SEXOLOGIE UROLOGIE – Par Corinne Tutin le 07-12-2019

L’enquête Contexte de la sexualité en France (CSF) suggère que l’âge du premier rapport est plus précoce egora.fr

Une enquête téléphonique entreprise entre le 28 décembre 2017 et le 3 janvier 2018 par l’Ifop* pour Lacse**, un comparateur de sites de rencontres, auprès de 2012 sujets de 18 à 69 ans vivant en France métropolitaine, révèle que 26 % des adultes, soit 33 % des hommes et 21 % des femmes, se sont déjà connectés sur un site de rencontre.

“En permettant des échanges privatisés, les sites de rencontre permettent une nouvelle gestion de la sexualité”, explique le Dr Pierre Desvaux andrologue et sexologue à Paris. Parmi ces internautes, 57 % ont rencontré “en vrai ” une personne, mais 17 % n’ont eu aucun échange, et 26 % ont eu des échanges sur internet, mais n’ont vu personne.

Après rencontre, 48 % des sujets ont eu une relation amoureuse et/ou sexuelle (9 % une aventure purement sexuelle, 19 % une relation amoureuse, 20 % une relation amoureuse et sexuelle), tandis que 52 % ne sont pas allés plus loin. Un tiers des 15 % de sujets qui ont fait une rencontre étaient engagés dans une relation de couple.

D’autres études montrent que les hommes de moins de 25 ans sur Meetic et les femmes de plus de 50 ans ont moins de chances d’établir des contacts. L’homogamie sociale est maintenue sur internet.

L’enquête Contexte de la sexualité en France (CSF) suggère, par ailleurs, que l’âge du premier rapport est plus précoce : 16 ans au lieu de 17. Les jeunes femmes de 16 à 24 ans déclarent deux fois plus de 10 partenaires sexuels que celles de 65 à 74 ans et seulement un peu moins que les femmes de 45 à 54 ans. Trois femmes sur 4 (contre 19 % en 1970 dans le rapport Simon) reconnaissent se masturber et 47 % déclarent avoir été sur un site pornographique contre 4 % en 2006.

*Institut français d’opinion publique

**Laboratoire des Connaissances en SEduction

Sources : 113e Congrès français d’urologie (Paris, 20-23 novembre 2019). D’après la communication de P. Desvaux (Paris).  

A 48 ans, le Dr Marion Tuduri entame "une seconde vie" : celle d'une femme“Médecin, j’ai changé de sexe pour être en accord avec moi-même”

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/90x66/public/visuels_actus/porno-ecran.jpeg?itok=-xQXEEPsTroubles de l’érection, zoophilie, nymphoplastie… les ravages du porno chez les ados