196 ou 16 ? Téléphone ou VHF ?

À l’heure où le téléphone portable a envahi toutes les poches des cirés des marins, on peut se demander l’intérêt d’embarquer encore une VHF avec soi quand on quitte le port ?

https://www.bateaux.com/src/images/news/articles/11a6a5477f22da73b7690e64e5230f32.jpg François-Xavier Ricardou Le 24-08-2018

Cette VHF archaïque, sur laquelle on ne peut pas parler en même temps et dont il faut tenir enfoncer une pédale pour parler semble bien moins performante que le moindre des téléphones portables actuels !

En plus, les administrations ont créé un numéro gratuit dédié au secours en mer : le 196. Un numéro qui met directement en relation avec le CROSS pour porter assistance en cas de pépin.

https://www.bateaux.com/src/applications/news/imaloader/images/bateaux/2016-03/38-VHF-telephone/telephone.jpg

Malgré cela, la VHF reste le seul vrai moyen de sécurité en mer. Ne pensez-vous pas que le moyen de secours le plus rapide pour intervenir auprès de vous sera le bateau que vous voyez au loin ? Comment le prévenir de votre situation avec un téléphone ? Avec une VHF, vous l’appelez sur le 16 et il vous répond. Idem quand l’hélicoptère des secours est au-dessus de vous, comment communiquer avec lui ? Par la VHF bien sûr, pas par le téléphone.

https://www.bateaux.com/src/applications/news/imaloader/images/bateaux/2016-03/38-VHF-telephone/ICOM-VHF-Radio.jpg

Sans parler de portée du téléphone qui une fois éloigné des côtes, en absence de réseau, ne peut plus se connecter et même avec ce numéro d’urgence 196, ne prévient personne. Alors oui, il faut garder en tête ce numéro 196 qui pourra dépanner, mais prévoir un poste VHF à bord de son bateau sera une sécurité largement plus efficace.

Nous vous conseillons d’avoir toujours avec vous une VHF portable étanche. Les modèles de qualité comme l’Icom IC-M25 Euro ont fortement baissé de prix et sont désormais accessibles (moins de 200 €).

==================================================================================

Bateaux.com > Magazine de l’accastillage et des équipements nautiques

Comprendre la norme IP, très utilisée dans le nautisme

La norme IP est un indice qui permet de savoir si les appareils sont capable de résister à leur environnement. Cette norme indique la protection contre les solides et contre l’eau. A regarder en détail avant de se lancer dans un achat pour son bateau.

https://www.bateaux.com/src/images/news/articles/300f406c2ac1c4337a3d06589bf24954.jpg François-Xavier Ricardou Le 30-08-2018

Dans les catalogues, sur les brochures, les descriptifs techniques des produits dédiés au nautisme, on parle souvent de Norme IP. Vous pourrez par exemple trouver par exemple que la nouvelle VHF Icom IC-M85E est IP67. Mais que cela signifie-t-il ?

La norme IP signifie Indice de Protection. Les deux lettres IP s’accompagnent de 2 chiffres :

  • 1er chiffre : protection contre les solides (poussière, sable…)
  • 2e chiffre : protection contre l’intrusion d’eau

Parfois on peut lire que l’appareil est IPX6 par exemple. Cela signifie que le premier chiffre est remplacé par le X quand on ne dispose pas d’indication de protection contre les solides.

Indice 1er chiffre (dizaine) : Protection contre les solides

0 : Aucune protection

1 : Protégé contre les corps solides supérieurs à 50 mm

2 : Protégé contre les corps solides supérieurs à 12,5 mm

3 : Protégé contre les corps solides supérieurs à 2,5 mm

4 : Protégé contre les corps solides supérieurs à 1 mm

5 : Protégé contre les poussières.et autres résidus microscopiques

6 : Totalement protégé contre les poussières

2e chiffre (unité) : Protection contre l’intrusion d’eau

0 : Aucune protection

1 : Protégé contre les chutes verticales de gouttes d’eau

2 : Protégé contre les chutes de gouttes d’eau jusqu’à 15° de la verticale

3 : Protégé contre l’eau en pluie jusqu’à 60° de la verticale

4 : Protégé contre les projections d’eau de toutes directions

5 : Protégé contre les jets d’eau de toutes directions à la lance (buse de 6,3 mm, distance 2,5 à 3 m, débit 12,5 l/min ±5 %)

6 : Protégé contre les forts jets d’eau de toutes directions à la lance (buse de 12,5 mm, distance 2,5 m à 3 m, débit 100 l/min ±5 %)

7 : Protégé contre les effets de l’immersion temporairev (jusqu’à 1 m) et pendant 30 minutes

8 : Matériel submersible dans des conditions spécifiées en durée et en pression (immersion prolongée) au-delà de 1 m. Normalement, cela signifie que l’équipement est hermétiquement fermé, cependant, avec certains types de matériel, cela peut signifier que l’eau peut pénétrer, mais sans produire d’effets nuisibles. Protection contre la submersion

=======================================================================================

Se faire remorquer en mer n’est pas gratuit !

