Accueil Environnement littoral  Faune

Il se passe de drôles de choses sous les coques de nos voiliers ! Biologiste marin, plongeur-photographe et plaisancier averti, Laurent Ballesta vient de remporter le grand prix Wildlife Photographer of the Year avec cette photo de mérous se reproduisant dans les eaux de la Polynésie française.

« Je travaillais sur cette photo depuis cinq ans, explique-t-il à Voiles et Voiliers.

Les mérous ne se reproduisent qu’une fois par an, à l’aube, et tout se passe très vite : les requins sont à l’affût ».

Une image contenant nature, printemps, montagne

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

L’instant magique ! | DR / LAURENT BALLESTA / GOMBESSA EXPÉDITIONS

Nicolas FICHOT. Publié le 24/10/2021 à 18h17

« Cette photo a été prise entre 4h30 et 5h00 dans la passe Sud de l’atoll de Fakarava, en Polynésie française.

J’étais dans l’eau depuis plus de trois heures pour attendre ce moment magique, précise Laurent Ballesta qui est le premier photographe français à remporter le prestigieux Wildlife Photographer of the Year.

C’est une aire marine protégée par l’UNESCO et les mérous profitent de cette protection pour venir s’y reproduire.

C’est un lieu unique ou presque dans le Pacifique Sud pour leur reproduction. Ils viennent de très loin ».

Ils se regroupent à plusieurs dizaines de milliers sur une aire grande comme un terrain de football

« Cette photo a été prise par une nuit de pleine lune et c’est très important : la pleine lune est un facteur déclenchant pour la reproduction des mérous.

Ils peuvent alors se retrouver à plusieurs dizaines de milliers sur une aire grande comme un terrain de football. Ils se retrouvent là une fois par an et depuis cinq ans, j’allais y plonger avec notre équipe d’expéditions Gombessa pour tenter de prendre cette photo ».

Ici si vous désirez voir d’autres photos de Laurent Ballesta ou acheter une reproduction de ce cliché.

Une image contenant eau, extérieur, ciel, personne

Description générée automatiquement

Laurent Ballesta de retour d’une séance de travail. | DR / CAROLINE BALLESTA-ANDROMEDE OCEANOLOGIE

« Tout se passe très vite quand la reproduction commence et cela dure à peine une demi-heure car les requins rôdent autour de là pour attraper le plus de mérous.

Le scénario est immuable : tout à coup, une femelle remonte vers la surface pour pondre un nuage d’œufs et les mâles aussitôt tournent autour de ce nuage pour tenter de fertiliser le plus d’œufs possible.

Et dès qu’une première femelle a commencé, toutes les autres l’imitent.

C’est de la folie, alors. Ça grouille de partout et les requins s’en mêlent pour essayer de faire le plus de ravages possibles.

Et puis tout s’arrête, le calme revient sous l’eau. Mais cette fois-là, j’avais eu le temps de faire la photo de mes rêves. Nous avons calculé que j’avais fait près de 85.000 clichés avant d’obtenir celui-ci et de ne retenir que celui-ci » conclut Laurent Ballesta.

FAUNE POLYNÉSIE FRANÇAISE