Accueil Course au large  record

Le menhir est de retour !

Déjà vainqueur de la Route du Rhum et recordman du Trophée Jules Verne, Francis Joyon va s’attaquer au record de la Route de la Découverte en équipage, entre Cadix et San Salvador (Bahamas).

À bord de son fidèle trimaran IDEC SPORT, avec un équipage confirmé : Bernard Stamm, Bertrand Delesne, Christophe Houdet et Antoine Blouet. Objectif : faire mieux que Spindrift en traversant l’Atlantique à plus de 25 nœuds de moyenne.

Une image contenant extérieur, ciel, eau, embarcation

Description générée automatiquement

Le trimaran le plus titré de la planète voile repart à l’assaut de l’Atlantique, avec Francis Joyon et ses quatre hommes d’équipage, parmi lesquels un certain Bernard Stamm. | FRANCOIS VAN MALLEGHEM-ALEA-IDEC SPORT

Bruno MÉNARD Modifié le 16/09/2021 à 09h10 Publié le 15/09/2021 à 16h03

Bonne nouvelle, le menhir est de retour !

Francis Joyon, le plus grand chasseur de records de la planète voile, tenant du titre du record absolu autour du monde, vainqueur de la dernière Route du Rhum en 2018 au prix d’un duel incroyable avec François Gabart, annonce qu’il reprend la mer.

Pour une nouvelle tentative de record.

En équipage, comme lors de son Trophée Jules Verne victorieux en 2017 (40 jours, 23 heures), et toujours à bord du trimaran géant IDEC SPORT.

Un bateau âgé de 15 ans au palmarès insensé et qu’il connaît à merveille.

Une image contenant texte, transport, navire de navigation, bateau

Description générée automatiquement

Francis Joyon à la barre de son maxi trimaran IDEC SPORT | FRANCOIS VAN MALLEGHEM-ALEA-IDEC SPORT

Temps à battre : 6 jours 14 heures 29 minutes

Joyon-la-légende, le skipper à la toute petite voix qui ne fait rien comme tout le monde, toujours hors des sentiers battus, repart donc en campagne sur un parcours qu’il connaît très bien en solitaire, mais pas en équipage : la Route de la Découverte, entre Cadix (Espagne) et San Salvador (Bahamas).

Un parcours transatlantique de 4481 milles en route directe, soit près de 8300 kilomètres, qu’il faut boucler en moins de six jours, 14 heures, 29 minutes et 53 secondes.

Ce chrono de référence est détenu depuis 2013 par l’équipage de Yann Guichard et Dona Bertarelli à bord de Spindrift, le plus grand trimaran océanique du monde : 40 mètres soit grosso modo 10 de plus que IDEC SPORT

Francis Joyon est un marin de légende. C’est un fait, pas un commentaire

Ce ne sera pas simple, donc, mais Francis Joyon a déjà montré à de multiples reprises – et avec toujours beaucoup d’humilité – que le mot impossible ne faisait pas vraiment partie de son vocabulaire.

En solitaire ou en équipage, ce phénomène très peu bavard dans les médias a déjà renversé absolument tous les grands records à la voile.

Tous. Que ce soit à travers l’Atlantique, en Asie et bien sûr autour du monde, seul ou en équipage.

Tous ceux qui aiment la mer, la course au large, les grands trimarans et l’aventure se souviennent de ses années de duels épiques autour du monde avec Thomas Coville.

Ou encore du Trophée Jules Verne de 2017 où l’on ne donnait pourtant pas très cher de ses chances de réussite face à des bateaux beaucoup plus modernes et en devant s’adapter à la pratique de l’équipage qu’il ne connaissait alors quasiment pas.

De son duel au finish incroyable avec François Gabart encore, pour sa victoire dans la Route du Rhum 2018.

Bref, il déteste qu’on dise ça mais Francis Joyon est un marin de légende.

C’est un fait, pas un commentaire.

En équipage réduit, toujours, avec des « couteaux suisses ».