En cas de problème, vous pouvez avoir besoin d’une assistance. La SNSM est là pour cela. Mais n’imaginez pas que tout sera gratuit. Tout remorquage de votre bateau sera facturé ! Explication

https://www.bateaux.com/src/images/news/articles/3300c779bcca8eeb581020e30d5a06e9.jpg François-Xavier Ricardou Le 24-08-2018

En mer, l’assistance à personne en danger est gratuite. Mais pas l’assistance aux biens. En clair si vous demandez une assistance pour remorquer votre bateau en panne d’essence, vous allez devoir payer le remorquage.

En règle général, le bateau qui demande assistance contacte le CROSS via la VHF (canal 16) ou par un téléphone portable (numéro de téléphone : 196). Le CROSS évalue l’urgence de la situation et coordonne l’intervention. Il fait souvent appel à la SNSM.

Cette dernière se met en contact avec le bateau à remorquer et annonce ses tarifs. Ceux-ci ne sont pas calculés au hasard en fonction de l’humeur du capitaine de la vedette ! Les tarifs appliqués correspondent aux frais engagés, dont le remboursement est prévu par la loi N° 67-543 du 7 juillet 1967 et confirmé par une circulaire de l’administration des affaires maritimes (N° 44 Marine marchande/DAMGM du 1er juillet 1970).

Ces frais vont servir à couvrir les dépenses de :

  • combustibles et lubrifiants
  • d’entretien et d’amortissement des embarcations de sauvetage
  • d’équipement de sécurité et de formation des sauveteurs bénévoles

Les tarifs dépendent des moyens engagés (type de bateau) et de la taille du bateau remorqué. Ces tarifs ont été remis à jour pour la saison de l’été 2016. Des modifications ont notamment été apportées pour rendre le tarif de remorquage des “petits bateaux” (moins de 7 m) plus accessibles, principalement si une grosse vedette est dépêchée sur place (alors qu’un semi-rigide suffit).

Certaines assurances couvrent ce genre de remorquage. Il faut bien lire son contrat pour s’en assurer. Attention, car certaines compagnies tiennent compte de la distance de votre port d’attache (moins de 5 mille et vous n’êtes pas remboursés…).

Forfait à l’opération

  Vedette Tous Temps Vedette V2 Vedette légère ou semi-rigide
Planche à voil, kitesurf 150 € 150 € 150 €
Jet ski, dériveurs 240 € 240 € 240 €

Tarif horaire

  Vedette Tous Temps Vedette V2 Vedette légère ou semi-rigide
Bateau < 7m 340 € 340 € 340 €
7 m < bateau <12 m 600 € 400 € 340 €
bateau > 12 m 690 € 460 € 390 €

Au-delà de la première heure, la tarification est décomptée au ¼ d’heure

=======================================================================================

MAYDAY ou PAN PAN PAN ?

Quel message de détresse utiliser ?

C’est la panique à bord, vous devez lancer un message de détresse sur la VHF. Mais lequel allez-vous utiliser : MAYDAY ou PAN PAN PAN ?

https://www.bateaux.com/src/images/news/articles/26bac4d82ad8ad16abea18c77c918fa7-1.jpg François-Xavier Ricardou Le 23-08-2018

Il existe trois messages de sauvegarde de la vie humaine en mer, classés par ordre de priorité. Chacun possède son propre signal d’alarme différent :

  • Priorité absolue : Détresse – MAYDAY
  • Priorité 2 : Urgence – PAN PAN PAN
  • Priorité 3 : Sécurité – SÉCURITÉ

https://www.bateaux.com/src/applications/news/imaloader/images/bateaux/2017-06/41-MAYDAY/Mayday-PanPan-3.jpg

Détresse (MAYDAY)

On utilise ce message en cas de danger pour la vie humaine.

