Actualités  –   publiée le 10/12/2021 par Équipe de rédaction Santélog

PNAS

La consommation de cannabis pendant la grossesse a un impact sur le placenta ce qui affectera le développement de l'enfant (Visuel Adobe Stock 392108687)

La consommation de cannabis pendant la grossesse a un impact sur le placenta ce qui affectera certainement le développement de l’enfant, conclut cette équipe de pédiatres et de neuroscientifiques du Mount Sinai Hospital (New York), de l’Icahn School of Medicine à Mount Sinai et de la City University of New York.

Certaines femmes consomment du cannabis pendant la grossesse, notamment pour soulager le stress et l’anxiété.

Cependant cette exposition peut prédisposer leurs enfants aussi à la susceptibilité au stress et à l’anxiété, selon cette étude publiée dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS).

Alors que la légalisation du cannabis récréatif progresse dans le monde, de nombreuses personnes pensent à tort que la consommation de cannabis est toujours sans risque pour la santé.

Si de nombreuses études ont documenté l’effet néfaste du cannabis durant la fenêtre de développement du cerveau -donc in utero et jusqu’à l’adolescence- le cannabis est devenu l’une des substances les plus consommées pendant la grossesse.

Cette étude décrypte et sensibilise à l’impact de la consommation maternelle de cannabis sur le développement du fœtus.

L’auteur principal, Yoko Nomura, professeur de psychologie, précise ainsi :

« Nous savons que la signalisation des cannabinoïdes joue un rôle dans la modulation du stress, c’est pourquoi certaines personnes consomment du cannabis pour réduire l’anxiété et se détendre.

Cependant, notre étude montre que l’exposition in utero au cannabis a l’effet inverse sur les enfants, en induisant des niveaux accrus d’anxiété, d’agressivité et d’hyperactivité par rapport aux autres enfants non exposés au cannabis ».

Des gènes placentaires au comportement durant l’enfance

L’équipe a examiné l’expression des gènes placentaires, le comportement et la physiologie des enfants, au cours de la petite enfance et de l’enfance, en suivant 322 « paires » mère-enfant.

Chez les enfants, à l’âge de 6 ans, les niveaux d’hormones ont été mesurés via des échantillons de cheveux, la fonction cardiaque en état de stress a été évaluée par électrocardiogramme et le comportement et a été évalué sur la base de questionnaires renseignés par la mère.

L’analyse de ces différentes données révèle que :

  • Les enfants de mères ayant consommé du cannabis pendant la grossesse présentent plus d’anxiété, d’agressivité, d’hyperactivité et des niveaux plus élevés de cortisol, l’hormone du stress que les enfants de non-consommatrices ;
  • La consommation maternelle de cannabis s’avère également associée à une réduction de la composante haute fréquence de la variabilité de la fréquence cardiaque ce qui reflète une sensibilité accrue au stress ;
  • Le séquençage de l’ARN du tissu placentaire collecté au moment de la naissance chez un sous-ensemble de participantes révèle également une expression plus faible des gènes d’activation immunitaire, y compris les cytokines pro-inflammatoires qui sont impliquées dans la protection contre les agents pathogènes ;
  • La suppression liée au cannabis de plusieurs réseaux de gènes immunitaires placentaires, prédit une anxiété plus élevée chez les enfants.

Sensibiliser les femmes sur les risques pour le bébé du cannabis durant la grossesse est, plus que jamais, une priorité, car non seulement le cannabis est plus accessible mais aussi plus puissant aujourd’hui qu’il ne l’était il y a quelques années.

Ces données alertent en effet « sur un impact à long terme sur les enfants », commente le Dr Yasmin Hurd, responsable du Département de neuroscience translationnelle et directrice l’Addiction Institute du Mount Sinaï.

« Notre étude souligne la nécessité de mieux informer le public, en particulier les groupes de femmes enceintes les plus vulnérables, sur cet impact possible de la consommation de cannabis« .

Une recherche soutenue par le National Institute of Mental Health et les National Institutes of Drug Abuse (NIDA/NIH).

Source: Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) 15 Nov, 2021 DOI : 10.1073/pnas.2106115118 Maternal cannabis use is associated with suppression of immune gene networks in placenta and increased anxiety phenotypes in offspring

Lire aussi : GROSSESSE et CANNABIS : L’exposition prénatale fait mal au cerveau fœtal