Une image contenant personne, mur

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement  Publié le 07/01/2022

Il est habituel de prescrire 2 stylos auto-injecteurs d’adrénaline aux patients atteints d’allergie alimentaire (AA) eu égard au risque d’anaphylaxie que fait courir une ingestion accidentelle ou masquée de l’aliment auquel ces patients sont sensibilisés, mais le rapport coût-efficacité (RCE) de cette stratégie est inconnu.

Shaker et coll. ont évalué le RCE associé à la prescription systématique de 2 stylos auto-injecteurs d’adrénaline (dite « approche universelle« ) en la comparant à une prescription de 2 stylos uniquement chez les patients à risque de développer une anaphylaxie (dite « approche associée aux antécédents médicaux d’anaphylaxie« ).

Pour cela, ils ont utilisé les modèles de Markov pour étudier des enfants américains atteints d’AA à l’arachide.

Il est économiquement plus rentable de limiter une double prescription aux patients à risque

Avec les modèles markoviens impliquant la prescription d’une deuxième dose d’adrénaline, le risque de mortalité et d’hospitalisation a été diminué de 10 fois.

À l’issue d’une étude statistique minutieuse il apparaît, aux prix des stylos auto-injecteurs les plus bas et en raison du faible taux de besoin de 2 stylos, qu’il est économiquement plus rentable de limiter la prescription du second stylo auto injecteur aux patients ayant un risque médical de développer une anaphylaxie que de prescrire systématiquement 2 stylos à tous les patients, en particulier en cas de ressources limitées.

Si ce résultat est cohérent en termes de RCE dans la population générale, il peut être discuté pour plusieurs raisons, parmi lesquelles :

  1. Quelle que soit la cause de l’AA, le patient peut ne pas avoir d’antécédent de réaction sévère et développer ultérieurement un premier épisode d’anaphylaxie ;
  2. Au cours de diverses AA, l’anaphylaxie peut être favorisée par des cofacteurs comme un asthme associé, un effort physique, la prise de certains médicaments comme l’aspirine ou les AINS ;
  3. Même si tous les aliments peuvent donner lieu à une anaphylaxie, certains sont plus à risque d’anaphylaxie que d’autres, en particulier, en dehors de l’arachide, les fruits à coque, certaines noix exotiques (noix de cajou), les laits de chèvre ou de brebis, les fruits de mer, le sésame, etc.

La prescription de 2 stylos auto-injecteurs doit donc être personnalisée en fonction du patient, de son âge, du milieu familial, du niveau socio-économique, d’un asthme associé, et de l’aliment en cause.

Pr Guy Dutau

RÉFÉRENCE : Shaker M, Tuner P, Greenhawht M. : A cost-effectiveness analysis of epinephrine autoinjector risk stratification for patients with food allergy—One epinephrine autoinjector or two ? J Allergy Clin Immunol Pract 2021; 9(6):P2440-2451. E3. DOI: https://doi.org/10. 1016/Mj.jaip.2021.01.007.

Copyright © http://www.jim.fr

Il faut parfois plus d’une dose d’adrénaline pour traiter une anaphylaxie

Le PAI, pour la prise en charge en milieu scolaire de l’allergie alimentaire de l’enfant