Bateaux.com  –  Magazine de la plaisance

Une image contenant eau, extérieur, embarcation, transport

Description générée automatiquement © Sailing Energy

La planche RS : X est une discipline olympique depuis les Jeux de Pékin en 2008, succédant à la planche Mistral.

Elle fera sa dernière campagne sur les Jeux de Tokyo qui débuteront le 23 juillet 2021, remplacée ensuite par l’iQFoil, qui s’inscrit dans la tendance du vol sur l’eau.

Chloé TorteratChloé TorteratPublié le 19-07-2021

Une planche versatile et polyvalente

La RS : X est une planche à voile polyvalente, permettant aux athlètes de pratiquer dans une large gamme de conditions.

Conçu en 2004 par Jean Bouldoires et Robert Stroj, elle est sélectionnée pour devenir classe olympique à Pékin en 2008 – en remplacement du Mistral One Design – et fera ses derniers Jeux à Tokyo en 2021, bientôt remplacée par l’iQFoil.

La planche à voile homme est instaurée aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984 et a vu plusieurs supports passer entre les mains de ses athlètes : Winglider, Lechner A-390 et Mistral. L’épreuve féminine est d’abord présentée en tant qu’exposition en 1984, avant d’être officiellement intégrée aux Jeux de Barcelone en 1992.

Cette discipline a toujours été très physique et encore plus depuis que le “pumping” illimité a été autorisé en 1992.

Ce mouvement qui se réalise avec les bras ou les jambes consiste à ramener la voile vers le corps pour créer un vent artificiel et accumuler de la puissance dans la voile.

Cela permet d’avancer encore plus vite, mais demande à la fois de la force et de l’endurance, les athlètes devant être en bonne forme physique.

La RS : X est composée d’un flotteur de 2,86 m de long et 93 cm de large, d’un aileron, d’un mât, d’une voile, d’une dérive et d’un wishbone dont certaines tailles varient pour les hommes et les femmes :

  • Voile de 9,5 m2 de couleur vert-jaune pour les hommes et 8,5 m2 de couleur rouge-orangé pour les femmes
  • Mât de 5,20 m pour les hommes et 4,90 m pour les femmes
  • Aileron de 66 cm pour les hommes et 60 cm pour les femmes

Planche RS:X Hommes © Sailing Energy

Planche RS:X Hommes © Sailing Energy

De nombreux titres de médaillé(e)s olympiques

Chez les hommes, le Britannique Nick Dempsey est le meilleur médaillé olympique en planche à voile avec trois médailles d’argent : Athènes en 2004 en Mistral, Londres 2012 et Rio 2016 en RS : X. Le Néozélandais Bruce Kendall, l’américain Mike Gebhardt, le grec Nikolaos Kaklamanakis, l’Argentin Carlos Espinola et l’Israélien Gal Fridman sont tous doubles médaillés olympiques en planche à voile.

Enfin, dans la catégorie RS : X Homme, c’est l’athlète olympique Dorian van Rijsselberghe qui possède le plus de médailles, remportant l’or deux fois de suite à Londres en 2012 et Rio 2016.

Mais le néerlandais n’a pas été qualifié pour les Jeux de Tokyo 2020.

Ce seront donc un tout nouveau champion qui sera révélé à Tokyo puisqu’aucun des trois marins du podium de Rio ne sera présent sur ces nouveaux Jeux.

Dempsey n’a pas fait de campagne pour Tokyo, étant remplacé par Tom Squires cette année pour représenter l’Angleterre.

Quant au français Pierre Le Coq qui a remporté le bronze à Rio 2016, il sera remplacé par Thomas Goyard.

Chez les femmes, la véliplanchiste la plus titrée des Jeux est l’Italienne Alessandra Sensini qui a remporté quatre médailles olympiques dans la discipline : bronze à Atlanta 1996 et Athènes 2004, Or à Sydney le tout en Mistral et l’argent à Pékin en 2008 en RS : X.

La Néozélandaise Barbara Kendall est devenue la première championne olympique de planche à voile, remportant l’or en Lechner A-390 à Barcelone 1992.

Elle a remporté deux autres médailles en Mistral, l’argent à Atlanta en 1996 et le bronze à Sydney en 2000.

Sur les trois campagnes de Jeux olympiques auxquels la classe RS : X Femmes a participé jusqu’à présent, aucune athlète n’a remporté plus d’une médaille olympique, contrairement aux hommes.

Ainsi, la Chinoise Jian Yin a été médaillée d’argent à Athènes 2004 en Mistral puis a remporté l’or en RS/X à Pékin 2008.

L’Espagnole Marina Alabeau est montée sur la plus haute marche du podium à Londres en 2012, tandis que la Française Charline Picon est la championne olympique en titre.

Les médaillées d’argent et de bronze de Londres 2012, la Finlandaise Tuuli Petäjä et la Polonaise Zofia Noceti-Klepacka se sont toutes deux qualifiées pour Tokyo 2020.

Si Charline Picon compte bien conserver son titre, ses deux concurrentes chinoise et russe ne seront pas présentes sur ces nouveaux Jeux.

Planche RS:X Femmes © Sailing Energy

Planche RS:X Femmes © Sailing Energy

Une championne olympique pour représenter la France

Parmi les 25 athlètes masculins et 27 féminins, ce sont donc Charline Picon et Thomas Goyard qui représenteront la France.

Charline Picon possède de nombreux titres en planche à voile : double championne d’Europe en 2013 et 2014, championne du monde en 2014, championne olympique en 2016 après une 8e place à Londres en 2012…

Après une pause de quelques mois en 2017 pour donner naissance à sa fille, elle revient dans la compétition avec une 2e place aux mondiaux 2018.

Après une 3e place au Championnat du monde 2021 et une première place sur les Championnats d’Europe la même année, Charline Picon vise la première marche du podium des Jeux de Tokyo.

Une image contenant personne, mur, tenant, intérieur

Description générée automatiquement Charline Picon © Robin Cristol/FFVoile

“Charline Picon est la championne olympique en titre après sa victoire à Rio en 2016. Accomplie dans sa vie sportive et personnelle, elle porte son équipe de France en tant que véritable porte-parole” nous explique Guillaume Chiellino, Directeur de l’équipe de France de voile.

Quant à Thomas Goyard, il participera à ses premiers Jeux. Après un premier titre mondial à Chypre en 2010 à 18 ans, il intègre le Centre d’Excellence National. Après une médaille de bronze aux mondiaux fin février 2021, il décroche sa qualification pour Tokyo.

Une image contenant personne, homme, mur, intérieur

Description générée automatiquement

Thomas Goyard © Robin Cristol/FFVoile

“Thomas Goyard est régulièrement aux avant-postes avec 2 podiums mondiaux à son actif en 2014 et 2020” détaille Guillaume Chiellino.