CONTROVERSE  Par S.B. le 20-12-2019

Près de deux tiers des praticiens en médecine douce sont en infraction egora.fr

Un rapport de la répression des fraudes dresse un bilan des médecines douces qui fait mal. Pratiques trompeuses voire risquées, exercice illégal de la médecine, information du consommateur insuffisante… Deux-tiers des praticiens contrôlés sont en infraction.

Sur 675 praticiens inspectés en 2018, “460 étaient en infraction”, avec “au moins un manquement”, selon un rapport rendu public cette semaine par la répression des fraudes, qui a contrôlé des naturopathes, des aromathérapeutes, des hypnothérapeutes, des acupuncteurs, des auriculothérapeutes et des réflexologues.

Il s’agissait “majoritairement de défauts d’information, mais aussi dans certains cas de pratiques commerciales trompeuses voire présentant des risques”. “Près d’une quinzaine de signalements ont été transmis au procureur de la République” pour “exercice illégal de la médecine” ou “usurpation de titres”.

Les deux-tiers de ces signalements concernaient des acupuncteurs. D’autres portaient sur “des auriculothérapeutes (qui pratiquent une sorte d’acupuncture sur l’oreille, ndlr) et des professionnels exerçant l’hydrothérapie du côlon”.

Dans un communiqué, le collectif Fakemed dénonce le “silence habituel de l’Ordre”, sur la question des médecines douces.  Le ministère en prend aussi pour son grade. “Il est plus que temps que les pouvoirs publics prennent leurs dispositions par rapport au foisonnement de formations illusoires, de procédés trompeurs et de revendications illégitimes concernant le champ de la santé.

Elles sont, entre autres, susceptibles de détourner des soins éprouvés”, s’insurge le collectif.

[Avec AFP]

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/90x66/public/visuels_actus/colereeeeeee_1.jpg?itok=xtmD2X6A“Médecine allopathique” : la formule de l’Ordre fait bondir les anti “Fakemed”

Un pédiatre suspendu pour promotion d'un "traitement homéopathique de l'autisme"Il prétendait traiter l’autisme avec l’homéopathie : un pédiatre suspendu un mois par l’Ordre

https://www.egora.fr/sites/egora.fr/files/styles/90x66/public/visuels_actus/homeooooooooooooooooooooo_0.jpg?itok=uIKg8lMZHoméopathie : dix médecins franciliens devant l’Ordre pour “non-confraternité”

================================================================

Accueil Libéral Exercice

Naturopathes, aromathérapeutes, réflexologues… : la répression des fraudes, pas tendre avec les médecines douces

PAR ANNE BAYLE-INIGUEZ – PUBLIÉ LE 19/12/2019

https://static1.lequotidiendumedecin.fr/cdn/ff/em9UY3eNu_Mo669UerYGtM5fFSOYY3mkvqcEZUB56Y8/1576771181/public/styles/gps_large/public/images/2019/12/66afad3d-61bf-46bf-8c92-7a3cc8ff68c3.jpg?itok=6SsjYY0I Crédit photo : PHANIE

Le contrôle de 675 praticiens exerçant une médecine non conventionnelle a permis à la répression des fraudes de révéler pour deux tiers d’entre eux au moins un manquement à la loi.

C’est le résultat édifiant de l’investigation menée en 2018 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) auprès de professionnels vendant leurs services de naturopathes, aromathérapeutes, hypnothérapeutes, acupuncteurs, auriculothérapeutes et réflexologues.

https://docs.lequotidiendumedecin.fr/images_redac/Medecinedouces.jpg

Allégations thérapeutiques non justifiées 

L’enquête de la répression des fraudes visait à « contrôler la loyauté des pratiques commerciales et le respect de leurs obligations par des professionnels pratiquant des médecines non conventionnelles », également appelées « alternatives »« parallèles »« naturelles » ou « douces » et qui regroupent « plusieurs centaines de pratiques », lit-on dans la fiche pratique publiée mercredi 18 décembre sur le site de la DGCCRF.

Il s’agit de professionnels « issus pour la plupart du secteur de la santé » (infirmiers, aides-soignants, etc.) reconvertis en auto-entrepreneurs.

Les contrôles ont porté sur le respect des règles en matière d’information sur les tarifs et sur la nature des prestations proposées.

La répression des fraudes a donc relevé « majoritairement » des défauts d’information mais aussi des pratiques commerciales trompeuses (« allégations thérapeutiques ou “de santé”, non justifiées par les professionnels, qualifications mises en avant susceptibles d’induire en erreur ou non justifiées ») voire « présentant des risques pour les patients », car « pouvant entraîner une perte de chance liée au non-recours des patients à des soins médicaux ».

Plus grave, près d’une quinzaine de signalements ont été transmis au procureur de la République pour « exercice illégal de la médecine » ou « usurpation de titres ».

Huiles essentielles

La DGCCRF dresse un portrait peu amène des adeptes des médecines non conventionnelles. Ces praticiens – à aucun moment la répression des fraudes ne les nomme médecins – consultent individuellement ou en cabinet multidisciplinaire « afin de mutualiser leurs moyens ».

La quasi-totalité d’entre eux ont suivi, avant d’exercer, « des formations de nature très variable, allant du simple week-end (en présentiel ou à distance) à plusieurs années de scolarité ». Certains commercialisent « des produits aux allégations thérapeutiques ou encore des compléments alimentaires ou des huiles essentielles ».

Mais surtout, les « revendications d’ordre médical » utilisées par certains praticiens de médecines douces « peuvent s’avérer dangereuses car elles sont susceptibles de détourner le consommateur de la consultation d’un professionnel de santé ou du suivi d’un traitement conventionnel pour une pathologie grave », peut-on lire. 

Les naturopathes se structurent

Le patient trouve une offre de médecine non conventionnelle plus ou moins dense selon les territoires. La DGCCRF a noté une concentration dans la Loire en raison de la présence d’une antenne de l’Académie européenne des médecines naturelles à Saint-Étienne et du Centre de soins naturels à Chazelles-sur-Lyon. Le même phénomène se retrouve en Côte-d’Or du fait de l’implantation de la faculté libre de naturopathie, qui forme près de 200 professionnels par an.

Les experts remarquent une volonté des professionnels de « se structurer progressivement », notamment dans le secteur de la naturopathie via l’Organisation de la médecine naturelle et de l’éducation sanitaire (OMNES) et un réseau d’établissements privés encadré par la Fédération française des écoles de naturopathie (FENA).

Enfin, la répression des fraudes revient sur la reconnaissance de certaines de ces pratiques. Selon les pays, les médecines non conventionnelles sont reconnues ou seulement tolérées.

Certains pays exigent toutefois un titre médical ou paramédical pour la pratique de certaines approches. « En France, l’acupuncture et l’homéopathie ont été reconnues comme des pratiques pouvant être pratiquées par certains professionnels de santé, développent les experts. 

Le titre professionnel d’ostéopathe a été reconnu, de même que celui de chiropracteur, par la loi du 4 mars 2002. Cependant, ces reconnaissances de titres professionnels ne sont pas pour autant des validations de ces théories. »

Fraudes Homéopathie MédecinesComplémentaires

Source : lequotidiendumedecin.fr