Publié le 26/09/2020

Paris, le vendredi 25 septembre 2020 – Nous avons régulièrement évoqué dans ces colonnes les difficultés liées à la transmission de l’information scientifique, à tel point que certains de nos lecteurs n’hésitent pas à nous taquiner en remarquant qu’il s’agit de l’un de nos sujets favoris.

Nous avons essayé de discuter les multiples obstacles qui rendent complexe cet exercice. Bien sûr, la pression des intérêts financiers et industriels est largement connue et doit toujours inciter à la vigilance, même si l’existence de mécanismes de contrôle (telle l’adaptation en France du Sunshine Act par exemple) et probablement les leçons des scandales passés ont favorisé les bonnes pratiques dans les entreprises et les rédactions.

D’autres mécanismes méritent également l’attention. Du côté des receveurs (et parfois des émetteurs), on peut évoquer la méconnaissance de la démarche scientifique qui empêche la compréhension de certaines informations, de leurs enjeux et de leurs limites et un esprit critique parfois en sommeil parce que pas nécessairement assez stimulé ou entraîné.

Concernant les émetteurs (dont le JIM fait partie), outre la pression des forces financières que nous avons déjà évoquée et des défauts partagés avec les lecteurs, s’ajoute, comme de tout temps dans les médias, l’attirance pour une forme de sensationnalisme et de catastrophisme ; la peur étant un capteur d’audience toujours efficace.

La crise de la presse qui pousse à toujours plus de précipitation est également un obstacle à la construction d’une information de qualité. Enfin, et ceci est également ancestral, l’influence de certaines idéologies (quelles qu’elles soient) biaise nécessairement l’émission des messages.

Un travail délicat mais indispensable

Avec internet et ce que la chercheuse Virginie Tournay (CNRS (CEVIPOF) Sciences-Po Paris) appelle la « dérégulation du marché de l’information », les canaux de communications se sont démultipliés, conduisant à une transmission encore plus brouillée et complexe. Face à cette situation, beaucoup, indiquant agir au nom de la « raison scientifique » et prônant la pratique du doute (soit la zététique) tentent d’agir. Ils décryptent les informations, décortiquent les biais cognitifs qui peuvent déformer nos perceptions, mettent en lumière les études et révèlent les zones d’ombre.

Ils rappellent la difficulté de médiatiser une science nécessairement toujours objet d’incertitudes. Leurs canaux sont multiples, de la vidéo youtube à la tribune journalistique, de l’essai sociologique ou philosophique aux conférences. Nous avons régulièrement évoqué leurs actions, qu’il s’agisse d’Emmanuelle Ducros journaliste à l’Opinion offrant un éclairage sur les pratiques agricoles, de l’Association française sur l’information scientifique qui sur de multiples sujets tente de déconstruire certains mythes, ou encore de Virginie Tournay qui à travers une tribune en 2018 a appelé à une « reconquête » de la « culture scientifique ».

Quand la raison est instrumentalisée par les industriels et les libertariens

Aujourd’hui, les travaux de ces « rationalistes » sont vivement attaqués par un livre (paru le 24 septembre aux éditions La Découverte, 22 euros) signés par deux journalistes du Monde, Stéphane Horel et Stéphane Foucart et le sociologue de l’Ecole des Hautes études en sciences sociales (EHESS), Sylvain Laurens.

L’argument du livre est d’explorer « les nouvelles frontières du lobbying ». Ils affirment en effet qu’un grand nombre de ces « gardiens de la raison » sont soit sciemment, soit inconsciemment, utilisés par des grands groupes industriels pour servir leurs idées et continuer à promouvoir leurs technologies (dont on comprend à demi-mot qu’elles sont nécessairement majoritairement néfastes).

« Il ne s’agit plus seulement de commanditer des études à publier dans les revues savantes pour influencer le décideur public tenté d’interdire un produit. L’enjeu consiste maintenant à prendre position dans l’espace de la médiation scientifique, dans ces lieux où l’on fait la promotion de la science et de son esprit auprès des citoyens, parfois avec l’aide des pouvoirs publics. Prendre position, mais aussi possession.

Les arguments de l’industrie étaient parés des atours de la science, ils sont maintenant dissimulés derrière une défense de la science comme bien commun. Chacun a entendu ces affirmations dans le débat public : être contre les pesticides dans leurs usages actuels, interroger certains usages des biotechnologies, critiquer l’industrie du nucléaire, c’est être “contre la science”, c’est verser dans l’“obscurantisme”.

