Accueil Bateau  Ultim

Le départ du premier tour du monde en solitaire en Ultim (trimarans géants de 32 mètres de long et 23 mètres de large) sera donné à Brest fin 2023.

Cinq bateaux sont déjà pré-inscrits et deux autres pourraient les rejoindre. Contrairement au Vendée Globe, les escales techniques et le routage à terre seront autorisés.

Enfin, il faudra appartenir au collectif Ultim et respecter des règles de jauge très précises pour participer à ce tour du monde. Explications.

Une image contenant extérieur, eau, ciel, bateau

Description générée automatiquement

Il y aura probablement six bateaux au départ du tour du monde en solitaire en Ultim, peut-être sept si Francis Joyon décide de s’engager. | JEAN-MARIE LIOT

Olivier BOURBON.Modifié le 09/12/2021 à 11h38

Initialement prévu fin 2019 avant d’être reporté en raison des avaries subies lors de la Route du Rhum 2018 (dont la perte du Banque Populaire IX d’Armel Le Cléac’h), le tour du monde en solitaire ey en Ultim se tiendra finalement « fin 2023 ».

L’annonce a été faite au Nautic, le salon nautique de Paris, ce mardi 7 décembre.

Cinq bateaux déjà pré-inscrits

La classe Ultim 32/23 et l’organisateur OC Sport Pen Duick ont annoncé un plateau potentiel de sept trimarans géants.

Cinq ont déjà validé leur pré-inscription : Actual Leader (skipper : Yves Le Blevec), Banque Populaire XI (Armel Le Cléac’h), Sodebo Ultim’ 3 (Thomas Coville), Maxi Edmond de Rothschild (Charles Caudrelier), ainsi que l’ex Actual et ex Sodebo (qui devrait être confié à un jeune skipper dont on ne connaît pas l’identité). SVR-Lazartigue (François Gabart) devrait être le sixième Ultim à annoncer son engagement.

Quant à l’électron libre Francis Joyon (IDEC Sport), il n’a pas encore livré ses intentions. « En mars dernier, en Assemblée Générale, nous avons demandé aux marins s’ils se sentaient prêts à partir seuls autour du monde avec ces bateaux. Ils ont répondu oui. Ils veulent écrire cette nouvelle page de la course au large », a déclaré Jean-Bernard Leboucher, Président de la classe Ultim.

Une image contenant extérieur, eau, ciel, transport

Description générée automatiquement

Parmi les potentiels engagés, on trouve le Banque Populaire XI d’Armel Le Cléac’h. | JÉRÉMIE LECAUDEY – BANQUE POPULAIRE

VOIR AUSSI :
Transat Jacques Vabre. Franck Cammas et Charles Caudrelier vainqueurs en Ultim : la gloire de Gitana

VIDÉO. Transat Jacques Vabre. 40 secondes à 40 nœuds à bord du trimaran Actual Ultim de Le Blevec

Les escales techniques et le routage à terre autorisés

L’avis de course n’est pas encore sorti mais un aspect important est déjà acté : les escales techniques seront autorisées.

Contrairement au Vendée Globe, les marins auront donc droit à de l’assistance.

Concrètement, en cas de problème technique, ils pourront s’arrêter dans un port, réparer avec leur équipe et repartir sans être hors course.

« Compte tenu des investissements nécessaires pour engager ces bateaux, ce ne serait pas une bonne idée qu’ils doivent abandonner à cause d’une casse mineure », a expliqué Hervé Favre, président d’OC Sport Pen Duick.

Avec un plateau de sept bateaux, il paraît en effet logique d’essayer de permettre au plus grand nombre de rallier la ligne d’arrivée. Les modalités exactes de ces escales techniques seront prochainement précisées par la direction de course.

Par ailleurs, comme dans toutes les autres épreuves en Ultim, l’aide d’un routeur à terre sera autorisée, et bien appréciée par les marins solitaires. Enfin, les teams engagés devront nécessairement adhérer à la classe Ultim 32/23 et donc se plier à des règles de jauge précises.