ENDOCRINOLOGIE-MÉTABOLISME NUTRITION

  egora.fr Par Pr Philippe Chanson le 31-08-2021

L’obésité chez l’enfant a augmenté de manière majeure aux Etats-Unis au cours des 20 dernières années.

Le lien entre la consommation d’aliments ultra-transformés, l’excès de consommation calorique et la prise de poids est de plus en plus évident.

Afin de caractériser les tendances concernant la consommation de ces aliments ultra-transformés chez les jeunes Américains, les données de questionnaires alimentaires d’un échantillon représentatif sur le plan national des jeunes Américains de 2 à 19 ans de la NHANES (National Health and Nutrition Examination Survey), recueillies d’une part en 1999-2000 et d’autre part en 2017-2018, ont été analysées.

L’échantillon a porté sur 33 795 sujets, d’âge moyen 10.7 ans avec pratiquement autant de filles que de garçons.

Entre 1999 et 2018, le pourcentage estimé de la consommation énergétique totale provenant des aliments ultra-transformés a augmenté, passant de 61.4 % à 67 % (différence de 5.6 % ; IC 95 % = 3.5 à 7.7 % ; p < 0.001 pour la tendance) alors que le pourcentage de la consommation énergétique totale provenant de la consommation des aliments non transformés ou transformés de manière minime a diminué, passant de 28.8 % à 23.5 % (différence -5.3 % ; -7.5 à -3.2 % ; p < 0.001).

Parmi les sous-groupes d’aliments ultra transformés, le pourcentage estimé de l’énergie provenant de la consommation de plats mixtes prêts à réchauffer ou prêts à consommer a augmenté, passant de 2.2 à 11.2 % (différence de 8.9 % ; 7.7 à 10.2) et celui de la consommation de snacks sucrés et de confiseries a augmenté, passant de 10.7 à 12.9 % (différence de 2.3 % ; 1 à 3.6 %).

En revanche, le pourcentage estimé d’énergie provenant des boissons sucrées a diminué, passant de 10.8 à 5.3 % (différence : -5.5 % ; -6.5 à -4.5 %) de même que celui provenant des graisses transformées, des condiments et des sauces, passant de 7.1 à 4 %, soit une différence de -3.1 % (-3.7 à 2.6 % ; p < 0.05).

Il y avait une augmentation significativement plus importante du pourcentage estimé de l’énergie provenant de la consommation des aliments ultra-transformés chez les jeunes Noirs non hispaniques, passant de 62.2 % à 72.5 % (différence 10.3 % ; 6.8 à 13.8 %) et chez les jeunes Hispaniques, passant de 55.8 à 63.5 % (différence 7.6 % ; 4.4 à 10.9 %).

Cette augmentation était plus importante que chez les jeunes Blancs non Hispaniques (augmentation de 63 à 68.6 % ; différence 5.2 % ; 2.1 à 8.3 ; p = 0.04).

En conclusion, la consommation énergétique provenant des aliments ultra-transformés a augmenté chez les jeunes Américains et continue à constituer la majorité de leur consommation énergétique totale.

Sources : Wang L. et al. Trends in consumption of ultraprocessed foods among US youth aged 2-19 years, 1999-2018. JAMA 2021 ; 326 : 519-530.

https://jamanetwork.com/journals/jama/article-abstract/2782866