du 12/05/2010  N° 8769

La mortalité par maladie coronaire a décru au cours des trois dernières décennies dans les pays de l’Ouest. Une étude des données épidémiologiques recueillies entre 1994 et 2005 dans la province de l’Ontario (Canada) permet d’attribuer la moitié de cette réduction à une amélioration des facteurs de risque et l’autre moitié à une meilleure prise en charge chirurgicale et médicale.

Les résultats trouvés pour cette province canadienne sont similaires à ceux produits dans les pays de l’Ouest en général.
 
Pendant la période de l’étude, il y a eu une réduction de 35 % de la mortalité coronaire, qui s’est traduite par 7 585 décès en moins. « La majeure partie de cette réduction de mortalité est associée à une amélioration des facteurs de risque traditionnels de la maladie coronaire, en particulier le cholestérol total et la tension artérielle systolique. » Cette tendance positive est toutefois contrebalancée, mais incomplètement, par une augmentation de l’obésité et du diabète.
 
La part attribuable au traitement correspond à 43 % de la réduction de la mortalité coronaire. Elle a été observée principalement chez les patients ayant une maladie coronaire stable et/ou une insuffisance cardiaque.

› Dr BÉ.V.

Harindra Wijeysundera et coll., « JAMA », 12 mai 2010, vol. 303, n° 18, 1841-1847.

Quotimed.com, le 12/05/2010