Le premier vaccin thérapeutique contre le cancer vient d’obtenir son feu vert aux Etats-Unis. Il s’agit de Provenge, indiqué chez les patients atteints d’un cancer de la prostate métastasique en échec de traitement. Cette approbation ouvre une nouvelle voie dans le traitement du cancer.

De nombreux laboratoires travaillent activement au développement de vaccins thérapeutiques contre le cancer. L’objectif est de stimuler le système immunitaire pour lutter plus efficacement contre la maladie. La société de biotechnologie Dendreon vient de franchir un pas important en obtenant la mise sur le marché du tout premier d’entre eux : Provenge, contre le cancer de la prostate métastatique chez des patients en échec de traitement.
L’essai clinique de phase III, conduit auprès de 512 patients atteints d’un cancer de la prostate métastatique et réfractaires à un traitement hormonal, a montré qu’après trois ans, 32% des hommes traités par Provenge étaient encore en vie contre 23% sous placebo. Le vaccin a ainsi prolongé la survie moyenne des patients de 4,1 mois supplémentaires par rapport au groupe témoin (25,8 mois contre 21,7 mois, p=0 ,032). Une avancée qui reste modeste pour un prix très important. Le vaccin coûtera 93.000 dollars par patient pour 3 doses à injecter à environ deux semaines d’intervalle.
Presque tous les malades traités avec Provenge ont eu des effets secondaires. Les plus fréquents étaient la fatigue, la fièvre, le mal de dos, les nausées, les maux de tête et les articulations douloureuses. Environ un quart des patients ont eu des effets secondaires assez sévères (réaction aiguë à l’injection, AVC) à la fois dans le groupe Provenge et dans le groupe témoin.

Marie Lestelle (Paris)

Pour en savoir plus
:
[Retrouvez les RCP en ligne]

Date de publication : 20-05-2010