Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement Publié le 28/03/2022

Actuellement, 5 vaccins contre le SARS-CoV-2 ont obtenu une autorisation conditionnelle de commercialisation en Europe : 2 vaccins à ARNm, 2 vaccins à vecteur viral et un vaccin adjuvé recombinant.

Tous ont fait preuve de leur efficacité pour la prévention des formes graves de Covid-19 et ont un profil de sécurité satisfaisant.

Toutefois la surveillance continue et des rapports récents d’effets indésirables ont signalé la survenue de syndromes de Guillain Barré après les vaccins à vecteur viral : 108 pour 21 millions de personnes vaccinées en juin 2021 pour le vaccin Ad.26.COV2.S (Johnson & Johnson) et 833 pour 592 millions de doses pour le ChAdOx1 nCoV19 (Astra Zeneca).

Ceci a conduit l’Agence Européenne du médicament à faire figurer le syndrome de Guillain Barré comme un effet secondaire rare de ces vaccins.

Des paralysies de Bell, des encéphalomyélites et des myélites transverses ont aussi été décrites dans des études de cas, après les vaccins à vecteur viral et les vaccins à ARNm.

Bien que ces évènements ne soient pas obligatoirement dus aux vaccins, l’association temporelle réclame une surveillance attentive.

Incidence augmentée de la paralysie faciale, du Guillain Barré et des encéphalomyélites avec l’infection

Une équipe internationale a analysé les vastes bases de données concernant plus de 8,3 millions de personnes ayant reçu, au Royaume-Uni et en Espagne, au moins 1 dose de l’un des vaccins anti-Covid-19 autorisés dans l’Union européenne.

L’étude inclut aussi une cohorte de 735 000 personnes non vaccinées, ayant été infectées par le SARS-CoV-2, et 14 millions de participants de la population générale.

L’objectif était d’étudier l’association entre les vaccins, l’infection et le risque de maladie neurologique auto-immune.

Les données confirment la survenue possible de syndromes de Guillain Barré, de paralysie de Bell et d’encéphalomyélites, après la vaccination, mais à des taux attendus et conformes aux données déjà connues, ne constituant pas un nouveau signal d’alerte.

En revanche, après une infection par le SARS-CoV-2, ces troubles neurologiques sont plus fréquents que ce qui était attendu en se référant aux études déjà publiées.

L’incidence de la paralysie de Bell est augmentée de 30 %, celle des encéphalomyélites et multiplié par près de 7 et celle du syndrome de Guillain Barré par plus de 3. Les myélites transverses sont rares.

Dr Roseline Péluchon

RÉFÉRENCES: Li X. et coll. : Association between covid-19 vaccination, SARS-CoV-2 infection, and risk of immune mediated neurological events: population based cohort and self-controlled case series analysis.
BMJ2022;376:e068373. doi.org/10.1136/BMJ-2021-068373

Copyright © http://www.jim.fr

Paralysie faciale après vaccination anti-Covid, c’est plutôt rare