Actualités  –  publiée le 27/03/2022 par Équipe de rédaction Santélog

AAN

L’étude révèle ainsi une corrélation significative entre l’augmentation de la gravité des tics et une réduction de la qualité de vie avec cette utilisation accrue des médias sociaux (Visuel Adobe Stock 241368174) Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Durant la pandémie, la plupart des adolescents ont accru considérablement leur utilisation des médias sociaux, et dans le même temps, les adolescents souffrant de tics déclarent une augmentation de leur sévérité.

C’est bien le propos de cette petite étude, présentée à la 73è Réunion annuelle de l’American Academy of Neurology (AAN) de Seattle, qui documente ainsi un nouvel effet indésirable neurologique de l’excès de réseaux sociaux et de temps d’écran.

Les tics sont des mouvements et des sons soudains et incontrôlables provoqués « par une envie irrésistible de les produire ».

Ils sont la caractéristique déterminante de tics chroniques, dont le syndrome de la Tourette, un trouble neurodéveloppemental qui commence dès l’enfance.

« L’augmentation connue de l’utilisation des médias sociaux pendant la pandémie, ainsi que de l’augmentation parallèle des tics constatée dans notre pratique clinique, nous ont incités à rechercher une corrélation possible entre ces deux tendances », explique l’auteur principal, le Dr Jessica Frey, de l’Université de Floride (Gainesville).

Cette étude pilote menée auprès de 20 adolescents et jeunes adultes âgés de 11 à 21 ans souffrant de tics et qui ont renseigné le temps passé sur les réseaux sociaux, la fréquence à laquelle ils souffraient de ces tics, leur sévérité et leur impact sur la qualité de vie.

  • 65 % des participants ont déclaré utiliser les médias sociaux en moyenne 6 heures par jour ;
  • 90 % des participants ont déclaré utiliser les médias sociaux plus durant la pandémie qu’ils ne le faisaient auparavant ;
  • 85% ont indiqué une fréquence des tics augmentée pendant la pandémie ;
  • 50% ont corrélé cette aggravation des tics à l’utilisation des médias sociaux ;

L’étude révèle ainsi une corrélation significative entre l’augmentation de la gravité des tics et une réduction de la qualité de vie avec cette utilisation accrue des médias sociaux pendant la pandémie de COVID-19.

Cependant, l’étude n’identifie pas de lien entre l’utilisation des médias sociaux et la fréquence des tics.

« Nos résultats contribuent à documenter l’impact neurologique de la pandémie de COVID-19 et, plus généralement les effets nocifs d’une utilisation excessive des médias sociaux sur les adolescents et les jeunes adultes », concluent les chercheurs.

D’autres recherches, plus larges vont donc être menées pour mieux identifier les facteurs de stress exacts qui conduisent à l’aggravation de certains troubles neurologiques.

Source: American Academy of Neurology’s 73rd Annual Meeting (Seattle) 28-Feb-2022 Study: Tic severity linked with social media use for teens during pandemic

Plus sur Neuro Blog