Par Joaquín Mateu Mollá

Un couple mal à l'aise face à un silence inconfortable. Profession Santé logo 30/05/2022

Les mots que nous utilisons dans une conversation ne constituent qu’un faible pourcentage de ce que nous communiquons vraiment à autrui.

Ce qu’on appelle langage non verbal compte tout autant: expression faciale, gestes, position dans l’espace et ton de la voix (prosodie) recèlent des indices essentiels pour nous faire comprendre.

La communication permet de créer des liens entre des réalités individuelles qui autrement seraient impossibles à sonder, et ainsi de partager nos besoins avec ceux qui nous entourent et de mieux comprendre les leurs: en bref, elle nous permet de nous repérer dans les méandres des relations sociales.

Il ne faut pas oublier que la communication est un processus incroyablement complexe.

Même sans parler, nous transmettons subtilement un message dont la nature dépend du contexte et des expériences partagées avec notre interlocuteur.

Ce phénomène est désigné par le terme « silence social ».

Bien que la sensation, pour les intéressés, soit celle d’un vide, comme une parenthèse dans le flux naturel du discours, elle permet de suggérer une extraordinaire variété d’émotions.

Certaines personnes sauront décoder cette situation ou la vivre sans inquiétude, tandis que d’autres ressentiront une certaine gêne.

Différents types de silence

Les silences font l’objet d’études scientifiques depuis des décennies, car ils peuvent avoir des effets très importants sur la dynamique de l’interaction et sur les sentiments de ceux qui y participent.

En ce sens, les chercheurs qui étudient le phénomène distinguent trois modalités: la pause individuelle, les pauses dans la conversation et le silence social inexpliqué.

La pause individuelle intervient lorsqu’une seule personne s’adresse à un public, par exemple un comédien qui récite un monologue ou un étudiant qui fait une présentation devant ses camarades de classe.

Le silence est souvent utilisé pour capter l’attention et l’intérêt des auditeurs, mais il peut aussi suggérer une méconnaissance du sujet abordé (particulièrement redoutée par ceux qui souffrent d’anxiété sociale).

Les interruptions de conversation sont ce qui se rapproche le plus des «silences gênants». Nous parlons de celles qui se produisent entre deux personnes et qui brisent les attentes d’un échange fluide.

Elles peuvent se produire entre des personnes qui se connaissent à peine, mais aussi entre celles qui se connaissent depuis longtemps, selon le niveau de confiance établi…

Pour lire la suite 🡺 Pourquoi sommes-nous si mal à l’aise avec le silence? | Profession Santé (professionsante.ca)

Ou écrivez – moi à  contact@gacougnolle.com