Publié le 08/05/2020

Les agences de santé des pays touchés par le Covid-19 recommandent un effort de nettoyage dans les foyers (où des familles entières sont confinées), et aussi la désinfection des surfaces fréquemment touchées avec les mains. Une publication provenant de l’American Association of Poison Control Centers (réunion des centres antipoison des USA) fait état d’une augmentation importante du nombre d’expositions toxiques à des produits ménagers ou désinfectants déclarées depuis janvier 2020, et surtout depuis le début du mois de mars.

Peut-être cette triste augmentation n’est-elle pas étrangère à des déclarations intempestives qui envisageaient “d’injecter un désinfectant pour nettoyer les poumons” ?

20 % d’expositions toxiques en plus par rapport à l’année dernière

Comparées aux données des années précédentes, pour les trois premiers mois de 2020, le nombre d’expositions toxiques à un produit ménager ou désinfectant a augmenté de 20,4 % par rapport à ce qu’il était à la même période en 2019. Ces expositions toxiques concernent toutes les tranches d’âge, mais plus particulièrement celle des enfants de moins de 5 ans qui représentent 35,7 % des cas d’exposition toxique à un produit ménager, et 46,9 % des cas d’exposition toxique à un produit désinfectant.

L’analyse de ces données montre que les produits mis en cause qui ont connu les plus fortes augmentations sont l’eau de Javel (hypochlorite de sodium), et les désinfectants pour les mains (avec ou sans alcool). Le mode de contamination qui a le plus augmenté est l’inhalation, bien que l’ingestion reste le plus fréquent.

Une ivresse de gel hydroalcoolique

Deux cas sont rapportés pour illustrer ces données.Le premier concerne une femme qui, ayant appris par les medias qu’il fallait nettoyer tous les produits récemment achetés à l’épicerie, les a plongés dans un mélange d’eau chaude, d’eau de Javel et de vinaigre. Une forte odeur de chlore s’est répandue dans sa cuisine et elle a commencé à suffoquer avant de se résoudre à appeler les urgences. Ses symptômes ont rapidement disparu avec un peu d’oxygène et des bronchodilatateurs.

Le second cas est celui d’une petite fille qui a été retrouvée inconsciente chez elle, et qui a été transportée aux urgences. Selon sa famille, la fillette avait été prise de vertiges et était tombée après l’ingestion d’une quantité indéterminée d’un désinfectant hydro-alcoolique. Elle avait 2,7 g/l d’alcool dans le sang, (bien plus que les 0,8 g/l tolérés pour la conduite d’un véhicule). Elle a dû être hospitalisée en soins intensifs pédiatriques pendant 48 h.

Ce rapport des centres antipoison américains, bien que déjà alarmant, sous-estime certainement la fréquence et la gravité des intoxications liées à de mauvaises applications des mesures d’hygiène et de désinfection recommandées depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Il est rappelé les conseils d’usage concernant les produits ménagers et désinfectants :

  • garder les produits ménagers ou désinfectants hors de portée des enfants.
  • suivre le mode d’emploi inscrit sur l’emballage.
  • ne jamais mélanger les produits entre eux.
  • utiliser les protections conseillées pour les manipuler (gants, lunettes …).
  • manipuler ces produits dans un endroit bien aéré.

Dr Catherine Vicariot

RÉFÉRENCE: Chang A, Schnall AH, Law R, et coll. : Cleaning and Disinfectant Chemical Exposures and Temporal Associations with COVID-19 — National Poison Data System, United States, January 1, 2020–March 31, 2020. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2020;69:496–498. DOI: http://dx.doi.org/10.15585/mmwr.mm6916e1

Copyright © http://www.jim.fr