Source:

   © Daniel Forster

Ken Read : « La voile telle que nous la connaissons est terminée »

Média / jeudi 12 décembre 2013

Depuis deux jours, les évolutions dans le milieu de la voile compétitive et l’avenir du sport sont au cœur des débats au World Yacht Racing Forum à Göteborg. Les délégués ont souligné hier la rapidité des changements au cours de cette dernière année avec notamment les foils sur les catamarans de la Coupe de l’America, le lancement d’un monotype pour la Volvo Ocean Race et la standardisation des mâts et des quilles annoncée par la classe IMOCA. Pour Ken Read, Président de North Sails, la discipline a subi une véritable révolution. “La voile telle que nous la connaissons est terminée.” Knut Frostad PDG de la Volvo Ocean Race renchérit, “Regarder ce qui est arrivée depuis un an et comparer cela au football. Cela dit, je crois que le sport aurait pu évoluer encore plus rapidement. La voile n’adopte pas assez rapidement les nouvelles technologies.”

Si ces évolutions sont positives pour la plupart des délégués, Iain Percy d’Artemis Racing avertit, “l’intégrité du sport devrait être préservée face aux exigences commerciales accrues.” Parlant plus spécifiquement des séries olympiques, le médaillé britannique estime que les organisateurs ont tort de mettre en avant la course aux médailles au détriment de toute l’épreuve sportive, un argument déjà mis en avant par Ben Ainslie l’année dernière.

Des sondages ont été réalisés au Forum sur la promotion du sport et de la compétition. 80% des sondés estiment qu’Internet soit désormais plus important que la télévision pour toucher le public ciblé. Peter Bayer PDG d’OSM, qui a la charge de promouvoir la classe IMOCA, souligne qu’il est crucial de raconter une histoire afin d’intéresser le public. ”Il ne s’agit pas de parler des bateaux. On a besoin de raconter quelque chose d’émouvant et de parler des marins.”  Un sentiment partagé par Luc Talbourdet, Président de l’IMOCA: “L’élément clé dans le Vendée Globe est justement le fait que l’on raconte une histoire. Et non pas les bateaux, ni même la compétition elle-même.”