La stratégie des marchands de pétrole, de plastique, de pesticides et d’alcool consiste désormais à dire ce qu’est la “bonne” science. De ce fait, nous n’assistons plus seulement à un dévoiement de l’expertise scientifique, mais à un détournement plus profond des logiques mêmes de fonctionnement d’un espace public reposant sur un idéal de vérité » expliquent les trois auteurs (Bonnes feuilles, publiées, ce qui n’étonnera pas, dans Le Monde).

« Les firmes s’emploient à faire passer leur matériau de lobbying scientifique pour l’état de la science. (…) Elles ont aussi besoin de disséminer leurs informations et de recruter des défenseurs, parfois à leur insu. Cherchant sans cesse l’aval d’acteurs de terrain, les stratèges de l’industrie ne s’encombrent d’aucun scrupule, embarquant au passage la réputation et le prestige de petites associations qui ont, pendant des décennies, défendu l’éducation populaire à la science et la médiation scientifique avec autant de patience que de conviction.

Tel a été le destin de l’Association française pour l’information scientifique (AFIS), dont il sera longuement question dans ce livre. Cette héritière du mouvement rationaliste proclame promouvoir la science et défendre son intégrité. Elle a pourtant été la première importatrice du climatoscepticisme et d’autres mensonges sponsorisés par de grands groupes états uniens. Mais ceux qui relaient les messages des firmes et de leurs consultants n’ont pas toujours conscience de ce qu’ils font. Et c’est justement là l’une de ces nouvelles stratégies furtives concoctées par le marketing digital », dénoncent encore les trois auteurs.

Ces derniers vont plus loin en affirmant que ces « défenseurs de la raison » et de la science sont les apôtres ou les jouets inconscients de l’idéologie libertarienne. « Beaucoup sont de bonne foi quand ils répercutent et amplifient des éléments de langage concoctés par des officines de relations publiques, sans percevoir qu’ils participent à un projet politique dont la nature et la portée leur échappent. Peu savent que l’argent de l’idéologie libertarienne contribue à sa diffusion.

Ce qui se joue dans les pages qui suivent ne concerne pas seulement les controverses sociotechniques sur le glyphosate, les OGM, le nucléaire ou les pesticides. Si enjeu il y a, c’est bien celui de la réactualisation, autour de la science, de tout le credo conservateur » concluent-ils leur introduction.

Un scandale sans preuves ?

Avant même sa parution, cet essai a été très vivement critiqué par les personnes ciblées. La rédaction du JIM n’avait pas pu lire au-delà de quelques extraits l’ouvrage en question. Néanmoins, les réactions qu’il a déjà suscitées et les interventions des trois auteurs offrent un éclairage intéressant. On pourra tout d’abord remarquer que les trois auteurs choisissent de suggérer l’existence d’une forme de conspirationnisme « libertarien », terme qui ouvre la voie à quelques fantasmagories sectaires.

Surtout, les preuves apportées par les trois auteurs manqueraient de robustesse. « Il y a peut-être du vrai dans les liens d’intérêt quasi-mafieux que les journalistes nous dépeignent ; les petites histoires laborieusement égrenées au long de ces 372 pages sont peut-être les indices d’une corruption généralisée du milieu rationaliste (soit par appât du gain, soit par la faute d’une stupidité instrumentalisée par les think tank) (…).

Mais alors on souhaiterait que nos trois héros travaillent à en faire la démonstration, c’est leur job, il est important. Le sujet ne peut pas être laissé à des nuls ou à des militants malhonnêtes, qui seraient, pour le coup, les vrais idiots utiles des vrais corrupteurs & corrompus. Je n’ai pas les connaissances nécessaires pour évaluer la pertinence de toutes les attaques contenues dans ces pages.

Il ne me revient pas de porter un jugement sur l’ensemble du livre. Mais sur certains aspects, le texte se distingue tellement peu des élucubrations complotistes dirigées contre notre travail quotidiennement depuis 5 ans, qu’il sera sans nul doute salué par les plus virulents de nos détracteurs, heureux de voir couché sur papier leurs obsessions (comme l’astroturfing ou l’accusation d’appartenir à un bord politique abhorré), et peu regardants sur l’absence de substance permettant de sortir de la lecture avec des informations pertinentes » dénonce ainsi Thomas Durand, qui participe à la chaîne de vulgarisation La Tronche en biais sur le blog La Menace Théoriste.

