Actualités  –   publiée le 5/08/2022 par Équipe de rédaction Santélog

BMJ

L'infertilité et les fausses-couches peuvent augmenter le risque d'AVC chez les femmes plus tard dans la vie (Visuel Fotolia) Une image contenant texte

Description générée automatiquement

L’infertilité et les fausses-couches peuvent augmenter le risque d’AVC chez les femmes plus tard dans la vie, conclut cette recherche internationale, menée à l’University of Queensland (Australie).

Ainsi, des antécédents de fausse couche ou de mortinaissance pourraient être considérés comme des facteurs de risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) spécifiques aux femmes, selon cette analyse d’études d’observation, publiée dans le British Medical Journal (BMJ).

Ces conclusions appellent à une surveillance précoce et plus rigoureuse des femmes ayant subi une fausse couche ou vécu une mortinaissance, avec la mise en œuvre de mesures spécifiques, dont des changements de mode de vie, afin de réduire leur risque d’AVC.

À l’échelle mondiale, les AVC sont l’une des principales causes de décès et d’invalidité chez les femmes.

En 2019, environ 3 millions de femmes sont mortes d’un AVC.

10 millions d’années de vie en bonne santé sont perdues, chez les femmes, en raison d’un handicap à la suite d’un AVC, ce qui représente une perte d’années de vies en bonne santé supérieure de 44 % à celle accusée par les hommes.

En fait, les facteurs de risque d’AVC connus tels que l’obésité, l’hypertension artérielle (HTA) et le diabète n’expliquent pas entièrement le risque plus élevé d’AVC chez les femmes.

Les études antérieures sur le lien entre l’infertilité, les fausses couches et la mortinatalité, et le risque d’AVC à long terme ont abouti à des résultats peu concluants. Cette étude précise ce lien, en fonction du type spécifique d’AVC.

Des facteurs de risque d’AVC spécifiques aux femmes ? 

L’étude :

Pour lire la suite 🡺 INFERTILITÉ FÉMININE et risque d’AVC plus tard dans la vie | santé log (santelog.com)

Ou m’écrire à 🡺 gacougnolle@gmail.com