CANCÉROLOGIE   –   Par Marielle Ammouche le 28-06-2019

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/290x200/public/visuels_actus/cancerruban_3.png?itok=n_pzKAFG egora.fr

Les consultations d’oncogénétiques, permettant aux patients et à leur famille d’accéder à des tests génétiques nécessaires pour personnaliser la prise en charge de certains cancers (principalement pour les cancers du sein et de l’ovaire chez la femme, et les tumeurs digestives et colorectales chez l’homme), sont actuellement peu nombreuses. Ce qui entraine des délais d’attente importants.

En outre l’avenir est marqué un développement de ces tests, et donc une augmentation de l’utilisation de ces plateformes spécifiques. Comme le rappelle le Dr Olschwang (généticien à Marseille), “l’intérêt de cette consultation et des tests prescrits à l’issue est d’évaluer la prédisposition du patient à développer un cancer. Cela permet d’une part de déterminer la contribution génétique du patient dans la survenue du cancer et éventuellement de prendre en charge ses proches de manière préventive si cette contribution (c’est-à-dire si le cancer n’est pas survenu “par hasard”) est avérée. D’autre part, cette évaluation permet parfois de déterminer si le traitement est le plus adapté à la pathologie.”

Pour tenter d’améliorer l’accès à ces tests, Elsan, un organisme d’hospitalisation privée en France, a mis en place avec le Dr Spaeth (Polyclinique de Gentilly à Nancy), une téléconsultation d’oncogénétique effectuée par le Dr Olschwan. Il s’agit de la 2ème consultation en France ce type, après celle existant entre Clermont-Ferrand et Aurillac. Cela permet de réduire “de plusieurs semaines les délais d’attente de rendez-vous et de délivrance des résultats”, affirme Elsan dans un communiqué. Une session de consultation est actuellement proposée toutes les quatre semaines.

Concrètement, durant la téléconsultation, le praticien interroge le patient sur sa pathologie et ses éventuels antécédents personnels et familiaux. Il procède ensuite à un “calcul de risque”. Et si cette probabilité est élevée, des tests seront proposés.

Les résultats seront communiqués par le Dr Olschwan, lors d’une deuxième consultation, ainsi que ses conséquences sur une éventuelle prise en charge.

Sources :   Elsan, 26 juin 2019.

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/90x66/public/visuels_actus/bebe-genetique-codebarre.jpg?itok=jcOie54nCancers héréditaires : quel avenir pour les tests génétiques ?