La lutte anti sceptique laisse sceptique

« Dans un mélange de « cherry-picking » (sélections biaisées), de témoignages invérifiables, d’affirmations fausses, d’extrapolations hors contexte et d’insinuations, les auteurs tentent de disqualifier toutes ces personnes et entités en les accusant, au choix, de prôner le “climato-scepticisme”, de promouvoir une “sociologie viriliste” (sic), de mener une “croisade antigenre au nom de Darwin”…

Leurs actions se concrétiseraient par “la trollisation de l’espace public”. Le tout, bien entendu, au service de lobbies industriels et, dans la lignée des mensonges des industriels du tabac, dans un “projet politique volontiers financé par l’argent des industriels libertariens, et qui porte la marque de leur idéologie anti-environnementaliste et antiféministe” (4e de couverture) afin d’”étouffer tout mouvement social qui tenterait d’employer les armes de la science pour argumenter”.

Pour se faire une opinion fondée, le lecteur vraiment intéressé par la raison, le rationalisme, la science et les controverses que suscitent ses applications, se reportera avec profit aux textes originaux des personnes citées, et aux publications de l’Afis en particulier (en accès libre sur notre site Internet afis.org). Dans ces dernières, il découvrira une réalité, une démarche, aux antipodes des propos tenus par les auteurs de ce livre dont l’objectif semble plus de décrédibiliser et salir pour disqualifier dans le débat que de contester avec des arguments réels les propos auxquels ils s’opposent » rétorque de son côté l’AFIS.

Cette dernière est notamment présentée par les journalistes du Monde comme « l’épicentre de [la] propagation [du climato-scepticisme] en France ». « Des pages entières du livre sont consacrées à tenter de le prouver, en se focalisant en particulier sur un article de Charles Muller de janvier 2008 et en omettant soigneusement de citer les prises de position de l’Afis elle-même, dans ses introductions aux dossiers consacrés à ce sujet et dans ses éditoriaux (l’association réaffirme et explique pourtant régulièrement le consensus scientifique sur le sujet).

Selon les auteurs du livre, le rôle d’épicentre serait ainsi prouvé : “Une recherche dans l’outil “Google Trends” permet de mesurer l’intensité des recherches effectuées sur le moteur de recherche de Google, et les résultats pour “climato sceptique” sont éloquents : aucune requête sur ce mot-clé n’est enregistrée avant janvier 2008. Le terme est absent des conversations et des esprits. Il n’existe pas. L’intérêt ne surgit qu’après la publication du texte de Charles Muller/Champetier dans la revue de l’Afis”.

Une simple vérification montre que même cette corrélation est inventée : la recherche avec le terme “climato-sceptique” suggéré par les auteurs du livre montre un début de trafic mesuré par Google Trends à partir de novembre 2009, presque deux ans après la publication de l’article incriminé » corrige l’AFIS.

Vous avez dit désinformation et agressivité ?

Avec ces exemples de déformation et d’extrapolation, voire d’erreurs, qui sont également épinglées par Virginie Tournay et le professeur au laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique à l’École normale supérieure Franck Ramus, on peut se permettre quelques observations tant sur la méthode que sur le fond général.

Sur la méthode, dans une interview accordée à France inter (dans l’émission L’Instant M ce 24 septembre), Stéphane Foucart et Stéphane Horel sont revenus sur l’existence de Science Media Centers (tels qu’ils existent dans de nombreux pays et notamment en Grande-Bretagne) qui seraient selon eux au service de l’industrie et qui favoriseraient le journalisme « paresseux », se contentant de recopier des communiqués et citations préparés d’avance.

Bien sûr, les deux journalistes du Monde ne peuvent être accusés de telles facilités. Cependant, on espère d’une part que sont de la même façon accusés d’indolence ceux qui choisissent de recopier les communiqués et citations préparés d’avance par des associations de consommateur ou écologistes.

Surtout, on aimerait savoir quel regard sévère ils porteraient sur des journalistes dont les vérifications conduisent à de nombreuses approximations et erreurs. « Les auteurs combinent des affirmations factuellement fausses par défaut des vérifications les plus élémentaires, et des insinuations sans aucun fondement, sans aucune source, et sans aucune demande d’information.

Il est désolant que ces auteurs ne se montrent pas capables de consulter une page web et d’y recopier l’affiliation ou la fonction d’un chercheur. Il est désolant qu’ils publient des spéculations comme des faits avérés, sans prendre la peine de lire ce qu’un chercheur écrit et d’écouter ce qu’il dit pour pouvoir le citer fidèlement, et de l’interroger directement si le moindre doute subsiste sur sa pensée. De tels procédés ne font honneur ni au journalisme, ni à la sociologie.

