Jeudi 12 août 2021

Par Géraldine MOSES, professeure associée, École de pharmacie, Université du Queensland (Australie)

Le marché des compléments alimentaires explose, notamment sur internet.

Or les informations et avertissements ne sont pas toujours suffisants, ce qui n’est pas sans danger pour le consommateur.

Derrière la popularité des compléments alimentaires il y a, notamment, cette idée qu’ils ne peuvent nous faire que du bien…

C’est oublier qu’il y a des dangers potentiels à multiplier les prises de vitamines et autres minéraux.

Et les consommateurs n’en sont pas toujours bien avertis.

En effet, à la différence des médicaments, pour voir leur commercialisation autorisée les compléments alimentaires ne sont pas tenus de renseigner sur ce point de façon poussée l’organisme de régulation des médicaments d’Australie, le Therapeutic Goods Administration (TGA).

[NdlR : en France non plus, aucune autorisation de mise sur le marché spécifique n’est exigée, mais ces produits sont surveillés comme toute denrée alimentaire.

Ils font l’objet d’une déclaration à la Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Les substances chimiques utilisées dans leur fabrication doivent également être sans danger.]

J’ai identifié six façons dont la prise de ces compléments désormais si fréquents pourrait s’avérer nocive.

Ces résultats ont été publiés dans la revue spécialisée Australian Prescriber .

Que sont les compléments alimentaires ?

Ces produits peuvent contenir des extraits de plantes, des vitamines, des minéraux, des acides aminés, des enzymes, des algues, etc.

Ils sont destinés à compléter notre régime alimentaire, et non à procurer un quelconque effet thérapeutique.

En Australie, les compléments alimentaires dominent largement l’industrie des médecines dites complémentaires, dont ils font partie.

Les ventes de compléments alimentaires ont atteint 4,9 milliards de dollars australiens en 2017, soit un doublement en une décennie.

Une étude menée au niveau national en 2018 a montré que 63 % des gens y avaient régulièrement recours.

[NdlR : même chose en France entre 2006 et 2015, comme l’ont montré les Études individuelles nationales des consommations alimentaires 2 et 3. 29 % des adultes et 19 % des enfants en consomment.

Ce marché pèse 2 milliards d’euros par an.]

Les compléments alimentaires les plus utilisés sont ceux contenant vitamines et minéraux : vitamine D, vitamine C, vitamine A et calcium ou magnésium.

D’après une étude publiée dans le journal Nature, ils sont utilisés par 47 % des consommateurs.

Une image contenant matériel

Description générée automatiquement

Si répandus qu’ils le soient désormais, les compléments alimentaires n’ont rien d’anodin. (Photo d’illustration : Marc Ollivier / Ouest-France)

Sur quoi faut-il être vigilant ?

Beaucoup disent qu’ils n’ont jamais entendu parler de risques concernant les compléments alimentaires.

Ce qui n’est pas surprenant, la communication à leur propos met principalement en avant les bénéfices que l’on peut tirer de leur consommation ; les risques potentiels sont peu mentionnés.

La notice d’information est souvent limitée et ne mentionne que rarement les risques d’effets secondaires.

[NdlR : en France, l’étiquetage est tenu d’apporter certaines informations.

Il existe également un dispositif où peuvent être déclarés les effets indésirables observés, Nutriviligance.]

Il existe pourtant des nuisances bien connues causées par les ingrédients entrant dans la composition des compléments alimentaires.

C’est un fait bien établi en pharmacologie, surtout quand ces ingrédients sont consommés à haute dose.

Pour ces raisons, en Australie, la prise à haute dose de certaines vitamines et minéraux est régulée et ne peut être reçue que par un pharmacien ou sur prescription médicale.

[NdlR : en France, des recommandations sanitaires sont également disponibles, et indiquent les doses journalières maximales recommandées.]

Si les effets secondaires sont les risques potentiels qui viennent en premier à l’esprit, les compléments alimentaires peuvent avoir d’autres conséquences.

J’en ai identifié six, de différentes natures :

• Les effets secondaires indésirables : ils peuvent découler d’un usage bref comme sur le long terme. Une dose trop importante est souvent en cause, mais pas toujours. Certains compléments sont déconseillés en cas d’allergie, de grossesse, lors de l’allaitement, etc.

• Les interactions médicamenteuses : les mélanges avec certains traitements peuvent entraîner une toxicité ou diminuer l’efficacité de ces derniers.

• Le coût : multiplier les compléments n’est pas anodin.

• Le retard de prescription : les compléments ne sont pas des médicaments. Mais il arrive que leur prise soit considérée comme suffisante face à un problème de santé, retardant ainsi la consultation médicale et la mise en place d’un traitement effectif.

• La fraude et de faux espoirs : certains compléments peuvent afficher des promesses frauduleuses.

• Les mélanges inappropriés : à multiplier les médicaments et les compléments alimentaires, on multiplie les risques d’erreur : surdosage accidentel, effets secondaires inopinés, etc.

Toujours surveiller les doses journalières

Beaucoup de compléments sont pris de façon tout à fait sûre, à des fins médicales.

Lors d’une grossesse, les femmes peuvent par exemple se voir prescrire de l’acide folique ou de l’iode.

Ils contribuent à traiter des carences en vitamines et minéraux, fer, etc.

La clé d’un usage sûr est la dose.

Les doses maximales pour obtenir une bonne efficacité sont connues, mais peuvent ne pas être suivies en cas d’automédication… surtout si les produits ont été achetés sur internet.

Les consommateurs peuvent alors ne pas s’arrêter aux doses considérées comme sûres, se trouver avec des indications peu fiables… ou faire comme bon leur semble.

C’est ainsi que beaucoup négligent le risque de surdosage pour un nutriment donné, principalement la vitamine B6 ou la vitamine A, qui peut se produire si on multiplie les compléments.

Quand on cherche à évaluer le bénéfice ou le risque potentiel d’un complément alimentaire, il est important de ne pas se limiter à son ingrédient le plus connu ou principal : il faut déterminer quels sont tous ses composés, à quelle dose ils sont présents afin d’éviter des surdoses si l’on prend d’autres compléments où ils seraient également présents, etc.

Les professionnels de santé peuvent assister tout un chacun, expliquer pourquoi il importe de respecter tel ou tel dosage pour des raisons de risques et d’efficacité optimale.

[NdlR : en France, pharmaciens et médecins sont capables d’indiquer si la prise de compléments est déconseillée du fait de l’état de santé de la personne, par exemple en cas d’insuffisance rénale ou hépatique, de risque d’interaction médicamenteuse, etc.]

Il convient parfois d’aller plus loin que les seules informations indiquées par les fabricants, qui devraient rendre leurs informations plus accessibles.

Si répandus qu’ils le soient désormais, les compléments alimentaires n’ont rien d’anodin.

La version originale de cet article a été publiée dans The Conversation.