Les programmes de réhabilitation chez les personnes âgées font encore l’objet d’évaluation. Compte tenu de la variabilité de l’état de santé des patients âgés, il est difficile de statuer sur le bénéfice d’un programme standard. Une méta-analyse parue dans le BMJ montre cependant que la réhabilitation permet de réduire les besoins globaux en terme d’infirmières à domicile et réduit la mortalité.

La réhabilitation accélère le recouvrement des fonctions cardiaques, neurologiques, pulmonaires ou encore musculo-squelettiques chez des sujets jeunes suite à une maladie ou un accident. Mais ce type d’intervention est difficile à évaluer et moins bien standardisé chez la personne âgée compte tenu des déclins et maladies fréquents dans cette population. Une revue systématique des études parues sur ce sujet a tenté d’évaluer les effets de la réhabilitation spécifique chez les personnes âgées par rapport à une prise en charge classique sur le statut fonctionnel, l’état de santé et la mortalité.

  
Au total, 17 essais randomisés et contrôlés ont été inclus pour un effectif de 4 780 patients âgés en moyenne de 74 à 86 ans : huit d’entre eux concernaient une réhabilitation générale et les neuf autres une réhabilitation orthopédique suite à une fracture de la hanche. Les programmes de réhabilitation étaient basés sur les critères de l’OMS. Ils intégraient une évaluation gériatrique globale, une observance rigoureuse des traitements, des rendez-vous réguliers avec des professionnels de santé, des objectifs et des interventions « sur mesure » pour les patients.
Les résultats de cette méta-analyse sont très en faveur de la réhabilitation avec une réduction de 36% des besoins d’intervention d’une infirmière à domicile et une réduction de 28% du risque de décès pendant l’année de réhabilitation. En revanche, les données manquent sur les bénéfices pour la santé et le coût de ces prises en charge.
  
Compte tenu de ces résultats encourageants, les auteurs plaident en faveur de nouvelles études afin d’identifier des sous-groupes de patients âgés chez qui la réhabilitation serait la plus efficace.

Marie Lestelle (Paris)

Référence :
Stefan Bachmann, Christoph Finger, Anke Huss, Matthias Egger, Andreas E Stuck, Kerri M Clough-Gorr
Inpatient rehabilitation specifically designed for geriatric patients: systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials
BMJ 2010;340:c1718
[Retrouvez l’abstract en ligne]

Date de publication : 01-06-2010