Si la qualité du reste du livre est à l’avenant des quelques passages me concernant, il ne mérite assurément pas d’être lu » écrit par exemple Franck Ramus.

Virginie Tournay rapporte pour sa part comment ses réflexions autour de la nécessité de répondre à la crise de l’expertise en France, qui s’intéressent au rôle que pourrait jouer un « centre médiateur » ont été déformées dans un récent article de Stéphane Horel et Stéphane Foucart.

« Mes travaux de sciences sociales portent sur la circulation des données de la recherche scientifique dans l’espace public (…). L’expérience collective douloureuse de la pandémie a bien montré la nécessité de développer des travaux portant sur la diffusion de l’information liée à « la science en train de se faire ». C’est une nécessité civique compte tenu de la cacophonie actuelle des expertises. (…)

Mes travaux n’ont rien à voir avec le titre alarmiste « L’information scientifique sous tutelle d’une agence de communication », ni ne visent à reproduire en France l’exemple britannique (En outre, les auteurs oublient aussi de préciser qu’il y a différents types de SMC dans le monde entier). Il ne s’agit pas de mettre une information « sous tutelle » ni de créer une « agence de communication » ex-nihilo, mais de favoriser un travail coopératif entre les acteurs producteurs et médiateur (…)

L’indépendance des journalistes est un aspect clef (il s’agit de faciliter l’accès à des ressources et non pas de toucher à la liberté d’expression de la presse comme cela est explicitement précisé dans un de mes articles (…)

Je n’ai jamais envisagé un quelconque financement par l’industrie (indépendance économique), ni une structure au service d’intérêts financiers ! ».

Enfin, on observera comment ceux qui sur France Inter par exemple s’insurgent contre « l’agressivité » de ceux qu’ils nomment les « trolls » n’hésite pas pour leur part à user d’argument si non agressif tout au moins particulièrement méprisant. « Le chapitre 5 ” La trollisation de l’espace public” livre des portraits saisissants de mépris de Bunker D, Matadon, Mathieu « MJE » Rebeaud, Anthony Guihur (différents scientifiques œuvrant sur Twitter, ndrl)…

Les jugements minables sur leur personne s’y succèdent, et on se demande bien quel but informatif est recherché dans ces pages d’une intense médiocrité. “Ses yeux roulent comme des billes sombres dans le visage pâle de quelqu’un qui se couche tard et se lève tard”. (…) “Anthony Guihur parle bien. Mathieu Rebeaud gribouille dans un carnet à spirale où une ligne rouge divise la page en deux”. Parfois on se demande ce que c’est que le “journalisme d’insinuation”. Les auteurs en fournissent de nombreux exemples », épingle Thomas Durand.

Être de droite c’est mal : ça tombe bien, ils ne le sont sans doute pas !

Sur le fond, on nous permettra une allusion personnelle : il ne faut jamais être allé à une réunion de l’AFIS pour croire qu’elle puisse recevoir de somptueuses subventions de groupes industriels ou libertariens richissimes (ou alors je me suis toujours éclipsée au moment où les flutes à champagne remplaçaient les verres en plastique de jus d’orange…).

Ceux qui par ailleurs ont paresseusement assisté aux débats qui existent régulièrement dans la sphère de la zététique ou qui ont pu entendre leurs réflexions générales sur la société se montreront probablement un brin étonnés de les voir accusés de défendre des idéologies capitalistes ou de droite (sans compter le fait qu’être capitaliste, voire même de droite ne devrait pas nécessairement être considéré comme un motif d’exclusion d’office… tout comme vouloir espérer que tous les industriels ne sont pas d’horribles manipulateurs).

Au-delà de la boutade, on peut s’interroger sur l’absence d’autocritique de ceux qui refusent de reconnaître que si des biais idéologiques existent nécessairement, ils ne peuvent en être exempts. « Les cibles de ce brûlot sont désignées comme des “défenseurs de la science autoproclamés” ce qui me pousse à m’interroger sur qui pourrait bien embrasser cette vocation autrement que de sa propre autorité. Les auteurs pensent-ils être mandatés, eux, détenir un droit supérieur à défendre la science ? » s’interroge ironiquement Thomas Durand.

En tout état de cause le livre n’est pas censé être le lieu de l’affrontement des arguments scientifiques (Stéphane Foucart peut se prêter régulièrement à cet exercice, souvent avec talent). Cependant, les auteurs n’hésitent pas à donner comme exemple de l’influence des rationalistes corrompus (encore une fois peut-être à leur insu) l’exemple du numéro d’Envoyé Spécial consacré au glyphosate.

