Publié le 19/09/2022

En France, le dépistage des facteurs de risque cardiovasculaire est recommandé lors des visites préventives annuelles gratuites, subventionnées par le régime national d’assurance maladie.

Une différence au profit des hommes a été décrite concernant le dépistage et le traitement des maladies cardiovasculaires (MCV) et l’accès différentiel au système de soins de santé est susceptible de jouer un rôle à cet égard.

Cependant, il existe peu de données en France documentant le recours des femmes aux services de prévention.

A partir des données d’un centre de médecine préventive parisien, l’objectif de ce travail était de décrire les caractéristiques des patientes et les tendances temporelles de la participation des femmes aux visites préventives annuelles, de décrire les paramètres de santé cardiovasculaire des femmes se rendant à ces visites et d’évaluer les taux de mortalité par sexe.

Seulement 33 % de femmes entre 24 et 60 ans

Des études transversales répétées ont été menées auprès de 366 270 personnes (âge moyen 44,7 [ET 13] ans, femmes 37,7 %) ayant eu un premier examen au Centre d’Investigations Préventives et Cliniques, entre janvier 1992 et décembre 2011.

Des données démographiques, socio-économiques et concernant les symptômes dépressifs ont été enregistrées.

La santé cardiovasculaire était évaluée à l’aide de 6 mesures : l’indice de masse corporelle (IMC), le tabagisme, l’activité physique (AP, durée de marche quotidienne), la pression artérielle (PA), le profil lipidique et la glycémie à jeun.

Pour lire la suite 🡺 JIM.fr – Prévention des maladies CV : où sont les femmes ?

Ou m’écrire à 🡺 gacougnolle@gmail.com