Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement Publié le 08/10/2021

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont une cause fréquente de morbidité et mortalité : 60 % des patients décèdent ou restent handicapés.

Des études ont montré la relation inverse entre poids de naissance et risque d’AVC chez les hommes mais aussi les femmes.

L’association entre poids de naissance, indice de masse corporelle et AVC n’a pas été étudiée.

Une étude suédoise (BMI Epidemiology Study BEST) s’est basée sur les données des personnes ayant suivi une scolarité dans la municipalité de Göteborg, les renseignements étant tirés des observations de santé scolaire qui comportent les poids de naissance (PN) et les résultats des visites de santé jusqu’à la fin de la scolarité secondaire.

Ces données ont été enregistrées à partir de 1952 avec un recueil dans plus de 98,5 % des cas.

Celles concernant les hommes nés en 1945-1961 ont été complétées par celles des visites médicales d’incorporation de l’armée, le service militaire ayant été obligatoire jusqu’en 2010.

Les registres nationaux de santé et des causes de décès ont permis un croisement avec les informations précédentes, les personnes étant repérées par leur numéro personnel d’identification.

Au total, 35 659 sujets d’ascendance suédoise ont été inclus dans l’étude et ont été suivis à partir de l’âge de 20 ans jusqu’au 31/12/2016 ou la survenue d’un AVC, d’un décès ou une émigration.

La durée moyenne du suivi est de 40 ± 9,4 ans soit 1 424 855 personnes/an.

Pendant cette période, 1 184 premiers épisodes d’AVC ont été enregistrés : 905 accidents ischémiques, 234 hémorragies intracérébrales et 45 non étiquetés.

Pas d’interaction avec l’IMC ultérieur

Les informations sur l’âge gestationnel et le tabagisme pendant la grossesse n’étant pas disponibles, l’analyse a porté sur les enfants de poids de naissance supérieur à 2,5 Kg et inférieur à 4,5 Kg.

Pour toute augmentation d’un écart-type du poids de naissance (PN) le risque d’AVC est apparu réduit de 11 % (risque relatif RR 0,89 par écart-type, intervalle de confiance à 95 % IC 0,85-0,94).

Cette association demeurait lorsque l’analyse était limitée aux PN dans les normes.

Le risque d’AVC à l’âge adulte était diminué de 19 % par Kg de PN supplémentaire (RR 0,81 IC 0,73-0,89).

Une relation inverse similaire a été constatée pour les accidents ischémiques et hémorragiques.

La répartition en tertiles des PN a montré que les sujets du tertile inférieur en comparaison du médian avaient un risque d’AVC significativement augmenté.

De plus, l’IMC à l’âge de 20 ans, mais non à 8 ans, était significativement associé au risque d’AVC (RR 1,13 IC 1,07-1,20 par écart-type).

Cependant, il n’a pas été constaté d’interaction significative entre le PN et l’IMC à l’âge de 20 ans.

De surcroît, les individus dont le PN était dans le tertile inférieur puis qui ont présenté un surpoids à l’âge de 20 ans avaient un risque d’AVC augmenté de 81 % (RR 1,81 IC 1,19-2,54) en comparaison de ceux de PN dans le tertile médian avec un poids normal à 20 ans.

En conclusion, cette étude montre une association inverse entre le poids de naissance et le risque d’AVC ischémique et hémorragique à l’âge adulte indépendamment de l’IMC à 20 ans.

Ainsi le poids de naissance devrait-il être pris en compte parmi les facteurs de risque d’AVC.

Pr Jean-Jacques Baudon

RÉFÉRENCE: Lilja L et coll. : Low birth weight as an early-life risk factor for adult stroke among men. J Pediatr 2021;237:162-167.

Copyright © http://www.jim.fr

Un lien entre IMC dans l’enfance et AVC ischémique à l’âge adulte