Par exemple

Urgence (PAN PAN PAN)

Le message d’urgence est utilisé si une vie humaine n’est pas en danger, mais qu’il y a un problème grave à bord.

Par exemple :

  • Un problème moteur qui empêche le bateau de revenir au port par ses propres moyens
  • Un démâtage
  • Une casse de safran

https://www.bateaux.com/src/applications/news/imaloader/images/bateaux/2017-06/41-MAYDAY/Mayday-PanPan-2.jpg

Sécurité (SÉCURITÉ)

Ce message est là pour informer le trafic maritime d’un danger.

Par exemple :

  • Déclaration d’un OFNI (Objet Flottant Non Identifié)
  • Une bouée ou un radeau à la dérive
  • Un danger pour la navigation

Moyen mnémotechnique

Pour savoir s’il faut déclencher un MAYDAY ou un PAN PAN PAN, il existe un moyen simple.

MAYDAY se prononce “m’aider” ce qui veut dire que vous avez besoin d’aide.

PAN PAN PAN se prononce “panne panne” signale que vous avez une panne et que vous demandez de l’aide mais sans être en danger.

=======================================================================================

Comment prévenir les secours avec une VHF ?

C’est l’été ! On prend ses affaires et on embarque. Cap sur le large. Mais cela n’empêche pas de ne pas oublier ses procédures de sécurité. Comment envoyer un message d’urgence à la VHF ? Quelle procédure suivre ? Petit rappel du bon parler VHF.

https://www.bateaux.com/src/images/news/articles/938a42076a07214437d322bb2e9066c0.jpg François-Xavier Ricardou Le 23-08-2018

La VHF est l’outil idéal pour envoyer un message d’urgence en mer. Si votre poste n’est pas DSC (ou ASN) – c’est-à-dire qu’il n’a pas de bouton Ditress – vous pouvez tout de même vous en servir pour signaler votre situation.

Avant toute chose il faut :

  • Vérifier que la VHF est chargée ou branchée sur le courant du bord
  • La VHF doit être allumée
  • Le canal 16 doit être sélectionné
  • Calmez-vous pour parler clairement

https://www.bateaux.com/src/applications/news/imaloader/images/bateaux/2016-07/17-mayday/message-detresse-2.jpg

PAN ou MAYDAY ?

Il existe 3 types de procédures : SECURITE, PAN PAN PAN et MAYDAY

Le message SECURITE signale tout danger lié à la sécurité de la navigation (objets dangereux, épaves à la dérive, phares éteints…) ou à la météorologie (coup de vent, tempête, rencontre de vents de force supérieure à 7 Beaufort non signalés dans les bulletins réguliers…).Ce type de message précède toute émission de Bulletins Météorologiques Spéciaux (BMS) et tout AVis URgent aux NAVigateurs (AVURNAV).

La procédure PAN PAN PAN s’utilise dans le cas où le bateau ou une personne est en détresse, mais où la vie humaine n’est pas en danger immédiat. Elle sert principalement pour signaler une détresse sans pour autant demander de l’assistance immédiate.

La procédure MAYDAY s’utilise dans toutes les autres situations : si le bateau ou une personne est en danger grave et immédiat et qu’une assistance est demandée rapidement.

Procédure PAN PAN PAN sur le canal 16

Il faut dire :

  • PAN PAN PAN, PAN PAN PAN, PAN PAN PAN (prononcez “panne panne panne”)
  • Appel à tous
  • Ici le bateau …….. (nom du bateau et/ou indicatif)
  • Nature de la détresse
  • Position du bateau
  • Nombre de personnes à bord
  • Ici le voilier…. Terminé

https://www.bateaux.com/src/applications/news/imaloader/images/bateaux/2016-07/17-mayday/message-detresse-1.jpg

Procédure MAYDAY sur le canal 16

Il faut dire :

  • MAYDAY, MAYDAY, MAYDAY
  • Ici le bateau……. (nom du bateau et/ou indicatif)
  • Ma position est : ………..
  • (longitude et latitude en degrés et minutes ou bien cap vrai et distance d’un point connu)
  • Nature de la détresse (voie d’eau, incendie, homme à la mer…)
  • Nous demandons assistance (type d’assistance requise)
  • Nombre de personnes à bord (on précise s’il y a des blessés)
  • Autres précisions (type de bateau, longueur, couleur, mise à l’eau du radeau de survie, fusées tirées…)
  • Nous restons à l’écoute sur le canal 16
  • Ici le bateau…. Terminé