Actualités  –  publiée le 10/10/2021 par Équipe de rédaction Santélog

American Academy of Pediatrics

Une image contenant barre à disques

Description générée automatiquement Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Avaler de grandes cuillères de poudre protéinée (supplément pre-workout) non diluée juste avant une séance de sport -et accessoirement se prendre en vidéo- c’est le « dry scooping », une pratique dangereuse, adoptée par de nombreux jeunes et qui retient aujourd’hui l’attention de ces pédiatres.

« Un défi dangereux », écrivent les chercheurs, qui ont passé en revue les cas documentés d’utilisation inappropriée des suppléments pré-entraînement, et les risques associés chez les enfants et les adolescents, en particulier en termes de détresse respiratoire, cardiovasculaire ou de décès.

Ces données, présentées lors de la Conférence annuelle 2021 de l’American Academy of Pediatrics, alertent sur la popularité des vidéos de la pratique sur les réseaux sociaux et souhaitent informer les médecins mais aussi sensibiliser les jeunes aux dangers de ces nouvelles pratiques.

Les suppléments de pré-entraînement ont gagné en popularité ces dernières années.

Pris avant l’exercice, le supplément est censé améliorer les performances sportives et augmenter l’énergie et la concentration.

En règle générale, ces suppléments sont commercialisés sous forme de poudre, destinés à être combinés avec de l’eau pour être consommés comme une boisson.

Ils contiennent souvent des concentrations élevées de caféine mélangée à des substances telles que la bêta-alanine, la L-citrulline et les BCAA (ou acides aminés ramifiés à base essentiellement de 3 acides aminés la Leucine, la Valine et l’Isoleucine).

Plusieurs suppléments de « pré-entraînement » ont déjà été interdits en raison de la détection dans ces produits de substances toxiques.

Dans le « dry scooping », ces suppléments de pré-entraînement, généralement sous forme de poudre sont consommés directement, par cuillérées de poudre non diluée dans la bouche, suivies de quelques gorgées d’eau ou de boisson, précise l’auteur principal, Nelson Chow, étudiant à l’Université de Princeton et chercheur en pédiatrie comportementale au Cohen Children’s Medical Center, qui a pris conscience de l’ampleur du phénomène par l’intermédiaire des réseaux sociaux.

Il ajoute que cette pratique entraîner un risque extrêmement élevé de surconsommation ou d’inhalation accidentelle de poudre de pré-entraînement.

Parfois même, le supplément de pré-entraînement est consommé avec des boissons énergisantes ou de l’alcool.

L’analyse de plus de 100 vidéos TikTok présentées avec le hashtag « #preworkout » a permis de mieux cerner ce « phénomène », en termes d’objectifs, de goûts, de mode d’ingestion, de quantité (nombre de cuillérées) et de combinaison avec d’autres substances.

Cette analyse révèle :

  • Une proportion plus importante d’usagers hommes dans les vidéos (à 70% des hommes) ;
  • Les substances les plus fréquemment consommées avec ces suppléments de pré-entraînement : les boissons énergisantes et l’alcool ;
  • Si ces suppléments sont indiqués comme réservés à l’adulte, la grande majorité des utilisateurs ont moins de 18 ans.
  • Seuls 8% des utilisateurs les consomment en respectant le « mode d’emploi »,
  • 11% l’utilisent en trop forte concentration ;
  • 7% l’utilisent selon des modes de consommation qualifiés de « dangereux » ;
  • En excluant les vidéos qui ne montrent pas la consommation, 86% décrivent une utilisation inappropriée avant l’entraînement, 14% donc une utilisation conformément aux instructions ;

Quels risques pour la santé ? 

Cette ingestion de poudre hyper-concentrée peut entraîner un étouffement, une inhalation accidentelle, une surconsommation, des lésions et le décès.

Les auteurs alertent notamment sur des cas de détresse respiratoire ou cardiovasculaire et / ou le risque de décès.

Une popularité élevée, pourquoi ?

Pour la centaine de vidéos analysées, le nombre cumulé de « likes » atteint 260 millions, allant de 110.000 à 1.700.000 de likes par vidéo.

Ce succès a depuis induit en erreur des millions de mineurs impressionnables à faire une mauvaise utilisation de ces suppléments pré-entraînement.

Les médecins doivent donc être conscients de ce phénomène d’utilisation inadaptée de ces suppléments, et des accidents, lésions et effets secondaires possibles associés à cette surconsommation du moment.

Source: American Academy of Pediatrics 2021 Virtual Conference & Exhibition Dry Scooping and Other Dangerous Pre-Workout Consumption Methods: A Quantitative Analysis – 8-Oct-2021 Research: Dangerous challenge on “dry scooping” pre-workout powder is prevalent, popular on internet

Plus sur Pédiatrie Blog