Un traitement à la metformine chez le père lors du développement du sperme est associé à des malformations congénitales, en particulier chez les organes génitaux des garçons, rapporte une nouvelle étude réalisée au Danemark.

Par Justine Montminy

Accompagné par son père, un bébé pointe du doigt un escargot. Profession Santé logo  01/05/2022

L’étude en question, publiée dans la revue Annals of Internal Medicine, cherchait à savoir si le médicament, principalement utilisé dans le traitement du diabète de type 2, avait un impact sur la santé reproductive des hommes.

Pour ce faire, les chercheurs de l’Université de Standford aux États-Unis et de l’Université du Danemark du Sud ont utilisé les données de 1 116 779 bébés nés au Danemark de mères qui n’avaient pas d’antécédent d’hypertension artérielle ou de diabète entre 1996 et 2017.

Les bébés étaient considérés comme exposés à un médicament contre le diabète si leur père a reçu une ou plusieurs ordonnances de médicaments contre le diabète pendant le développement du sperme fécondant.

Parmi les cas étudiés, 3,3% des progénitures présentaient au moins une anomalie congénitale majeure.

Parmi les 1451 bébés exposés à la metformine, 49,4% étaient des garçons et le taux de malformations congénitales était de 5,2%.

En général, les malformations congénitales génitales étaient plus fréquentes et ne se produisaient que chez les garçons, rapportent les chercheurs.

Toutefois, les hommes qui ont pris de la metformine avant ou après la période de développement du sperme de trois mois n’ont pas eu de progéniture avec une incidence plus élevée de malformations congénitales, ajoutent-ils.

Effets des autres médicaments

Les chercheurs ont aussi comparé l’exposition à la metformine à une exposition à l’insuline et les sulfonylurées, deux autres médicaments courants contre le diabète.

Si l’exposition à l’insuline n’affectait pas le taux d’anomalies congénitales, l’effet d’une exposition aux sulfonylurées semble aller dans la même direction que celle à la metformine.

En effet, parmi les 647 bébés exposés aux sulfonylurées, 5,1% avaient des malformations congénitales et 49,3% étaient des garçons.

Toutefois, les chercheurs ont considéré que trop peu de bébés étaient nés de pères qui prenaient des sulfonylurées pour mesurer adéquatement les résultats pour ces enfants.

Comme il n’est pas encore clair comment l’exposition à la metformine entraîne des malformations congénitales, des études supplémentaires pour clarifier la causalité sont nécessaires, soutiennent les chercheurs.

À lire aussi:

Près de 200 cas d’une mystérieuse maladie du foie chez les enfants

Les autorités sanitaires européennes n’ont pas trouvé de lien entre les cas d’une mystérieuse éclosion de maladie du foie qui s’est déclarée chez les enfants.

Un enfant est couché dans un lit d'hôpital.

La pandémie affecte les taux de diabète de type 1 chez les enfants

Dans une étude publiée dans « JAMA Pediatrics », des chercheurs ont non seulement constaté une augmentation des cas pédiatriques présentant une acidocétose diabétique, mais aussi une augmentation inhabituelle.