Accueil Sécurité en mer  sauvetage

Un sauvetage exceptionnel a eu lieu le 5 juillet, quand le voilier Don Quijote, démâté, s’est fait retourner par une énorme tempête au large des côtes bretonnes.

L’armée française vient de publier le récit de cette intervention incroyable, et réussie malgré d’immenses difficultés.

Au prix du courage exceptionnel et du savoir-faire d’un plongeur et des équipages des hélicoptères de la Marine nationale.

Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

L’hélicoptère Caïman Marine qui a permis la réussite de l’opération. | FLOTTILLE 33F / MARINE NATIONALE / DÉFENSE

Voiles et Voiliers. Modifié le 27/08/2021 à 16h43 Publié le 27/08/2021 à 15h09

Sur ses sites et réseaux sociaux, l’armée française vient de publier le récit complet du sauvetage des six plaisanciers du voilier danois de onze mètres le Don Quijote, en perdition dans la tempête après avoir démâté au large de la Bretagne le 5 juillet dernier.

Voiles et Voiliers vous avait signalé ce sauvetage dont vous pouvez retrouver la première narration ici :

LIRE AUSSI :

Un voilier en perdition dans la tempête, six plaisanciers sauvés au large de la Bretagne

Mais on en sait beaucoup plus aujourd’hui, et ce qu’on apprend est à la fois effrayant et magnifique.

On se doutait déjà que ce sauvetage, de nuit dans une très grosse tempête, avait été exceptionnel.

Mais on s’imaginait difficilement à quel point avant de lire ces lignes, où l’on apprend toute la difficulté de l’opération, les risques encourus et pourquoi elle a été en tout point exceptionnelle.

Voici ce récit :

Face à des vents de plus de 60 nœuds et des creux de 6 à 9 mètres

Le lundi 5 juillet 2021 à 21h, l’équipage d’alerte Secours Maritime (Search and Rescue, ou SAR) de la Flottille 33F est engagé par le CROSS Corsen.

Le voilier danois Don Quijote, avec six marins à son bord, est en perdition et a activé sa balise de détresse.

La dégradation des conditions météorologiques a entraîné la formation d’une « grosse mer » de catégorie 7 provoquant des creux de six à neuf mètres au large de la Bretagne, où navigue le voilier.

Embarqué à bord d’un hélicoptère Caïman Marine, l’équipage d’alerte transite vers la zone d’opération en faisant face à un vent de 60 nœuds (plus de 110 km/h) en suivant les éléments fournis par le CROSS.

À 80 nautiques des côtes, le voilier est repéré, démâté par le vent et les vagues.

L’équipage de l’hélicoptère l’ignore, mais le voilier a déjà été retourné deux fois, et ses six marins, sous le choc, sont regroupés sur la plage arrière.

Une image contenant personne, debout, posant, groupe

Description générée automatiquement

Les hommes du sauvetage. | FLOTTILLE 33F / MARINE NATIONALE / DÉFENSE

Une fois le Don Quijote en visuel, le treuilliste tente de faire descendre le plongeur d’hélicoptère (PLH) à son bord, le maître Frédéric, mais la forte houle le fait renoncer.

L’installation radio du voilier étant noyée, il était impossible pour l’hélicoptère de communiquer avec celui-ci.

L’équipage du voilier prend l’initiative de se réfugier sur le canot de sauvetage, afin de permettre une descente du plongeur.

Une fois parmi eux, il lui faut encore réceptionner la sangle pour treuiller les rescapés à bord de l’hélicoptère.

La houle fait chavirer le canot de sauvetage

C’est sans compter sur la mer déchaînée.

La houle puissante fait chavirer le canot de sauvetage, et projette tous ses occupants à l’eau.

Dans l’obscurité totale, le maître Frédéric parvient à regrouper autour de lui quatre des naufragés, et cherche pendant de longues minutes les deux derniers.

C’est grâce à la lampe à éclat du gilet de sauvetage de l’un d’eux qu’il parvient enfin à les repérer.

Problème technique sur l’hélicoptère qui doit laisser les naufragés seuls avec le plongeur

Une image contenant plancher, intérieur

Description générée automatiquement

Les plaisanciers à leur arrivée à terre, évacués en légère hypothermie après une énorme frayeur : leur voilier a démâté en pleine tempête. | FLOTTILLE 33F / MARINE NATIONALE / DÉFENSE

Au-dessus d’eux, l’hélicoptère reste en stationnaire, et leur envoie son canot de survie (10 places).

Les naufragés y sont rassemblés, en état de choc et en hypothermie.

Par échange radio, le maître Frédéric est informé que suite à un problème technique, l’opération de treuillage doit être interrompue.

Le maître Frédéric sait que le Caïman Marine doit rallier la base d’aéronautique navale (BAN) de Lanvéoc-Poulmic afin d’intervenir sur la panne ou de changer d’aéronef.

De sauveteur, le plongeur devient naufragé

La situation change alors pour lui : de sauveteur, il devient lui aussi naufragé.

En gardant son sang-froid, il rassure et applique les gestes de secourisme auxquels il forme des stagiaires au Centre d’entraînement à la survie et au sauvetage de l’Aéronautique Navale (CESSAN).

Une image contenant personne

Description générée automatiquement

L’un des héros de ce sauvetage exceptionnel. | FLOTTILLE 33F / MARINE NATIONALE / DÉFENSE

Pendant plusieurs heures, les sept passagers du canot attendent les secours, jusqu’à apercevoir un navire de commerce.

Le maître Frédéric parvient à l’alerter en mettant en œuvre les fusées de détresse.

Le navire les rejoint et reste une heure à leurs côtés en attendant que l’hélicoptère ne revienne.

Une fois sur zone, l’hélicoptère fait descendre un second plongeur ; avec l’aide du maître Frédéric, ils remontent enfin les six naufragés, qui sont ramenés sains et saufs.

À terre, ils sont pris en charge par du personnel du Service de santé des Armées (SSA).

Une mission qui marquera à jamais les sauveteurs

Tous les moyens ont été mis en œuvre pour sauver ces six naufragés et ont permis, grâce au professionnalisme du CROSS CORSEN et de l’équipage du Caïman Marine de la 33F, un dénouement heureux pour une mission qui marquera à jamais la carrière des sauveteurs !

(Source Marine nationale – ministère des Armées)

Une image contenant ciel, extérieur, nuages, nuageux

Description générée automatiquement

Caïman Marine. | FLOTTILLE 33F / MARINE NATIONALE / DÉFENSE

SAUVETAGE BRETAGNE NAUFRAGE TEMPÊTES DÉMÂTAGE HÉLITREUILLAGE

MARINE NATIONALE