Une image contenant route, rue, personne, extérieur

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement Publié le 03/02/2022

Les nuisances sonores font partie des agressions liées à l’environnement, plus particulièrement en milieu urbain.

Leurs effets sur la santé humaine sont encore imparfaitement connus, mais certaines études suggèrent un retentissement hémodynamique.

Qu’en est-il de la pression artérielle (PA) ?

Une analyse de données recueillies dans le cadre de deux études de cohorte prospectives, le Chicago Health and Aging Project (n= 6 073 ; âge ≥65 ans) et MESA (Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis ; n=691 ; âge ≥45 ans) fait monter la pression.

Le niveau de bruit au domicile des 6 764 participants a été estimé de manière approximative à l’aide d’un modèle prédictif spatial validé à l’échelle des États-Unis.

En l’espace de quatre années en moyenne, 16 462 mesures de la PA ont été effectuées.

L’association entre les valeurs de la PA et le niveau de bruit a été évaluée à l’aide d’une analyse mixte par régression logistique en tenant compte d’une éventuelle HTA résistante ou non contrôlée.

Chaque cohorte a été examinée séparément en procédant en outre à des ajustements selon l’âge, le sexe, les variables sociodémographiques et les autres facteurs de confusion potentiels.

Le niveau de mercure monte pour quelques décibels de plus

Cette analyse multivariée a mis en évidence une relation significative entre le niveau de bruit résidentiel et les valeurs de la PA systolique comme diastolique : pour chaque élévation de 10 DBa, la PAS a augmenté de 1,2 mm Hg (intervalle de confiance à 95 % IC 95%, 0,1–2,2) et il en a été de même pour la PAD, la valeur correspondante étant effectivement de 1,1 mm Hg (IC 95%, 0,6–1,7).

Par ailleurs, la même variation du niveau de bruit a majoré de 20 % le risque d’HTA résistante ou non contrôlée, l’odds ratio étant estimé à 1,20 [IC 95%, 1,0–1,4], p = 0,04).

Ainsi, selon cette étude, il existe une association significative entre la pollution sonore urbaine et la pression artérielle systolique et diastolique, tout au moins aux États-Unis, dans des métropoles de la dimension de Chicago.

Ce bruit pourrait également interférer avec l’efficacité du traitement antihypertenseur.

Dr Philippe Tellier

RÉFÉRENCE: D’Souza J et coll. : Long-Term Exposures to Urban Noise and Blood Pressure Levels and Control Among Older Adults. Hypertension 2021;78:1801–1808. doi.org/10.1161/HYPERTENSIONAHA.121.17708

Copyright © http://www.jim.fr

La prévalence de l’HTA décolle près d’un aéroport !

Trop de bruit, et le syndrome métabolique ferait fureur ?