Actualités  –  publiée le 20/05/2021 par Équipe de rédaction Santélog

Clinical Nutrition

Consommer plus de fruits et légumes réduit le risque de maladies chroniques, métaboliques et cardiaques, mais permet aussi de réguler son stress (Visuel Adobe Stock 94716982)

Leur consommation quotidienne recommandée est d’au moins 400 grammes par jour.

Consommer plus de fruits et légumes réduit le risque de maladies chroniques, métaboliques et cardiaques, mais permet aussi de réguler son stress, conclut cette équipe de nutritionnistes et psychologues de l’Université Edith Cowan (ECU, Perth, Australie).

En cause, les niveaux de caroténoïdes, ces pigments végétaux qui donnent leurs couleurs aux fruits et aux légumes, et qui sont également de puissants antioxydants, bénéfiques à la santé physique et mentale.

Cette large étude révèle ainsi, dans la revue Clinical Nutrition, une association inverse entre les niveaux sériques de caroténoïdes et les niveaux de stress.

Il s’agit de l’analyse des données alimentaires, dont la consommation de fruits et légumes et des niveaux de stress chez plus de 8.600 participants âgés de 25 à 91 ans participant à l’étude australienne sur le diabète, AusDiab.

Les caroténoïdes sériques ont également été mesurés dans un sous-ensemble de 1.187 participants par chromatographie liquide haute performance.

Une mesure toute simple et plutôt plaisante de juguler le stress.

L’analyse constate que :

  • la consommation de 470 grammes de fruits et légumes par jour est associée à un niveau de stress réduit de 10% vs une consommation quotidienne de 230 g ;
  • de mauvaises habitudes nutritionnelles sont liées à un stress perçu plus élevé ;
  • globalement, les participants avec les apports les plus élevés de fruits et légumes ont des niveaux de stress plus faibles et l’association est inversement dose-dépendante ;
  • des associations similaires sont trouvées pour les fruits et pour les légumes, analysés séparément ;
  • les analyses de sous-groupes montrent que l’association vaut chez les adultes d’âge moyen mais pas chez les participants plus jeunes (<45 ans) et plus âgés (≥65 ans) ;
  • les taux sériques de caroténoïdes apparaissent un facteur majeur de cette association inverse entre consommation de fruits et de légumes et niveaux de stress.

« Les personnes qui consomment plus de fruits et de légumes sont moins stressées que celles qui en consomment moins”, résume tout simplement Simone Radavelli-Bagatini, l’auteur principal de l’étude qui relève la corrélation maintenant bien démontrée, via l’axe intestin-cerveau, entre régime alimentaire et santé mentale.

Des bienfaits des caroténoïdes : les chercheurs rappellent les nombreuses études déjà publiées sur les caroténoïdes dont le bêta-carotène, un précurseur de la vitamine A, le lycopène, la zéaxanthine et la lutéine.

Ces substances sont bien documentées pour leur capacité antioxydante.

Les fruits contiennent d’autres nutriments bénéfiques eux-aussi, dont des vitamines, des minéraux et des flavonoïdes qui peuvent également réduire l’inflammation et le stress oxydatif, et donc améliorer le bien-être mental.

Enfin, les auteurs rappellent qu’un certain stress doit être considéré comme normal, mais une exposition à long terme peut en revanche avoir un impact significatif sur la santé mentale et favoriser toute une gamme de problèmes de santé, notamment les maladies cardiaques et le diabète.

Une alimentation saine avec des apports élevés de fruits et légumes constituent une mesure toute simple et plutôt plaisante de juguler le stress ?

Source : Clinical Nutrition April 09, 2021 DOI: 10.1016/j.clnu.2021.03.043 Fruit and vegetable intake is inversely associated with perceived stress across the adult lifespan

Plus sur Nutrition Blog