Or donc, Joyon repart en mer. À bord d’IDEC SPORT avec comme à son habitude un équipage très réduit de « couteaux suisses » (des marins qui savent tout faire, pas des hyper spécialistes).

Quatre hommes de confiance rompus aux hautes vitesses et qui connaissent parfaitement le grand trimaran et son skipper : Bernard Stamm, Christophe Houdet, Bertrand Delesne et Antoine Blouet.

Ils seront donc seulement cinq à bord avec Francis Joyon.

Joyon a déjà détenu deux fois en solitaire le record de ce parcours de la Route de la découverte, imaginé dans le sillage de celui emprunté par Christophe Colomb.

Mais jamais en équipage, une spécialité que le marin solitaire a découvert (avec bonheur !) lors du Trophée Jules Verne victorieux de 2017.

Un tour du monde resté dans les mémoires de ceux qui aiment la mer, les tours du monde et les marins atypiques. Notamment grâce à une traversée de l’océan Indien à une vitesse folle, complètement folle.

Joyon et le maxi-trimaran IDEC SPORT quitteront leur port d’attache de la Trinité-sur-mer le 21 septembre. Ils mettront le cap dans un premier temps sur la région de Malaga et le Sud de l’Andalousie où son fidèle partenaire le GROUPE IDEC (18 ans d’histoire commune) initie un ambitieux « parc logistique et industriel à énergie positive. »

On cherche toujours à aller vers plus de simplicité

« Le bateau est prêt » murmure Francis, toujours aux petits soins pour son maxi-trimaran.

« Nous avons travaillé sur les appendices, qui avaient beaucoup souffert lors de nos navigations en Asie, heurtant un nombre important d’OFNIS.

On est très attentif à son vieillissement.

On réagit à toute apparition de fissures.

Il est certain que l’utilisation du petit mât, sans nuire à la performance, a considérablement réduit les efforts sur la plateforme.

On cherche toujours à aller vers plus de simplicité dans les manœuvres et on continue de trouver ici et là quelques astuces.

Nous profitons de la fin d’été pour sortir régulièrement.

Mon fils Corentin, permanent du bateau depuis la saison 2018, ne sera pas des nôtres.

Avec Antoine, Christophe, Bernard et Bertrand, j’aurai pour m’accompagner un joyeux équipage qui connaît parfaitement le bateau. »

Le record est pointu, il faut tenir plus de 25 nœuds de moyenne

Six jours, 14 heures, 29 minutes et 53 secondes pour couvrir 4 481 milles en route directe !

« Ce record est très pointu » estime Francis Joyon.

« Plus de 25 nœuds de moyenne ! Il faudra une excellente fenêtre météo pour espérer l’améliorer.

Et un peu de chance aussi car on sait les Bahamas souvent très déventées.

Cette Route de la Découverte est un parcours fabuleux, magique, chargé d’histoire.

C’est le trajet suivi par Christophe Colomb.

Les îles y sont fascinantes. J’y ai débarqué une fois à l’issue de l’un de mes records en solitaire.

La population était adorable. Ce parcours est plein de promesses de belles glisses, d’horizons fabuleux.

Nous travaillons les moindres détails des scénarii météos avec Christian Dumard, car le réchauffement climatique est un phénomène bien réel que l’on mesure à l’augmentation statistique de la fréquence des ouragans sur cette zone des Antilles. Les océans se réchauffent, et fournissent le carburant aux cyclones. »

Stanb-by à Cadix début octobre

Le stand-by commencera dès les derniers jours de septembre pour un départ début octobre.

On sait qu’en général, Joyon ne patiente pas très longtemps…

Il amarrera son maxi-trimaran quelques jours à Algésiras puis à Malaga, avant de rejoindre Cadix et Puerto Sherry, après avoir accompagné des opérations de Relations Publiques organisées par le GROUPE IDEC, très impliqué dans un ambitieux projet logistique et industriel en Andalousie. (avec service presse)

RECORD FRANCIS JOYON IDEC SPORT BERNARD STAMM SPINDRIFT TRIMARAN ULTIM