Accueil Course au large  Solitaire du Figaro

Pierre Quiroga succède à Armel Le Cléac’h et rejoint la liste des grands marins ayant remporté la Solitaire du Figaro.

La victoire de ce navigateur marseillais de 29 ans, au terme de sa sixième participation à l’épreuve, n’est qu’une demi-surprise.

Formé à l’école de l’olympisme et du match race en Méditerranée, Pierre s’est lancé dans la course au large en 2016.

Jeanne Grégoire, son coach, nous parle de cet attaquant flamboyant.

Une image contenant personne, tenant, homme, extérieur

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

Pierre Quiroga, skipper du Figaro Skipper Macif 2019, Vainqueur de la Solitaire du Figaro 2021, jeudi soir à Saint-nazaire | ALEXIS COURCOUX-LA SOLITAIRE

Olivier BOURBON. Publié le 17/09/2021 à 08h37

Contrairement à beaucoup d’autres Figaristes, Pierre Quiroga n’est pas un gamin breton ou normand formé dans les cailloux et les courants.

C’est dans le Sud de la France, à bord du catamaran familial de Hyères, qu’il découvre la navigation.

À neuf ans, il s’inscrit pour la première fois dans un club de voile, où il se forme à l’Optimist, et gagne rapidement des régates.

Depuis, il n’a jamais cessé de naviguer.

Des débuts prometteurs en voile olympique et en match race

Pierre Quiroga affirme d’emblée un tempérament de compétiteur acharné, qui lui permet notamment d’être sélectionné aux championnats du monde d’Optimist en 2007.

Il se qualifie également pour le championnat du monde ISAF en Laser, avant d’intégrer le Pôle Espoir d’Antibes (toujours en Laser) puis le Pôle France à Marseille en voile olympique (en 470).

Il se consacre ensuite au match race avec des résultats probants sur les épreuves jeunes.

En 2015, il décroche le titre de Vice-champion d’Europe.

Son bagage technique est conséquent, Pierre sait faire marcher les bateaux très vite, aucun doute à ce sujet.

C’est un attaquant né.

VOIR AUSSI

Pierre Quiroga grand vainqueur de la 52e Solitaire du Figaro !
VIDÉOS. Solitaire du Figaro. Quiroga, Macaire, Laperche, Leboucher etc : les réactions des skippers

La victoire d’un attaquant, flamboyante : deux victoires et une place de deuxième sur quatre étapes ! | CHRISTOPHE BRESCHI – LA SOLITAIRE

Il découvre le circuit Figaro en Méditerranée, et monte en puissance en Bretagne

Diplômé d’un Master Logistique et Commerce international, Pierre Quiroga se lance dans l’aventure de la course au large.

En 2016, il remporte le challenge espoir du Centre d’Entrainement Méditerranée (CEM) de la Grande Motte.

C’est là-bas qu’il se forme durant ses trois premières saisons sur le circuit Figaro.

Pour sa première participation à la Solitaire, en 2016, il termine 19e et deuxième bizuth.

Il remporte ce classement des « débutants » dans le Championnat de France Élite de Course au Large en Solitaire, à 24 ans.

Une image contenant ciel, extérieur, bateau, transport

Description générée automatiquement

Pierre Quiroga, ici engagé dans la Solitaire du Figaro 2017, avec un projet basé en Méditerranée. | BERNARD GERGAUD

Les deux années suivantes, en 2017 et 2018, il termine 18e puis 6e de la Solitaire du Figaro.

Ce régatier méditerranéen brillant peaufine sa connaissance du large.

En octobre 2018, Pierre remporte la sélection Skipper Macif et s’installe en Bretagne.

En 2019, il est au départ de la première Solitaire à bord du nouveau support de l’épreuve, le Figaro Bénéteau 3, et termine à la 19e place.

En 2020, il termine 9e de l’épreuve.

En 2021, hier soir à Saint-Nazaire, il décroche la victoire, après avoir gagné deux étapes sur quatre plus une place de deuxième sur la première manche. Un festival.

Une image contenant texte, bateau, bleu

Description générée automatiquement

À la barbe des skippers bretons et normands, l’homme du Sud a déjoué tous les pièges. | ALEXIS COURCOUX – LA SOLITAIRE

Pierre a un sacré tempérament. C’est un Sudiste et il en est fier !

Comment expliquer une telle progression ?

Jeanne Grégoire, directrice du Pôle Finistère Course au Large de Port-la-Forêt, a des éléments de réponse.

Ancienne Figariste émérite, elle connaît bien Pierre Quiroga.

En tant que Skipper Macif, il s’entraîne depuis trois ans dans cette structure prestigieuse qui forme les champions. « Au début, il a fallu qu’il trouve son rythme », raconte Jeanne.

« Il arrivait du Sud, il était habitué à un fonctionnement avec de petits moyens.

Il avait aussi ses petites habitudes.

Macif est une grosse structure, avec des moyens financiers importants et différents interlocuteurs.

Pierre est parvenu à trouver un équilibre entre Macif, le pôle et sa manière de voir les choses.

Tout cela en ayant un sacré tempérament.

C’est un Sudiste et il en est fier ! »

Une image contenant extérieur, bateau, bleu, navire de navigation

Description générée automatiquement

Pierre Quiroga a fait preuve d’une formidable régularité; Seule la fin de la dernière étape a été délicate pour lui. | CHRISTOPHE BRESCHI

On le savait capable de faire de très jolis coups. Mais sur cette Solitaire, il nous a surpris par sa régularité

« Ce n’est pas une révélation », poursuit Jeanne Grégoire.

« On l’avait déjà vu gagner des grandes manches, sur la Solo Maître CoQ par exemple.

On le savait capable de faire de très jolis coups.

Mais sur cette Solitaire, il nous a surpris par sa régularité, sur toutes les étapes.

C’est quelque chose qu’il n’avait pas encore sorti de son chapeau dans la gamme de son jeu.

On savait aussi qu’il était techniquement capable de faire de jolies trajectoires, il aime ce jeu-là.

Où il a beaucoup progressé, c’est dans la capacité à resserrer le jeu quand il le faut. »

En permanence à 200%, il a fait une course admirable

Pierre Quiroga a décroché la victoire au prix d’efforts immenses, naviguant parfois dans la douleur.

« Il a mis un engagement encore plus fort que les années précédentes. Il a été en permanence à 200 %, forcément parfois c’est dur », analyse Jeanne Grégoire. « Il a fait une course admirable. Sportivement, c’était une vraie Solitaire avec quatre grandes étapes difficiles : une belle édition, qui couronne un beau vainqueur. C’est super pour Pierre qui dispute sa dernière saison en Figaro avec Macif. Il finit en beauté. »

La suite ? La Transat Jacques Vabre en Class40, la Route du Rhum 2022…

Après cette grande victoire, Pierre Quiroga va rapidement pouvoir se projeter vers un nouveau défi puisqu’il participera à la Transat Jacques Vabre, associé à Emmanuel Le Roch à bord du Class40 Edenred (n°165).

À l’issue de cette épreuve, Pierre espère porter son propre projet dans cette classe ultra-dynamique.

Son ambition : prendre le départ de la Route du Rhum 2022, de préférence avec un bateau neuf. Le sacre qu’il vient de décrocher pourrait bien lui ouvrir quelques portes… Celles du Vendée Globe, par exemple ?

SOLITAIRE DU FIGARO CLASSE FIGARO CIRCUIT FIGARO MONOTYPE SAINT-NAZAIRE

JEANNE GRÉGOIRE MARSEILLE HYÈRES