health in a cross-sectional, nationally representative sample of adults in Great Britain, 2020 Addiction. 202;116(8):2209-2219. doi:10.1111/add.15381.

Copyright © http://www.jim.fr

Retour sur les dangers du THC