Le Figaro relaie des travaux de chercheurs américains, parus dans Science Translational Medicine, qui « ont réussi à identifier une «signature biochimique» des effets de l’exercice physique ».
 
Le journal résume ainsi : « L’étude de marqueurs sanguins montre que les sportifs endurants puisent surtout leur énergie dans le stock de lipides ».
Le journal cite le premier auteur de ce travail, le Dr Gregory Lewis (Massachusetts General Hospital de Boston) qui explique : « Nous avons découvert de nouvelles signatures métaboliques de l’activité physique qui distinguent clairement les individus en forme de ceux qui le sont moins ».
 
Le Figaro note que « selon lui, ces résultats ont des implications concrètes chez les sportifs, «pour optimiser les programmes d’entraînement, mais aussi développer des compléments alimentaires qui améliorent les performances sportives» ».
 
Le quotidien cite notamment le Pr Xavier Bigard, du Centre de recherche du service de santé des armées de Grenoble, qui remarque que « ce qui fait la différence entre deux marathoniens dotés des mêmes caractéristiques physiques, pour une puissance donnée, c’est leur capacité à utiliser les acides gras ».
« Cela permet aux marathoniens d’être performants pendant plusieurs heures. En théorie, le stock [de lipides] serait même suffisant pour courir une trentaine de marathons sans avoir à se nourrir! […] Chez monsieur et madame Tout-le-Monde, l’organisme puise dans les réserves en glucose, qui sont assez faibles »,
continue le spécialiste.
 
Le Figaro retient que « les recherches de marqueurs biologiques de l’effort pourraient aider les médecins à recommander une activité physique plus adaptée au profil d’un individu ».
 
Metabolic Signatures of Exercise in Human Plasma
Gregory D. Lewis,
Sci Transl Med 26 May 2010 2:33ra37. DOI:10.1126/scitranslmed.3001006