Actualités  –  publiée le 2/10/2021 par Équipe de rédaction Santélog

Journal of Science and Medicine in Sport

Rester plus souvent et plus longtemps debout durant la journée peut contribuer à prévenir les maladies chroniques (Visuel Adobe Stock 225411951)

De très nombreuses études ont alerté sur les dangers de la station assise régulière et prolongée, pour la santé.

Cette nouvelle recherche confirme à sa manière ces conclusions en observant une association entre la position debout et la sensibilité à l’insuline : rester plus souvent et plus longtemps debout durant la journée peut contribuer à prévenir les maladies chroniques.

Ces données, publiées dans le Journal of Science and Medicine in Sport engagent à favoriser la station debout, quand on le peut-indépendamment de la pratique de l’exercice physique ou d’autres facteurs de mode de vie.

L’insuline, une hormone clé dans le métabolisme énergétique et la régulation de la glycémie est également au cœur de cette étude.

On sait que la fonction normale de l’insuline dans le corps peut être perturbée par un certain nombre de facteurs comme le surpoids.

Une diminution de la sensibilité à l’insuline est corrélée au risque accru de diabète de type 2 – une maladie dans laquelle le corps ne réagit pas normalement à l’insuline et la glycémie augmente.

Le mode de vie a un fort impact sur la résistance à l’insuline et le développement du diabète de type 2, et l’activité physique régulière est connue pour jouer un rôle important dans la prévention des troubles métaboliques.

Cependant, jusqu’à présent, on en savait peu sur les effets de la station debout sur la résistance à l’insuline.

Ici, les chercheurs du Turku PET Center et de l’Université de Turku identifient ce nouveau facteur comme efficace à contrer la résistance à l’insuline.

Ici, les chercheurs finlandais observent que la position debout est associée à une meilleure sensibilité à l’insuline indépendamment de la quantité d’activité physique quotidienne ou du temps passé en position assise, du niveau de forme physique ou du surpoids.

Le temps passé debout apparaît donc un facteur indépendant de sensibilité à l’insuline, indépendant des autres facteurs de mode de vie.

L’association n’avait jamais été démontrée auparavant.

Enfin, ces résultats engagent à remplacer une partie du temps quotidien assis par la position debout, en particulier si les recommandations en matière d’activité physique ne sont pas respectées.

La composition corporelle : l’étude souligne également l’importance d’une composition corporelle saine sur la santé métabolique.

Les résultats montrent que l’augmentation du taux de graisse corporelle est un facteur clé de sensibilité à l’insuline, aussi important que l’activité physique, la forme physique ou le temps passé assis.

La position debout, en revanche, est associée à la sensibilité à l’insuline indépendamment, quelle que soit la composition corporelle.

L’exercice régulier n’est pas, pour autant à négliger, il est également lié au métabolisme de l’insuline, mais indirectement, par son effet sur la composition corporelle.

En conclusion, favoriser quand on le peut, la position debout, faire attention à sa composition corporelle (taux de masse grasse) notamment en respectant les recommandations de pratique de l’exercice physique, limiter sa sédentarité et le temps passé assis dans la journée, sont différents moyens, directs et indirects, de maintenir sa sensibilité à l’insuline et de prévenir le risque de diabète de type 2.

Source: Journal of Science and Medicine in Sport August 2021 DOI : 10.1016/j.jsams.2021.08.009 Standing is associated with insulin sensitivity in adults with metabolic syndrome

Plus sur l’Association entre position assise et problèmes de santé