Actualités  –  publiée le 16/02/2022 par Équipe de rédaction Santélog

JAMA Internal Medicine

Une augmentation de pratique de l’activité physique de 10, 20 ou 30 minutes par jour pourrait permettre réduire de 6,9 ​​%, 13,0 % et 16,9 % le nombre de décès par an, respectivement (Visuel Adobe Stock 209921730)

A l’heure où la pratique de l’exercice est documentée et plébiscitée comme la meilleure des prophylaxies et des thérapies contre de très nombreuses maladies, physiques ou mentales, cette équipe se livre à son tour à un exercice bénéfique, l’estimation du nombre de décès évités grâce à une activité physique accrue chez les adultes.

L’étude, menée aux Etats-Unis n’apporte que des conclusions relatives, cependant elle estime, dans le JAMA Internal Medicine, qu’une augmentation de pratique de l’activité physique de 10, 20 ou 30 minutes par jour pourrait permettre réduire de 6,9 ​​%, 13,0 % et 16,9 % le nombre de décès par an, respectivement.

C’est sans doute la première analyse à chiffrer si précisément les taux de vies sauvées grâce à l’exercice, une « thérapie » naturelle et non médicamenteuse et somme toute gratuite.

De précédentes études, citées par les auteurs du National Cancer Institute (Maryland), avaient déjà suggéré qu’un nombre substantiel de décès pourraient être évités chaque année en augmentant les niveaux d’activité physique en population générale.

Ici, les chercheurs visent une estimation plus précise basée sur des mesures d’accéléromètre, de l’association de l’activité physique et de la mortalité dans un échantillon d’adultes représentatif en population générale américaine.

L’unité de base pour quantifier ici les effets de l’activité physique est l’augmentation de l’intensité de l’activité physique modérée à vigoureuse (increase in moderate-to-vigorous physical activity intensity ou MVPA).

Aux US, 110.000 décès pourraient être évités chaque année avec 10 mn d’activité physique en plus par jour

Il s’agit de l’analyse des données de la cohorte National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES), une enquête représentative de la population américaine.

De 2003 à 2006, les participants ont été invités à porter un accéléromètre pendant 7 jours.

Finalement, les chercheurs ont évalué 4.840 des 6.355 adultes âgés de 40 à 85 ans disposant de données d’accéléromètre complètes.

Les chercheurs ont estimé la donnée de « MVPA » en additionnant les minutes de l’accéléromètre au-dessus d’un seuil établi et en créant 8 catégories de durée activité physique (0-19, 20-39, 40-59, 60 -79, 80-99, 100-119, 120-139 ou ≥140 minutes par jour).

Cette analyse révèle, après ajustement avec les facteurs de confusion possibles (âge, sexe, origine ethnique, niveau d’études, indice de masse corporelle (IMC), régime alimentaire, consommation d’alcool, tabagisme et affections chroniques autodéclarées, limitations de mobilité et état de santé général), que :

  • Au total, 1165 décès sont survenus au cours d’un suivi moyen de 10 ans ;
  • Le taux de risque passe de 0,69 à 0,28 dans les catégories de pratique d’activité croissante (et vs une durée de pratique de 0 à 19 minutes par jour) ;
  • Un taux de 0,28 de décès est donc associé à une pratique de 140 mn ou plus par jour ;
  • L’augmentation de l’APMV de 10, 20 ou 30 minutes par jour est associée à une réduction de 6,9 ​​%, 13,0 % et 16,9 % du nombre de décès par an, respectivement ;
  • L’ajout de 10 minutes d’activité physique par jour est associée à 111.174 décès évitables par an (pour les Etats-Unis) ;

Les avantages associés à l’ajout d’une activité physique supplémentaire,

  • De 20 mn : 209.459 décès en moins,
  • De 30 mn : 272.297 décès en moins.
  • Au global, l’ajout de 10 minutes par jour d’APMV est associé à la prévention de 8,0 % du nombre total de décès par an chez les hommes et de 5,9 % des décès chaque année chez les femmes.

Dans l’ensemble, concluent les auteurs, 110.000 décès par an pourraient être évités si les adultes américains âgés de 40 à 85 ans ou plus augmentaient légèrement (soit juste de 10 mn par jour) leur pratique de l’activité physique. MVPA (c’est-à-dire 10 minutes par jour).

Ces résultats soutiennent la mise en œuvre de stratégies fondées sur des preuves pour optimiser la pratique de l’activité physique, réduire les décès et augmenter le nombre d’années de vie en bonne santé.

Source: JAMA Internal Medicine January 24, 2022 DOI : 10.1001/jamainternmed.2021.7755 Estimated Number of Deaths Prevented Through Increased Physical Activity Among US Adults

Lire aussi :