Ainsi, assument-ils de considérer qu’un reportage ayant offert un important temps d’antenne à un chercheur dont les fraudes ont été dénoncées par la quasi-totalité de la sphère scientifique et qui a donc été inévitablement été largement critiqué (y compris par le CSA) puisse être utilisé comme exemple de l’activisme des rationalistes dévoyés ? N’y-a-t-il aucun moment où même si la thèse que l’on va exposer peut conduire à exonérer une industrie, parce qu’elle est fondée sur des faisceaux plus que solides, doit être exempte de tout soupçon de corruption ?

Qui connaît les gardiens de la raison ?

Enfin, les auteurs expliquent la raison de ce nouveau livre par une forme d’urgence, l’existence d’un danger. Pourtant, comment ne pas voir que l’argent dépensé et le lobbying mis en œuvre par les industriels, voire par les libertariens, utilisant des gardiens dévoyés de la science certains à leur insu, d’autres avec leur complaisance, sont de vains efforts ?

Il n’y a en France plus aucune velléité politique réelle d’envisager une possible autorisation des OGM (même quand le recours par exemple au riz doré est défendu par plus que des rationalistes isolés mais par de très nombreux scientifiques dont des Prix Nobel) la conviction que l’objectif à atteindre est une élimination des pesticides est partagée par le plus grand nombre au sein des plus hautes instances comme parmi les citoyens, les industriels souffrent d’une image fortement dépréciée au sein de la société.

Et cela n’est guère surprenant. Car les relais de ces gardiens de la raison, en dépit de leurs riches et machiavéliques soutiens, sont bien faibles comparés à ceux qui véhiculent la bonne parole et donc la bonne science (à défaut de la vérité scientifique si incertaine).

Que sont des vulgarisateurs sur Youtube, une association sans champagne et des chercheurs isolés et peu entendus face aux journalistes œuvrant dans la plus grande et plus respectée rédaction de France… qui plus est soutenue par des industriels richissimes. « Je n’ai pu m’empêcher de trouver cocasse que l’occupant de la chaire de « sociologie des élites européennes » de l’EHESS s’allie à deux salariés du journal par excellence des élites françaises – dont les principaux actionnaires sont deux industriels milliardaires et un banquier d’affaires millionnaire – pour tenter de jeter le discrédit sur quantité de militants rationalistes qui sont pour la plupart bénévoles et médiatiquement marginaux.

Mais peut-être est-ce finalement bon signe que le combat désintéressé au service de la raison rende la bourgeoisie verte de rage » écrit ainsi ironiquement le journaliste Laurent Dauré.

Post Scriptum : Je ne suis probablement pas journaliste au sens où les puristes l’entendraient et je ne leur dénie nullement le droit de défendre un idéal de cette profession. J’essaye avec les moyens dont je dispose, souvent mon seul esprit critique, de relater des faits et de les éclairer.

J’écris des articles sur un site dont le financement repose en partie sur une industrie. C’est une industrie qui a ses défauts mais aussi ses qualités, notamment parce que sans elle, en tout cas jusqu’à aujourd’hui en France, la production de médicaments et de vaccins n’existerait pas. Je connais la démarche scientifique qui repose sur le doute. Je n’ignore pas qu’elle puisse être détournée.

Mais se réclamer d’elle, même quand cela conduit, douloureuse conséquence, à défendre des positions qui pourraient être favorables à l’industrie, me semble un gage forcément positif. Si j’ai défendu ici la démarche scientifique en évoquant les critiques adressées à certains industriels c’est parce que naïvement je voulais espérer qu’elle pourrait permettre de déconstruire certaines critiques (et peurs) non fondées. Je sais que nécessairement ma parole ne peut être prise en compte. Elle n’en est que plus libre.

Présentation des bonnes feuilles du livre « Les gardiens de la raison » : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/09/22/un-degre-de-plus-a-ete-atteint…
Emission de France Inter, l’Instant M : https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-24-septembre-2020
Les réactions de l’AFIS : https://www.pseudo-sciences.org/Journalisme-d-insinuation-apres-les-articles-le-livre
Thomas Durand, « La raison n’est pas un trophée – Réponse à Foucart, Horel & Laurens ».
Franck Ramus, « Les champions de l’intox »
Virginie Tournay, « Un nouveau journalisme : de l’insinuation à l’inquisition »
Laurent Dauré, « Les naufrageurs de la raison [et de la gauche] : réponse à Foucart, Horel et Laurens »

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr