Actualités  –  Publiée le 27/06/2021 par Équipe de rédaction Santélog

PLoS ONE

En moyenne, les fumeurs ont besoin de faire réparer leurs artères obstruées environ 10 ans plus tôt que les non-fumeurs (Visuel Adobe Stock 100929377)

En moyenne, les fumeurs ont besoin de faire réparer leurs artères obstruées environ 10 ans plus tôt que les non-fumeurs, conclut cette étude de cardiologues de l’Université du Michigan.

L’étude, publiée dans la revue PLoS ONE, rappelle le faible taux de sevrage tabagique chez les patients à risque cardiovasculaire élevé, même lorsqu’ils se savent « menacés ».

2 facteurs majeurs et évitables d’angioplastie, l’obésité et le tabagisme

Il s’agit de l’étude BMC2 menée dans le cadre du Blue Cross Blue Shield of Michigan Cardiovascular Consortium qui a regardé les facteurs de risque de patients sans antécédents de crise cardiaque traités dans des hôpitaux du Michigan participants.

Les participants avaient subi une angioplastie et/ou une endoprothèse pour élargir ou débloquer leurs artères coronaires et rétablir le flux sanguin.

Presque tous présentaient au moins un facteur de risque traditionnel, notamment le tabagisme, l’obésité, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie et le diabète.

La plupart des participants présentaient 3 facteurs de risque ou plus. L’analyse montre que:

  • Les fumeurs ont besoin d’une angioplastie et d’un stent environ une décennie plus tôt vs les non-fumeurs ;
  • Les femmes subissent cette intervention à un âge plus avancé que les hommes ;
  • Durant ces 10 dernières années, les taux d’obésité et de diabète ont augmenté chez ces patients subissant leur première angioplastie ou procédure d’endoprothèse, tandis que le tabagisme et l’hypercholestérolémie ont diminué.

Si « le tabagisme est un facteur de risque totalement évitable », rappelle l’auteur principal, le Dr Devraj Sukul, cardiologue interventionnel et professeur au Frankel Cardiovascular Center de l’Université du Michigan, 30% des patients se sachant à risque cardiaque élevé continuent à fumer.

“Nous devons consacrer des efforts supplémentaires à la prévention du tabagisme et de l’obésité chez ce groupe de patients, nous pourrons ainsi retarder considérablement le développement des maladies cardiaques et le besoin d’angioplastie et de stents ».

Source: PLoS ONE June 9, 2021 DOI : 10.1371/journal.pone.0250801 Prevalence of coronary risk factors in contemporary practice among patients undergoing their first percutaneous coronary intervention: Implications for primary prevention

Lire aussi : CRISE CARDIAQUE : 30% des patients continuent à fumer