Actualités  –  publiée le 1/07/2022 par Équipe de rédaction Santélog

Journal of Aging and Health

Cette étude corrèle les troubles du sommeil à mi-vie et un risque de déclin cognitif à l’âge de la retraite (Visuel Adobe stock 167694010). Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Cette étude de l’Université d’Helsinki est l’une des premières à corréler les troubles du sommeil à mi-vie et un risque de déclin cognitif à l’âge de la retraite.

L’insomnie est-elle donc, comme d’autres troubles du sommeil un facteur de dysfonctionnement cognitif plus tard dans la vie ?

Si le processus exact mérite encore d’être décrypté, les chercheurs soulignent dans le Journal of Aging and Health l’importance de traiter l’insomnie, même lorsqu’elle survient plus tôt dans la vie.

Ainsi, la relation entre le sommeil et la santé cognitive reste complexe.

Si on sait qu’un sommeil suffisant et de qualité, est nécessaire à une bonne santé cérébrale, le sens de la relation ou sa réciprocité reste sujet à débat.

Une étude récente avait ainsi suggéré que c’est la perte de neurones qui rend les patients « Alzheimer » somnolents et non le manque sommeil qui accélère le déclin cognitif (?).

L’équipe islandaise des symptômes d’insomnie à long terme et le fonctionnement cognitif plus tardif plus tard entretiennent un lien clair.

Sommeil et cognition, une relation complexe

L’étude Helsinki Health a suivi sur 15 ans, cette corrélation entre l’apparition de symptômes d’insomnie dans la quarantaine et …

Pour lire la suite 🡺 L’INSOMNIE à mi-vie prédit un vieillissement cognitif plus rapide | santé log (santelog.com)

Ou écrivez-moi 🡺 gacougnolle@gmail.com