SANTÉ PUBLIQUE  –   Par A. M. le 18-04-2018

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/290x200/public/visuels_actus/old_9.jpg?itok=DFFWD34S egora.fr

L’US Preventive Services Task Force a mis à jour ses recommandations sur la prévention des chutes chez les personnes âgées. Elle préconise désormais l’exercice physique plutôt que la prise de vitamine D. Sauf cas particuliers.

Chez les plus de 65 ans, faire de l’exercice est plus efficace pour éviter les chutes, responsables de 33.000 décès aux États-Unis en 2015, qu’ingurgiter des compléments de vitamine D, selon des recommandations publiées mardi aux États-Unis.

Le groupe de travail des services préventifs (US Preventive Services Task Force, USPSTF) a mis à jour les dernières recommandations en la matière qui remontaient à 2012, lorsque cet organisme consultatif médical indépendant avait préconisé la prise de vitamine D par les personnes âgées pour leur éviter de tomber.

Mais le groupe de travail a relevé cette année qu’à moins qu’une personne ne souffre d’une carence en vitamine D ou d’une faible densité osseuse comme l’ostéoporose, les essais cliniques menés sur le sujet “n’ont démontré aucun bénéfice” pour prévenir la chute des personnes vieillissantes et réduire le risque de fracture. L’USPSTF a même constaté une hausse du risque de développer des calculs rénaux chez celles prenant des compléments de vitamine D et de calcium.

Les nouvelles recommandations misent plutôt sur de l’exercice physique, en séances “individuelles supervisées” ou en groupe. Faire de l’exercice permet également de diminuer le risque de maladie cardiaque, d’accident vasculaire cérébral, de diabète de type 2, de démence et de cancer, rappelle un éditorial accompagnant les recommandations.

Selon les données les plus récentes, près de 29% des adultes américains de 65 ans et plus ont signalé en 2014 être tombés. Près de 38% ont “nécessité un traitement médical ou ont dû restreindre leurs activités pendant au moins un jour”, selon les éléments publiés dans le JAMA.

[Avec AFP]

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/90x66/public/visuels_actus/adobestock_16802229.jpg?itok=6B_T7zlD Vitamine D et calcium : une mise au point s’impose

La supplémentation en vitamine D pourrait exercer un effet immunomodulateur, renforçant la résistance aux infections aiguës chez des sujets fragiles

Faut-il supplémenter en vitamine D au cours de la grossesse ?

Une supplémentation par vitamine D a peu sinon pas d’influence sur le risque de chutes et de fractures non vertébrales chez l’adulte en bonne santé

==================================================================================================

ACCUEIL Accueil > A la UneBien vieillirL’ISV ToulouseNon classéPrévenir la dépendance 1 MAR 2017

VIVIFRAIL : LE GUIDE PRATIQUE POUR LA PRESCRIPTION D’UN PROGRAMME D’ACTIVITÉS PHYSIQUES POUR LA PRÉVENTION DE LA FRAGILITÉ ET DES CHUTES CHEZ LE SUJET ÂGÉ

Après 65 ans, une détérioration de la force et de la masse musculaire, de l’endurance cardio-vasculaire et de l’équilibre entraîne une diminution des activités de la vie quotidienne, un plus grand risque de chutes et une perte de l’indépendance, entre autres.

L’inactivité physique et la sédentarité sont l’un des principaux facteurs de perte et détérioration de la fonction musculaire.

Les programmes d’activités physiques et notamment l’entraînement de la force constituent les interventions les plus efficaces pour retarder l’invalidité et d’autres événements indésirables.

En outre, ils ont démontré une grande utilité dans d’autres domaines qui sont fréquemment liés à ce syndrome tels que les chutes, la perte de capacités cognitives et la dépression.

Les effets de ces exercices sont potentiellement semblables à ceux que peuvent produire les médicaments. L’activité physique peut avoir encore plus d’effets sans presque aucuns effets secondaires pour la prévention de maladie cardiovasculaire, la réduction du risque de mortalité, la prévention du diabète, de l’obésité et l’amélioration de la fonction musculaire et de la qualité de vie.

Ce guide regroupe un ensemble d’exercices qui, en fonction du niveau d’aptitude fonctionnelle du sujet âgé (incapacité sévère, incapacité modérée et légère incapacité, évaluée conformément à la notation SPPB et la vitesse de marche), permettent de travailler :

  • la force et la puissance aussi bien des bras que des jambes.
  • l’équilibre et la marche afin d’éviter les chutes.
  • la souplesse.
  • l’endurance à travers les exercices cardio-vasculaires.

Tous les exercices décrivent le processus, les indications de commencement, fréquence et progrès pour pouvoir réaliser un suivi correct des exercices prescrits au patient et améliorer sa santé.

N’oubliez pas d’adopter une alimentation saine et si possible, faire attention à l’alimentation avant, et plus particulièrement après l’activité physique afin d’assurer une plus grande efficacité du programme d’entraînement. (issue de la préface du guide)

Vous pouvez télécharger :

Vous pouvez consulter des informations supplémentaires sur le site Vivifrail.

Publié le 1 mars 2017 par Administrateur ||| A la UneBien vieillirL’ISV ToulouseNon classéPrévenir la dépendance |

← Bulletin d’Information pour les Patients et leurs Familles N°13

Tout savoir sur les compléments nutritionnels oraux →